Culture

Quand la Possession et le Port pédalent vers le passé

A la veille du 20 décembre, quelques associations et clubs de cyclisme du Port et de la Possession proposaient aujourd'hui de redécouvrir les lieux historiques de la période de l'esclavage, dans la région de la Possession.


Le port de débarquement des esclaves, le "tamarin de Sarda Garriga", ou la stèle de commémoration de l'abolition de l'esclavage, voilà autant de lieux que les amateurs de vélo ont pu découvrir et redécouvrir tout au long de leur ballade ce matin.

L'initiative, venue du club Transport Vélo-ville du Port et de l'Association Cyclotourisme de Bourbon, a été accueillie de façon enthousiaste par les cyclistes. Ils étaient donc 35 à parcourir les différents sites historiques ce matin.

Des rues aux noms d'esclaves marron

Tout le long, des explications et des anecdotes sur le passé ont rappelé aux jeunes comme aux moins jeunes cyclistes que ces lieux qu'on fréquente tous les jours ont une histoire riche. La médiathèque Héva par exemple, dénommée ainsi du nom d'une ancienne esclave marron, ou alors les nombreuses rues dont les noms viennent d'autre esclaves marrons, comme la rue Cimendef ou Anchaing.

Allier le vélo et l'histoire de son île, voilà une activité qui réjouit Simone, une des participantes et membre du club Transport Vélo Ville. "Parmi les personnes présentes, j'ai remarqué que beaucoup ne connaissaient pas Anchaing ni son épouse Héva, ni l'existence de cette stèle au port de débarquement des esclaves", constate-t-elle.

Jacques Julie, responsable de l'association Cyclo-touriste de Bourbon est à l'origine de la démarche. Comme il l'explique, "nous avons demandé l'organisation de cette manifestation à l'occasion du 20 décembre. On a voulu marquer le coup, avec l'aide de la mairie et des associations".

Le "tamarin Sarda", "lieu fort"

Quant à Roland Lambert, qui a guidé les associations au long de cette activité culturelle et sportive, il soulignait la richesse historique des lieux visités, tel le "tamarin Sarda", qui pour lui est un lieu fort. "C'est le lieu où Sarda Garriga s'est arrêté pour se reposer, en montant de la Ravine à Malheur", raconte-t-il.

Enfin, après l'effort, le réconfort, puisque nos cyclistes amateurs d'histoire ont pu partager un pique-nique dans les hauts de la Possession, où les traditionnels rougail saucisses et carry poulet en ont régalé plus d'un.
Samedi 19 Décembre 2009 - 19:43
Johanne Chung To Sang
Lu 1923 fois




1.Posté par Bel Caf lo vré Fra le 20/12/2009 10:15
In ptit message pou lo 20 décembre : Sat la pas enkor fé, allé vite war lo JIR zordi, na na lo prof Alexis Miranville i kose d’sis l’esclavage. Sé in boug lo dé pieds lé bien posé d’sis la terre nout péi ; kan wi lire son léklérage, ou sent in ptit boner i monte et i descende dan out kor. Aller war mon Fra !

2.Posté par pimanzoizo le 20/12/2009 10:34
@post 1 : mi peu pas dire mieux :mon doidt 'd'pié la zoué la cordéon ,oté !

3.Posté par Goutanou le 20/12/2009 12:00
Spécial dédicace à tous les chefs de village africain qui vendaient leur frêres aux blancs, qui ne s'aventuraient pas dans les contrées "sauvages" de l'Afrique......

Du reste, pour ceux que la "vraie" histoire de l'esclavage intéresse, je recommande à tous la lecture du livre écrit par ATAR GULL et EUGENE SUE, préfacé par Aimé Césaire "L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE...
les révisionnistes péï qui voudrait nous faire croire, ils ont la mémoire courte, que l'esclavage est l'apanage du blanc, apprendront qu'en tout temps, l'être humain à pris des esclaves....qu'ils soient noirs, jaunes verts ou bleus...et que sur une échelle historique, le blanc est un des derniers à avoir succombé à cet horrible habitude humaine....
Alors les petits historiens à la mort moi le noeud feraient bien de dire la vérité!

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/12/2009 19:28
personne n'a jamais dit que l'esclavage était le fait exclusif des blancs..tu te trompes de débat, "goutanou"..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales