Economie

Quand la prime bagasse oppose la CGPER et la FDSEA

Ce dimanche, Jean-Yves Minatchy a tenu à clarifier un certain nombre de points et à revendiquer le travail effectué depuis des années par son syndicat sur la prime bagasse. En ligne de mire du président de la Chambre verte, la FDSEA et son président Frédéric Vienne, accusés de "désinformation" auprès des planteurs.


Quand la prime bagasse oppose la CGPER et la FDSEA
Il y a de l'eau dans le gaz entre les deux principaux syndicats de défense des agriculteurs péi, la CGPER de Jean-Yves Minatchy (Confédération générale des planteurs et éleveurs de la Réunion) et la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) de Frédéric Vienne. Plus qu'une bataille de communication, ce sont les enjeux liés à la prime bagasse qui tiennent en haleine le monde syndical local. Hier encore, en milieu de matinée, une centaine de planteurs s'est réunie sur le site des Caserne à Saint-Pierre, quelques jours après la conférence de presse de Frédéric Vienne sur les retards pris dans le dossier bagasse.

"Actuellement nous assistons à une forme de désinformation, pour ne pas citer la FDSEA et son président. Il faut arrêter de semer le doute dans la tête des planteurs" lance Jean-Yves Minatchy devant l'assemblée. Le ton est donné.

Militant régulièrement sur le même terrain, et on l'a encore vu lors de la précédente manifestation relative aux prix pratiqués par la SAPHIR, la CGPER et la FDSEA ont peu de choses en commun si ce n'est la défense du planteur à proprement parler. Les deux présidents ne manquent d'ailleurs pas de le faire savoir lors de leurs différentes conférence de presse.

Une prime suspendue au dossier guadeloupéen ?

A l'arrière du 4X4 qui sert habituellement de scène à Jean-Yves Minatchy, Jean-Bernard Gonthier, Bernard Maratchia et la valeur montante de la CGPER et membre du CPCS (Commission paritaire du sucre et de la canne) Patrice Pounoussamy sont venus accompagner le président de la Chambre verte dans sa démarche, celle de s'opposer à la FDSEA.
Selon ce dernier, "la CGPER comme syndicat et la Chambre d'agriculture ont suivi ce dossier depuis le départ jusqu'à aujourd'hui. Nous considérons que la part du travail de la Chambre et du syndicat a été faite. Aujourd'hui, la balle est dans le camp de la CRE. Je voulais expliquer ce processus de création à la validation pour que les planteurs puissent avoir la bonne information".

Les attentes des planteurs réunionnais sur le versement de la prime seraientt le résultat du retard pris dans le dossier guadeloupéen alors que le dossier réunionnais a été transmis depuis février dernier : "Le système de fonctionnement n'est pas le même en Guadeloupe. Là-bas, les exploitations fonctionnent en sous-traitance. Le dossier réunionnais est spécifique et mérite d'être traité à part. Nous, nous sommes des travailleurs de la terre. Aujourd'hui, c'est quelque chose que l'on nous doit" précise le leader de la CGPER. Manque encore à l'appel l'avis du président de la Commission de régulation des énergies (CRE) sur ce point. Commission composée d'Electricité de France (EDF) et de l'Etat.

Pour Patrice Pounoussamy, planteur à Saint-André, le combat de la CGPER sur le dossier bagasse n'est plus à prouver. Le membre de la CPCS précise que, contrairement à la FDSEA qui "avait annoncé que les planteurs n'obtiendraient rien, ici même à la Balance", l'investissement de la CGPER est symbolisé par des entretiens concrets avec le préfet de la Réunion, la ministre de l'Outre-mer, le chef de cabinet du ministre de l'agriculture, selon Patrice Pounoussamy, désireux de "donner la bonne info". Affaire à suivre.

patrice_pounoussamy__cgper_.mp3 Patrice Pounoussamy (CGPER).mp3  (1.64 Mo)


Lundi 29 Mars 2010 - 13:30
Ludovic Robert
Lu 2776 fois




1.Posté par hanuman le 05/05/2010 19:13
Dommage que cet enjeu n'ai pas plus d'échos sur les médias de la Réunion. Tout ceci est de la faute de nos élus. Quant on décide de prendre des décisions encore faut il en avoir le droit!!!!
Pour information, c'est la CRE qui aura le dernier mot, et comme celui ci ne dispose pas d'une enveloppe financière extensible (faut partager avec le vent, la houle, l'eau et le soleil;...) et pour ma part étant agriculteur, je me vois mal faire de la canne électrique sur des terrains agricoles. Les terrains agricoles servent à la production alimentaire.
Comment peut on rouler ainsi les planteurs en leur disant que la prime bagasse va remplacer l'aide que l'on n'aura plus avec la nouvelle Politique Agricole Commune Européenne.
C'est un scandale. On appelle ça un attrape nigaud ....

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales