Faits-divers

Quatre enfants martyrs, l’horreur et 30 mois fermes !

Tribunal correctionnel de Saint-Pierre, 18 juin 2014.


Quatre enfants martyrs, l’horreur et 30 mois fermes !
Le tribunal de Saint-Pierre n’y est pas allé avec le dos de la cuillère : deux ans et demi de prison pour Gaëlle C., jeune mère (26 ans) de quatre enfants dont les trois premiers avaient déjà été placés en foyer.
 
Les motifs sont chaque fois les mêmes, maltraitance habituelle et sévices divers.
 
Cette fois, c’est le petit dernier qui a fait les frais de la folie destructrice qui s’empare d’elle dès qu’elle "pète les plombs", ainsi qu’elle l’a avoué au psychiatre.
 
Le petit môme est né début 2013 ; au mois de juillet de la même année (!), la maman l’amène aux Urgences alors que le bambin vomit depuis cinq jours déjà.
 
Les médecins examinent le gosse décèlent tous de suite les indices "du gosse secoué", fontanelle hypertendue, hémorragie pré-rétinienne… Ils ont hélas la triste habitude mais n’en sont pas blasés pour autant.
 
D’autres examens permettent de constater que non seulement le gamin a été violemment secoué mais qu’en outre, il porte déjà, en dépit de son jeune âge, des fractures aux membres. Lesquelles n’ont rien à voir avec le syndrome du gosse secoué.
 
L’enfant a été manifestement victime de maltraitances répétées. Mais alors… puisque Gaëlle C., de son propre aveu, n’avait jamais voulu avoir d’enfants, pourquoi en avoir enfanté quatre ? Avec des pères successifs qui n’ont jamais voulu faire vie commune avec elle ?
 
"Je l’ai secoué car j’en avais marre de l’entendre pleurer. J’étais dépassée. Quand ça arrive, je me défoule sur le premier à ma portée. Là, c’était mon enfant !" M… ! Faut-il de l’ingénuité, de l’inconscience ou de la monstruosité d’âme pour énoncer cela sans frémir ?
 
Ainsi que l’a asséné Me Brigitte Hoareau, "elle dit ça sans une once de regret, sans la moindre empathie envers sa jeune victime. Or, de l’aveu de tous, ce bébé était d’un calme total, dormait beaucoup et bien !" On comprend de moins en moins. Surtout que ce gosse a été victime de convulsions durant 15 jours avant que la mère ne s’alarme enfin.
 
Et de frémir devant autant de froideur : "Elle attendu que son enfant ait vomi pendant cinq jours avant de l’emmener chez le médecin. Ce gosse a été retiré à sa mère ; quel avenir sera le sien ?"
 
Le procureur Saunier a rejoint l’avocate de l’Arajufa sur tous ces points, insistant sur les lésions autres que celles du "bébé secoué", sur cet acharnement incompréhensible contre un petit être sans défense.
 
"Ces maltraitances répétées sur un bébé de quatre mois sont révoltantes. Depuis que ses autres enfants lui ont été retirés, elle a été soumise à des traitements qui n’ont eu aucun effet".
 
M. Saunier a cité des chiffres qui font froid dans le dos, notamment quant aux conséquences à moyen et long terme sur les enfants durement maltraités : "On compte 30 % de décès prématurés. Et des manifestations nombreuses et répétées de déficiences comportementales…"
 
Le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme ; la Cour l’a suivi de près avec 30 mois (2 ans ½), plus retrait total de l’autorité parentale sur le bébé martyr.
 
Quatre mômes martyrisés ; quatre familles d’accueil (de braves gens, certainement) ; quatre enfants sans famille ; quatre destins sabrés dans le moule…
 
C’est malheureusement trop courant et les coups de chabouk de la justice, qui devraient avoir valeur d’exemple, restent sans effet sur les esprits des tortionnaires.
 
On me reproche souvent de mettre de la dérision dans mes comptes-rendus. Je réponds que la dérision est ce qui nous sauve de la désespérance. Ben… faites excuse les amis, cette fois, de la dérision, j’en ai pas trouvé sous le coude.
Jeudi 19 Juin 2014 - 13:45
Jules Bénard
Lu 3853 fois




1.Posté par @ Monsieur Jules Bénard le 19/06/2014 15:48
Que je vous comprend ! Je n'ai pas d'enfant, je n'en ai jamais voulu ; mais ce n'est pas pour autant que je maltraite ceux de mon entourage. Au contraire, ils viennent me chercher. Alors, je dis qu'il y a des femmes qui ne méritent vraiment pas d'être mères...

2.Posté par noe le 19/06/2014 15:55
C'est tj le drame de la jeune femme esseulée , abandonnée par son ou ses amoureux qui ne sont que des jouisseurs de basse éducation !
Maintenant se retrouver seule avec plein de gamins à élever , sans le sous ... c'est vraiment difficile même pour une femme de caractère !
Et voilà ce qui devait arriver : maltraitances extrêmes ... et suivies de punition par la prison et enfants placés !
Quel avenir pour la femme , les enfants qui n'ont pas demandé à naître ?
La vie est si injuste parfois !

3.Posté par Thierry le 19/06/2014 16:07
Il n'y a aucune position à prendre face à un tel phénomène tellement que c'est dénué de tout sens, de toute logique... cela aurait pu être tout, un film d'horreur, un cauchemar, mais non, c'est la réalité... un bébé de quelques jours déjà passé à tabac, cassé ... et par la femme qui lui a donné la vie...

A la grossesse, les services médicaux et sociaux connaissant son passé déjà lourd de ces crimes (cela en est) pourquoi n'ont-ils pas anticipé ce phénomène ?

4.Posté par ALDI le 19/06/2014 17:21
J'imagine quels genres de commentaires on aurait lu ici si cette Gaelle C. avait un prénom du genre Fatima, Amina ou Roukia. Mais là, on comprend la souffrance de la femme esseulée et abandonnée par ses nombreux amants jouisseurs de basse éducation. Normal : cette femme n'est pas mahoraise sinon on aurait lu : "Mais ce sont des sauvages et qui n'ont rien compris aux lois françaises" ou bien "c'est une pondeuse dont les seules motivations sont les allocations familiales". Et j'en passe. Comme dit le proverbe, tortue y voit pas son derrière

5.Posté par justedubonsens le 19/06/2014 17:38
Comment anticiper ce phénomène comme vous dites ? Croyez vous que les services sociaux et médicaux ont un quelconque pouvoir en la matière ? Comment plaindre cette femme qui "pond" des enfants dans le seul but de toucher l'argent braguette ? Aujourd'hui les moyens contraceptifs sont suffisant pour s'abstenir d'avoir des marmailles ! La misère a bon dos !Les enfants sont placés mais quand elle demandera à rebénéficier de la garde et malgré son passé la justice la lui donnera avant de retomber à nouveau dans les mêmes travers !

6.Posté par Thierry le 19/06/2014 18:18
@ 5, votre pseudo est en contradiction avec la question que vous me posez... Voilà comment : vous marchez 1 puis 2 fois sur un sol brûlant... la 3ème vous prenez des chaussures.

Là, on est face à des professionnels diplômés pour ça... et aujourd'hui il y a tout une panoplie d'outils d'accompagnement et de prévention... y a un fusible qu'a sauté dans le circuit... au-delà du fait que les responsables premiers restent la femme et ses hommes d'un jour ...

Toutefois, ce cas restera un cas parmi les autres... non connus jusqu'à ce qu'il le devienne telle, dans un autre article de ce jour, cette jeune femme recueillit puis maltraitée à presque morte par une autre dame de 50 ans, etc, etc...

Comme vous le dite, juste du bon sens... sachant que je n'ai de leçon à donner à personne, juste mon avis...

7.Posté par L'Ardéchoise le 19/06/2014 18:40
Tant pis si je déclenche une tempête : puisque visiblement cette jeune personne est suivie en psychiatrie, il aurait fallu, suite aux premières affaires, prendre des décisions drastiques et la stériliser.
Car la laisser continuer à enfanter, c'est comme donner des armes à un "serial-killer" pour être le tortionnaire de victimes innocentes.

Dans ce cas, ce sont des enfants, des bébés, auxquels la vie n'a apporté que violence . Qu'ont-ils fait pour mériter un tel sort ?

Quant au post 4, il ferait mieux de relire en entier le parcours de cette femme, qui visiblement présente des problèmes, et peu importe son nom, son origine, sa religion, quoique, avec un nom pareil, elle aurait pu avoir recours à la contraception, ce qui n'est pas forcément le cas de celles que vous plaisez à citer...

Thierry, je n'arrivais pas à poster, ton dernier commentaire vient d'arriver, sur ma longueur d'onde.

8.Posté par Thierry le 19/06/2014 19:44
@ 07 ... tes difficultés à poster, rien au hasard... pour que le 07 soit tien... la longueur d'onde était bonne...

Au passage, je me corrige "qu'ils le deviennent" et "recueillie" ...

9.Posté par triste tout ça !!! le 19/06/2014 20:28 (depuis mobile)
La société est ainsi faite, cela fera vivre les familles d''accueil 1500 euros par mois pour élève un enfant je croit. Qui sommes nous pour juger? C''est un fait de société banal ds l''hexagone et ici. tortortue y voit pas sa queue, LOL

10.Posté par quisyfrottesypique le 19/06/2014 21:05
Comment en est-on arrivé à laisser cette personne avec 4 enfants?
Que faisaient les services sociaux et la justice?
Où a été l'erreur, dans ce dossier?
Ce genre de dérive n'est pas étonnant. Ce n'est pas un cas isolé!

En exemple, fait réel. Un homme a mis ses fils à la portes à plusieurs reprises, les a agressé, ne leur a pas porté assistance, à pratiquer du vol sur ascendant, maltraitance a été reconnue par une association assermentée par le juge des enfants. Les enfants a de nombreuses reprises ont été auditionnés.Ces juges dits professionnels, ou ces com pétents sont parvenus accuser la mère d'aliénation parentale, nouvelle thèse à la mode . A mourir de rire?
Puis par un odieux chantage judiciaire une procureure a obligé les gamins à rester sur leur lieu de souffrance. Ces magistrats ont qualifié l'attitude du père de maladresse. Cela fait plus d'une dizaine d'année qu'ils sont en souffrance.

L'intérêt supérieur des enfants. Ces magistrats n'en ont rien cirer.
Leur seule préoccupation est de profiter à donf de la misère humaine pour se faire de la publicité à coup de com sur des situations qu'eux -même nourrissent et entretiennent.
Très pervers!

Les personnes qui suivaient ce dossier, doivent être sanctionnées, car il s'agit tout bonnement de non- assistance.Il est évident que les enfants doivent être retirés à la mère.
Encore un drame de plus.

En lisant la presse, et les nombreux drames, il semble que ces magistrats et les différents partenaires ( enquêteurs, police, gendarme, expert psy,...) semblent honorer des rôles de fossoyeurs . Avec leur robe noire, ils ne sont là uniquement qu'au moment des drames, voir de l'irrémédiable.

11.Posté par caprichieuse le 19/06/2014 23:21
Encore une preuve que depuis longtemps il faudrait des controles réguliers tant pour les enfants que pour les animaux .Ces derniers sont considérés juridiquement comme des meubles, des objets . Par certains d'entre nous .

12.Posté par bob le 30/10/2014 18:23 (depuis mobile)
Aldi, ton commentaire est bizarre. Un enfant, quelque soit le prénom de sa mère, n''a pas le droit d''être battu.
Je trouve l''endroit mal placé pour parler de racisme.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales