Blog de Pierrot

Promotion des langues régionales : Quelques vérités...

Vendredi 30 Octobre 2015 - 16:24

Le PCR, qui cherche à faire parler de lui, a trouvé ce qu'il pense être un bon filon en accusant les deux sénateurs Michel Fontaine et Didier Robert d'être "anti créole" en raison de leur vote contre la ratification de la charte européenne des langues régionales.

Comme d'habitude, le Parti communiste oublie de porter à la connaissance du public certains faits essentiels. Nous allons les aider à réparer cet oubli :

1)  Les langues régionales sont déjà reconnues dans la constitution à l’article 75-1 depuis la révision constitutionnelle de 2008 à laquelle s’étaient opposés à l'époque les 23 élus communistes du Sénat, mais aussi les trois députés de gauche d’alors : Patrick Lebreton, Huguette Bello et Jean Claude Fruteau... Eh oui, quand on prétend dire la vérité, c'est mieux de tout dire !

A l’époque de la discussion de cet article, deux sénateurs communistes, MM. Autain et Renar, avaient déposé un amendement de suppression de cet article arguant que "les langues régionales appartiennent incontestablement au patrimoine de notre pays. Plus encore, elles font vivre sa culture. Faut-il pour autant les intégrer au corps de la Constitution, dans une période où tout est mis en œuvre pour briser l'unicité de la République, pour mettre en avant ce qui divise plutôt que ce qui rassemble ?". Amusant, non ?

Leur amendement avait été rejeté et les langues régionales reconnues dans notre constitution par la volonté de la majorité de l’époque.

2) Le texte sur lequel les sénateurs ce sont prononcés a fait l’objet de deux avis clairs du conseil constitutionnel et du conseil d’Etat,  précisant que la ratification d’une telle charte "créerait une contradiction avec les principes constitutionnels les plus essentiels, qui sont au fondement de ce qu’est la République française" ! Là aussi, difficile d'être plus clair !

Ajoutons à cela des "imprécisions rédactionnelles" relevées par le Président de la commission des lois, un risque "d’incohérence en droit interne" et "un risque de contradiction dans l’ordre juridique international" et vous comprendrez le pourquoi du rejet du texte !

Toutefois, pour tenir compte d’une volonté d’améliorer la valorisation des langues régionales, une initiative de près de 100 sénateurs a conduit à déposer une proposition de loi avec pour objectif de "donner une assise juridique plus claire à des pratiques ou usages existants et à promouvoir l'utilisation des langues régionales".

Une fois qu'on a ces éléments, la prise de position du PCR apparait pour ce qu'elle est : une tentative désespérée de trouver n'importe quel argument en cette période de campagne électorale, quitte à se prévaloir de ses propres turpitudes...
Pierrot Dupuy
Lu 2105 fois



1.Posté par fred le 30/10/2015 16:55

bravo, bien parlé !
il est bon de rappeler les vérités et la réalité en ces temps de mensonges et de manipulations politiciennes.

2.Posté par pfff le 30/10/2015 17:00

Ils n'ont rien à dire sur le bilan de Didier, du coup faut qu'ils sortent des conneries et faire croire aux réunionnais leurs bêtises !!

Nou lé vilain, mais pas couillon !!!

3.Posté par nou lé kréol le 30/10/2015 17:03

oté la réunion .. ouvre ton yeux !!
n'éna d'moun y veut faire croire à nou que néna que zot qui bataye pou nou ...
alors depuis plus de 20 ans, zot la fé que remplir zot poche ek sinn zot famille !!

La bande de Labello, Lebreton, Canette, Le Louloute de Saint-Leu ne sont que les "oui-oui" du gouvernement !!

4.Posté par Pff le 30/10/2015 17:06

ben oui, le PCR y veut mette bâton dans les roues du président sortant ...
toutes les occasions sont bonnes pour eux pour cracher leurs venins, mais ils sont tout simplement minable dans leurs conneries !!!!

5.Posté par Lokiel le 30/10/2015 19:22

Cette présentation des faits est d'une mauvaise foi à la limite de la diffamation:

- contrairement à ce qui est laissé entendre, ce n'est pas à l'inscription des langues régionales dans la Constitution que les parlementaires de gauche étaient opposés à l'époque. Ce qu'ils ont refusé de voter, à l'époque, c'était la réforme constitutionnelle dans son ensemble qui modifiait des choses aussi vastes que le conseil supérieur de la magistrature ou les conditions d'élections des présidents de la République. Vous assimilez le rejet d'un texte au rejet de l'ensemble des articles, c'est profondément malhonnête.

- de même, vous assimilez le fait que deux sénateurs communistes aient tenté de faire supprimer les langues régionales dans le texte à une espèce de collusion des communistes contre cette disposition. Sauf que c'est faux. A la séance du 18 juin 2008, par exemple, les sénateurs de gauche ont eu une position assez subtile: les socialistes ont expliqué être favorables à l'intégration des langues régionales dans la loi (avec une nuance de Badinter qui craignait que ça ne donne l'impression que le Constituant validait la lecture du conseil constitutionnel selon laquelle la charte des langues minoritaires est inconstitutionnelle). Les communistes ont proposé à l'unanimité la suppression de la mention qui avait été insérée dans le projet de loi constitutionnel des langues régionales car ils la trouvaient mal placée dans le texte. En conséquence, par la voix de Nicole Borvo Cohen-Seat, ils ont aussi exprimé (à la majorité, et non plus à l'unanimité) le déplacement de cette disposition ailleurs dans la Constitution. En d'autres termes, à la majorité, ils y étaient favorables. Vous assimilez donc à deux sénateurs l'ensemble des autres sénateurs de leur groupe, même ceux qui ont officiellement pris position pour les langues régionales! Et c'est là la grande différence avec les sénateurs Robert et Fontaine, qui eux n'ont pas proposé de modifier la disposition proposée mais l'ont purement et simplement repoussée!

- les langues régionales sont effectivement inscrites dans la Constitution. Néanmoins, et selon les travaux mêmes du Congrès de 2008, cette disposition n'a de valeur que déclaratoire, sans avoir vocation à prendre force juridique. La ratification de la charte européennes des langues régionales et minoritaires, en revanche, créerait un droit à la protection de ce patrimoine, auquel la France ne pourrait se déroger. Rester en l'état actuel du droit serait l'équivalent de dire "le vol est interdit" mais ne prévoir ni policiers ni juges...

- les arguments soulevés par le Conseil d'Etat et le président de la commission des lois ne tiennent pas la route. En effet, l'interprétation faite de la Constitution par le Conseil constitutionnel en 2003 était contraire à l'intention du législateur. En effet, l'article 2 sur le français comme langue de la République, selon son rédacteur même, visait à contraindre l'utilisation du Français par peur qu'un jour tous les actes officiels soient uniquement rédigés en anglais. En aucune façon il ne s'agissait d'interdire qu'à côté du français une autre langue puisse être utilisée: il s'agissait d'interdire qu'elle soit utilisée à la place. De même, l'invocation du principe d'indivisibilité du peuple français est totalement contraire à l'Histoire du droit constitutionnel. Cette disposition, inspirée de la doctrine du corps du roi sous la monarchie, a fait son apparition dans notre ordre constitutionnel républicain à la faveur des conflits entre Girondins et Montagnards. Il s'agissait d'empêcher, pour les Montagnards, d'empêcher la décentralisation. A l'époque de sa rédaction, en effet, il est considéré que le peuple français, c'est la république française et donc le pouvoir constituant. En d'autres termes, il serait plus finement formulé, en termes modernes du droit, comme "le pouvoir constituant est indivisible". Nul, donc, ne peut avoir un droit juridique opposable à une loi ou à une réforme constitutionnelle du simple fait de son appartenance à telle ou telle partie du peuple. Derrière, c'est aussi l'opposition à la théorie des trois corps (clergé, noblesse, tiers-état): une personne, une voix. En aucun cas il ne s'agissait de s'opposer à l'existence de droits locaux spécifiques puisque ceux-ci abondaient à l'époque de cette rédaction et abondent encore aujourd'hui!

- la proposition de loi des sénateurs, qui n'est d'ailleurs pas encore déposée, ne pourra pas aller plus loin que ce qui se fait déjà et notamment pas de régler la question d'un devoir juridique de l'Etat français de préserver le patrimoine linguistique.

6.Posté par kld le 30/10/2015 20:30

je zappe le bla bla de Dupuy ............ rien de nouveau sur cette ile créole qui renie sa part créole .........( ' cf le bla bla de fareyrolle sur le kk , de sudre , sur "le sympathisme" ?cela veut tout dire ........)sans compter le pov manichéisme répéter et répeter : "la réunion c'est la framce" depuis tant d'années par les " j'ai peur que des cocos et des "autonomistes" ):

j'ai eu la chance de côtoyer des créolophones mauriciens , rodriguais , martiniquais , seychellois ........... il n'y a qu'à la réunion , et pourtant , je suis réunionnais depuis les années 1700 . (cf les adorateurs de " nout ancet" ) ....... donc , il n'y a qu'à la réunion où il y a un probleme avec la "reconnaissance de la langue créole " ..il est vrai que c'est la seule ile qui a "un créole" proche du français" .mais kan meme la di , pas besoin de linguiste , de psy , ou pire , d'"historien" pour dire que meme si nout causé lé proche du français , ce n"est pas la meme "imagination" que la langue française " ............ godé ...... vive "nout créole" qui n' pas besoin de "semaine" mais qui a besoinn de sortir du "post colonialisme" .vive nout mangé pou le cœur ............ vive Fanon , Césaire ? Gauvin , Marimoutou , Honoré ,Waro et j'en oublie (excuse mon pardon!!!) .ce n'est pas une question d gauche ou de droite mais une question de liberté ...........................................



la route est longue sur cette "ile"

7.Posté par kld le 30/10/2015 20:49

encore une .......... na mon "cerveau" que la donne amwin la chance de maitriser le "français" , un ti peu l'anglais" ( merci mon dieu) ....ben c'est une chance , ma na la chance d'avoir accés" à "l'imaginaire créole la réunion" et les autes ima ginaires" ............... ça qui refusent les différences ........... c'est une "imaginaire" en mwin , ...................... mwin lé pas "lévy straus" , mwin lé pas 'linguistes" .mwin mi sobat pou la diversité la "lang créole" , un plus pou "l'imaginaire" ........ alors oui ? "vive les langues régionales " .n'en déplaisent' au dupûy et autres ........................ya.

8.Posté par kld le 30/10/2015 21:04

une dernière , et je sais que les "esprits lucides de part le monde" l'ont déjà démontré meme si mwin lé pa kapab d'utiliser les bon mots mots / le drame de la colonisation : les frontières artificielles , la destruction de "l'imaginaire locale" et ce malgré la mise en place des "infrastructures sanitaires et techniques " ................. na pwin que l'économie que lé nécessaire ...... one man , one vote //////////////////honte aux "guerres coloniales " et aux "guerres linguistiques" .........

9.Posté par Georges le 30/10/2015 21:11 (depuis mobile)

Notre langue c est notre fierté , qu elle reste ici , elle n a pas besoin d un texte pour la reconnaître . C est notre identité , notre culture que nous sommes libres de partager et un texte en faveur ou à l encontre n y changera strictement rien.

10.Posté par kld le 30/10/2015 21:44

"la pensée" de Dupuy me fat penser au Pons face face au drame d'Ouvéa ............... (cf "l'ordre et la morale" de Kassovitz ) qui sont ils a penser autrement que "la France"???????????? ...... en mémoire a mes potes kanaks que j'ai connue . ............

11.Posté par kld le 30/10/2015 21:47

pour les "malcomprenants" , et "dieu" sait qu'ils sont nombreux ......... je suis heureux d'etre créole , français , européens , et citoyens du monde ... ben !

12.Posté par Precursor le 31/10/2015 08:23

Quand on écrit "SIN-DNI" à l'entrée de la ville de Saint-Denis, est-ce que cela fait plaisir aux réunionnais ?
A-t-on demandé l'avis des réunionnais avant de commencer à porter à l'écrit le créole réunionnais ?
Pourquoi l'Union Européenne veut-elle favoriser les langues régionales ? Pourquoi se mêle-t-elle d'une chose comme celle-ci ?
Pourquoi les catalans indépendantistes font-ils leurs manifestations avec des drapeaux européens et des slogans en langue... anglaise ?
Qu'est-ce qui se cache derrière le concept des Eurorégions ?
Beaucoup de réponses sur le site www.UPR.fr

13.Posté par Antoine Laurenti le 31/10/2015 15:06

Il ferait mieux de taper sur les députés qui ont voté la réforme du college qui va enterrer les langues régionales dans l'éducation nationale, mais cela toucherait peut être certains de leurs alliés ...

14.Posté par kaf blanc le 31/10/2015 18:44

Papa kréol, moman kréol mwin mèm un p'ti kréol...

Déclaration du candidat didier lors du meeting du 18 octobre à st Paul.
" la ligne politique de mon projet, c'est la préférence réunionnaise. OUI nou lé kréol ! "
Vote du sénateur Robert afin que les langues régionales soient reconnues officiellement dans la constitution: NON!
Ah le digne fils de " Créole un jours, créole toujours". Pou zot kréol lé bon pou fé ri la boush, lé pa un zaffair sérié, lé trop tiatia pou mèt dan la constitution.
Mi espèr le pèp va lévé pou bat se goyave déor...

15.Posté par stella le 31/10/2015 20:18

tout les coup sont bons avec ces gauches, le créole c' est notre langue, mais réussir notre vie on doit parler français, anglais alors verges arrêtez vos propos

16.Posté par kld le 01/11/2015 14:31

post 4 a tout dit .

17.Posté par " Vieux Créole" le 01/11/2015 16:35

QUAND LE PRINCIPE "DES LANGUES RÉGIONALES"A ÉTÉ ADOPTÉ PAR LE PARLEMENT , AIMÉ CESAIRE A DEMANDE A L’UNE DE SES ADMINISTRÉES DE FORT-DE FRANCE CE QU’ELLE EN PENSAIT . VOICI QUELLE FUT SA RÉPONSE. "MES ENFANTS PARLENT LE CRÉOLE A LA MAISON OU DANS LA RUE . SI JE LES ENVOIE A L’ÉCOLE ,C’EST POUR QU’ILS APPRENNENT A MAÎTRISER LA LANGUE FRANCAISE ! LE CELEBRE MARTINIQUAIS( "CHANTRE DE LA NÉGRITUDE" ET DE "LA FRANCOPHONIE" !) AURAIT ALORS RÉPONDU : "VOUS AVEZ PARFAITEMENT RAISON
MADAME ..." ! Ces propos , ,je les ai entendus sur "Antenne 2" (aujourd’hui "France 2" ) alors que j’étais en Métropole ... REMARQUES PERSONNELLES : 1 ) je parle créole et l’écris dans une écriture ,une orthographe courante ,lisible ,sans "déchiffrage compliqué"... 2) le" créole réunionnais"( comme tous les autres créoles d’ailleurs) est "UNE LANGUE VERNACULAIRE ORALE". 3 )Ce n’est pas une langue internationalement parlée,comme la langue française( parlée et comprise dans de nombreux pays du monde) ! 3 ) Il faut se rappeler que DES idéologues de "lofis la langu’" , revendiquent une "orthographe spécifique" du créole réunionnais ( orthographe qui n’existait pas ! ) et certains posaient le principe suivant : "un Territoire , un État ,une LANGUE" ! Je me souviendrai toujours de la fois où, chez mon coiffeur habituel , après avoir lu "Témoignages" posé sur la petite table de son "salon", le lui demandais ;" as- lu "l' histoire créole" du journal ? Je suis resté ébahi de sa réponse : "je ne les lis jamais "-les zistoires"- ,je ne comprends pas le russe ..". !! 4 ) N’y aurait-il pas comme une similitude,un rapprochement avec une certaine revendication : " État Réunionnais , Démocratique et Populaire " (qui a pu mettre le trouble dans certains esprits ) ??? Cette dernière revendication est mise d’ailleurs, "sous le boisseau" depuis 1981-83 mais n’a toujours pas été abandonnée !!!

18.Posté par Gromale le 02/11/2015 09:27

La droite contre le créole et le maloya. Rien de nouveau.

19.Posté par Mizik le 02/11/2015 12:38

Didier Robert et Michel Fontaine lé kont le kréol!!! A koz ou la pèr la lang out papa ek ou momon? Zot noré diaou "Perquisitions" lé pa normal...........

20.Posté par tijean le 03/11/2015 13:46

Je n'arrive même pas à comprendre comment dans une région "moderne" comme la Réunion, LE PCR, et ses idées passéistes, existent encore.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter