Social

Prud’hommes : La CGTR devant, mais forte crise de confiance dans les syndicats

La CGTR, avec 39 % de suffrages exprimés, conforte son assise à La Réunion. La CFDT, elle, progresse de trois points à 30 % alors que la CFTC et FO perdent deux points. L’UNSA, elle, gagne un point. Ces résultats ne doivent pas cacher la crise de confiance des salariés vis-à-vis des syndicats.


Premier enseignement de ces élections, la participation a été plus faible qu’en 2002, 19,92 %. Le taux d’abstention a battu des records. S’il est de plus de 74 % en métropole, il est de 80 % à La Réunion. La crise de confiance des salariés vis-à-vis des syndicats est confirmée.
Deuxième enseignement de ce scrutin, la CGTR, avec 39 % des bulletins de vote, reste le premier syndicat à La Réunion. En 2002, la Confédération général du travail avait totalisé 40 % à cette même élection.
Sa principale concurrente, la CFDT elle, gagne trois points. La Confédération française démocratique du travail passe de 27 à 30 %. A un niveau moindre, l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes) progresse également de 5,66 % à 6,33 %.
Dans le même temps, la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) voit sa représentation diminuer (de 11,28 % à 9 %). C’est aussi le cas de Force ouvrière (de 9,27 % à 7,12 %) et de la CGC (Confédération générale des cadres) de 5,26 % à 3,80 %.
L’analyse globale montre qu’il n’y aura pas un sensible changement en terme de représentation aux Prud’hommes. Elle met également en exergue un vrai problème de société: quelle est aujourd’hui la place des syndicats dans la vie des travailleurs?
“C’est vrai, il y a une crise de confiance vis-à-vis des syndicats. Cela résulte de plusieurs faits. L’outil syndical est efficace aux Prud’hommes mais pas devant le tribunal d’Instance”, regrette Armand Hoareau, secrétaire général de l’UNSA.
“Comment voulez-vous qu’on soit crédible lorsqu’un représentant de l’Etat nous ignore. C’est le cas du secrétaire d’Etat, Yves Jégo, il ne nous a jamais reçus. C’est aussi le cas du préfet qui nous ignore dans la préparation de ces élections”, avance Armand Hoareau.
Jeudi 4 Décembre 2008 - 20:17
Jismy Ramoudou
Lu 721 fois




1.Posté par cogito le 04/12/2008 20:48
Les syndicats en général ne s'interesse à vous uniquemnt quand vous pouvez leur etre utile.
Qui va aller enlever l'ensemble des affiches qui polluent les murs de la Réunion maintenant que l'lélection est finit ?
Ces élections ne servent qu'à conforter certains leaders syndicaux sur le chaise et garantir des fins de mois sonnantes et trébuchnates car ces élctions sont avant tout un bizness!!!!!!!!
Faisons un relevé rapide des prix d'ahesion à un syndicat et vous ne serez pas surpris de voir qu'un employer préfère garder ces sous dans sa poche putot que pyer un syndicat qui ne vient que lorsqu'il y a la télé et freedom et que pour eux et leur décharge professionnelle utile et donc payante.
Nos leaders syndicaux pour beaucoup ne sont pas crédibles car à trop vouloir ménager la chèvre et le chou ils se coupent de la base et lors d'appel à la grève personne ne suit plus.
A quoi sert une grève d'une journée ?Réponse A RIEN.

2.Posté par haltela le 04/12/2008 20:57
quand in voit comment certains représentants syndicaux se comportent en revendiquant sans jamais avoir un soupçon de proposition on comprend bien le désenchantement des masses laborieuses . Et ce sont les moins représentatifs qui sont les plus hargneux !!! Prenez en de la graine Mr HOAREAU

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 07/12/2008 02:49
sans doute ceux qui sont à la tête des syndicats, n'arrivent pas mobiliser...faut changer les têtes alors..?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales