Economie

Protocole de Novelli : "Si on le signe, c'est la faillite garantie", assurent les artisans

L'Aveca et le VTR ne sont pas satisfaits du protocole d'accord proposé par Hervé Novelli pour venir en aide au TPE. Les artisans proposent des solutions mais n'hésitent pas non plus à accuser et menacer.


Le Collectif pour la défense des entreprises de travaux publics et du transport, l'Aveca ( Association pour la valorisation des entreprises commerciales et artisanales) et le syndicat VTR (Vigilance des terrassiers de la Réunion) ne signeront pas le projet de protocole d'accord relatif au dispositif de soutien aux entreprises liées au secteur du transport, du bâtiment et des travaux publics de l'île. Ce protocole, qui a été proposé par Hervé Novelli, secrétaire d'État chargé des TPE, "ne correspond pas à nos attentes" affirme Gismy Viraye, secrétaire du collectif, qui assure que "si on le signe, c'est la faillite garantie!"

Ce protocole prévoit un étalement des charges patronales, qui représentent 40% des charges. Or, les TPE s'attendaient plutôt à un report des charges salariales. Le protocole prévoit un étalement des dettes seulement au premier semestre 2010, "alors que nous sommes en crise depuis bien avant 2008", s'exclament-ils.

L'attribution des marchés publics : "du copinage"
Les syndicats réfractaires constatent par ailleurs que l'attribution des marchés publics, très peu nombreux, serait toujours favorable aux mêmes entreprises. "C'est du copinage" déclare Gismy Viraye. "Les petits marchés sont magouillés avec toujours les mêmes entreprises et quand je demande l'analyse des offres, je vois qu'il y a un gros problème" assure Hermann Elise, président de la VTR, qui donne un exemple : "J'ai proposé 80.000 euros pour un petit marché dans une commune de l'Est, et ils ont préféré céder le chantier à GTOI pour 104.000 euros".

Du chantage au licenciement...
Selon les chefs d'entreprises présents, les multinationales du BTP prévoient des plans de licenciements, et feraient également pression sur les collectivités et les municipalités pour obtenir les marchés. "Je rappelle quand même que les artisans sont les premières entreprises de France. On représente 80% des entreprises et on peut nous aussi se mettre à faire du chantage", précise Gismy Viraye.

Une aubaine pour les huissiers
"Les huissiers profitent de la situation, ils se font du gras" assure le secrétaire. "Le malheur des uns fait le bonheur des autres" regrette Yannick René, vice président du collectif. Hermman Elise cite l'exemple d'un chef d'entreprise qui a dû vendre son engin d'une valeur de 300.000 euros, à 40.000 euros, "c'est désolant, mais ça fait la joie des rapaces" rajoute t-il.

Pour le moment, le Collectif préfère faire ses propres propositions.

Le plan fiscal :  
- Arrêt immédiat de toutes les procédures contentieuses.
- Report du paiement des dettes (IR, IS, taxe professionnelle, TVA) de l'année 2008, et TVA (de janvier à juin 2009), avec un début de paiement à la fin du 1er semestre 2010, et un étalement sur 3 ans maximum.
- Report du paiement des charges (IR, IS, taxe professionnelle) de l'année 2009, et TVA (de juillet à décembre 2009), avec un début de paiement à la fin du 1er semestre 2010, et un étalement sur 3 ans maximum.
- Abandon de 50% des dettes de l'année 2008 et des 1er et 2ème trimestres 2009.
- Remise préalable totale des majorations et pénalités de retard.
Vendredi 24 Juillet 2009 - 13:14
Karine Maillot
Lu 1424 fois




1.Posté par FRANCO le 24/07/2009 17:52
Je comprends d'autant plus les revendications du collectif que d'une part la crise ne fait à peine que commencer à la Réunion et que d'autre part, les banquiers ( les actionnaires et non pas les salariés) n'ont pas eu eux à menacer ni à beaucoup se battre pour que l' Etat s'engage à leurs côtés pour 360 milliards !!! Quand on sait qu'au lieu de mettre ce soutien financier au service de la relance de l'économie... et des petites entreprises, elles se sont empressées d'aller "spéculer" avec les "tradeurs" de leurs filiales pour se refaire de prodigieux profits. Les "pauvres banquiers réunionnais" n'ont-ils pas annoncé plus de 80 millions € de bénéfices !!!

Le pire est à venir !!!! aussi bien en métropole qu'à la Réunion. Et quand les ouvriers en sont arrivés à vouloir faire "sauter" leur usine, c'est que les lendemains ne vont pas être roses.

Quand je pense que la région elle, dans ce contexte, envisage tout simplement de l'ancer notre île dans plus de 4 milliards € d'endettement avec son tram-train qui durant plus de 3 ans nous imposera l'enfer du canal bichique, puis 3 ou 4 ans de plus avant d'avoir enfin la route du littoral ... à péage !!!! et le boulevard nord .... à péage !!!! Ils sont devenus fous !!!!

2.Posté par lapavilapapri le 24/07/2009 22:13
"Une aubaine pour les huissiers
des rapaces" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
ils sont rapaces uniquement quand ce n'est pas vous qui les mandatent

"d'un chef d'entreprise qui a dû vendre son engin d'une valeur de 300.000 euros, à 40.000 euros, "

chiche!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! donnes nous le nom de ce chef d'entreprise sinon, on ne va pas gober ces âneries. tout le monde a vu de la figure de jésus sans l'avoir vu!!!!!!!!!!!!!!!!!!

"J'ai proposé 80.000 euros pour un petit marché dans une commune de l'Est, et ils ont préféré céder le chantier à GTOI pour 104.000 euros".

qu'est ce qu'il attend Pinochio pour porter plainte

On représente 80% des entreprises et on peut nous aussi se mettre à faire du chantage", précise Gismy Viraye.

le clown des brasseries bourbon aussi a fait du chantage de délocaliser en Afrique du sud!, aujourd'hui, il pleurnichent

Abandon de 50% des dettes de l'année 2008 et des 1er et 2ème trimestres 2009.

pourquoi les petits devraient toujours payer, et les riches court toujours après le délestage de leur cotisation, fermes ton entreprise si tu n'es pas capable de travailler honnêtement!!

3.Posté par Kalou le 25/07/2009 09:58
L'impératif des verbes du premier groupe ne prend pas de s.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales