Social

Prud'hommes : Y-a-t-il des pressions autour du référé de deux ex-salariés de l'ARAST ?

C'est demain vers 14h00 que les Prud'homes devraient annoncer leur délibéré concernant le référé de l'ARAST. Ce sera la troisième tentative pour dire si oui ou non les AGS doivent indemniser des ex-salariés de l'association de service à la personne, liquidée en début d'année. La troisième fois sera-telle la bonne ?


Prud'hommes : Y-a-t-il des pressions autour du référé de deux ex-salariés de l'ARAST ?
Les Prud'hommes ont examiné au mois de mai, un référé introduit par deux ex-salariés de l'ARAST. Le tribunal paritaire avait mis la décision en délibéré au premier juin. Les requérants et la presse étaient donc au rendez-vous à Champ-Fleuri, ce jour-là. Au lieu de la décision, les personnes présentes ont appris que l'annonce du délibéré, était reportée au 22 juin.



Bis repetita. Le 22 juin, au lieu du verdict, les plaignants ont su que le délibéré a été un nouvelle fois reportée au 6 juillet, c'est-à-dire demain. Mais cette troisième fois, est-ce vraiment la bonne ? C'est en effet la question que se posent depuis quelques jours les requérants. "Il y a aujourd'hui des rumeurs persistantes sur l'hypothèse d'un nouveau report".



Selon certaines sources, il y a une réelle pression politique. "La décision est connue des élus. Certains tentent d'empêcher l'annonce du délibéré". Si intervention politique il y a, deux questions s'imposent : qui a à craindre de cette décision des Prud'hommes et pourquoi ?

Il semblerait que c'est toute la classe politique qui redoute une condamnation des AGS, à payer les indemnités légales aux ex-salariés de l'ARAST. En effet, si un tel délibéré est confirmé demain, cela signifie aussi que les AGS pourraient se retourner ensuite contre le Conseil général. Et, il ne faut pas oublier que lors de la tourmente sociale provoquée par la liquidation de l'ARAST, Nassimah Dindar s'était engagée à rembourser les AGS. Il est vrai que c'était sous la pression populaire.




Pour faire simple, le délibéré des Prud'homes (en faveur des requérants) pourrait rouvrir le dossier de l'ARAST. A quelques mois des élections cantonales, ce ne serait bon pour personne, surtout pas pour Nassimah Dindar et sa majorité composite (PCR/PS/Droite sociale/Modem et divers droite).

Lundi 5 Juillet 2010 - 08:42
Jismy Ramoudou
Lu 2810 fois




1.Posté par bouboul974 le 05/07/2010 08:53
Posons aussi la question avant le Régionale n'avons nous pas eu une pression générale sur les Médias sur les employés de CG et de leurs Elus ? comment commenter cela? depuis que les Régionales terminées peu de publicité se font

2.Posté par Cambronne le 05/07/2010 09:01

Jismy Ramoudou
si la justice française était si indépendante il y a longtemps que les poules auraient des dents , que peuvent ils attendre de plus dans un pays en pleine soviétisation

3.Posté par PTITCRICK le 05/07/2010 09:52
partout ou la classe basse ou moyenne mettra ses pieds pour défendre ses droits il aura
toujours des corrompues pour les piétinées ET SACHEZ QUE NOUS SOMMES DANS
LE DÉPARTEMENT LE PLUS CORROMPUES DE FRANCE ET ÉTAT DE DROIT
ET POUR DONNER DU PRIVILÈGE A CERTAIN GROS PATRON

4.Posté par Cambronne le 05/07/2010 10:52
3.Posté par PTITCRICK le 05/07/2010 09:52
SACHEZ QUE NOUS SOMMES DANS
LE DÉPARTEMENT LE PLUS CORROMPUES DE FRANCE ET ÉTAT DE DROIT et c'est peu de le dire ainsi

5.Posté par citoyen le 05/07/2010 14:11
Il n'y a pas lieu de s'en faire pour le référé de demain; je suis concerné, néanmoins si on condamnait l'AGS cette institution fera appel devant , cette fois, de vrais juges professionnels et ce sera un autre débat. Toutefois n'occultons pas la décision du tribunal administratif , cette décision sera déterminante pour l'avenir des élus du conseil général pour ce qu'ils ont favorisé de transferts clandestins ( voir jurisprudence) vers les structures de complaisance, corbeil et proxim, et ce en faisant perdre aux salariés concernés les avantages qu'ils avaient auparavant.Ce qui signifie que ces structures auront des comptes à rendre. Par ailleurs n'oublions pas les transferts de l'ancien directeur général ARAST au GIP du conseil général ainsi que le chef de service de l'EST pour ne citer qu'eux mais d'autres, en masse, suivront. Les vrais professionnels du droit apporteront toute la lumière juridique , très bientôt, sur cette évolution plus que probable. La décision des référés de demain n'a pas d'importance et les pressions politiques ne vivront qu'un moment superflu. Mais les prochaines élections cantonales seront très perturbées au moins pour la principale présidente qui trouvait anormale cette grosse entreprise arast et qu'il faillait la refiler par miettes aux petits copains des structures citées ci-dessus. Il y a des salariés qu'on appelle boomérang: ceux qu'on jette et qui vous reviennent dans la gueule pour la faire exploser. A bientôt camarades

6.Posté par ex le 05/07/2010 15:32
Je ne comprends pas. Où est le lien avec le titre qui fait mention de "pression sur 2 ex-salariés" ??

7.Posté par etjosedire le 05/07/2010 15:42
Serions nous proche d'un déni de justice ?

8.Posté par bien dit citoyen post 5 le 06/07/2010 07:19
J'epère que nous ex salariés de l'ARAST serons un jour indemnisé ou transférer car l'attente est longue, et qu'il n'y a pas de travail à l'horizon pour nous dans les entreprises car nous venons de l'ARAST.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales