Faits-divers

"Profession ? Surfeur !" Signe particulier ? Méchant


Correctionnelle Sud – 22/09/2015 : Dégingandé, sale, goguenard, Pierre Lucas s’y prend à deux fois avant d’obtempérer aux injonctions des policiers qui lui demandent d’ôter son bonnet. Un signe de reconnaissance qui, on le verra plus loin, est aussi un bonnet d’âne.

Presque 30 ans, taille moyenne, déjà condamné pour violences avec arme, exhibition sexuelle et trafic de stupéfiants, il n’a jamais travaillé. Lorsque le président Loïc Grillet s’enquiert de sa profession, il lance crânement : «(inaudible)» On croit entendre « serveur », puis « chauffeur » avant qu’au bout d’un ultime effort très condescendant, il lâche à haute et intelligible voix (pour une fois) : « Surfeur ! »

« Mi explique pas ou ! »

Je ne vous explique pas l’étonnement sans borne s’inscrivant sur le visage du président, qui n’a d’équivalent que le nôtre.
« C’est une profession, ça ? – C’est un sport. – Ah ! Mais dangereux par les temps qui courent. – Mi explique pas ou ! »

La caractéristique principale du personnage, son « signe particulier », est un mauvais caractère dépassant l’entendement, une mauvaise foi digne d’un politicien aguerri, et une insupportation envers ses voisins, mâtinée de racisme.

Le 14 novembre 2014 à Etang-Salé-les-Bains, il s’en prend une nouvelle fois à son plus proche voisin, sa victime favorite, à qui il reproche d’avoir garé sa voiture devant chez lui. Comme si le domaine public lui appartenait en propre.

Ces conflits de voisinage sont fréquents et si les occasions de plaintes n’ont jamais fait défaut, jusqu’ici ses « adversaires » avaient préféré laisser filer, espérant que les choses s’arrangeraient. Une conciliation en justice n’a rien donné : l’irascible bonhomme ne s’y est jamais rendu.

« Mais il est con ou quoi ? »

Insultes, injures, noms d’oiseaux du style « sale Zoreil », menaces diverses avec sabres à cannes ou barres de fer, voitures mises à mal, portail escagassé grave… c’est le lot quotidien des voisins. Une de ses victimes a alors décidé que c’en était assez, ce qui a donné lieu à l’audience du jour.

Ce qui a particulièrement irrité le Président et le Parquet, c’est qu’à chaque grief présenté à son encontre, le prévenu en revenait toujours à un rétroviseur qu’il aurait cassé et « akoz i di sé moin quand sé pas moin ? »
« Mais il est con ou quoi ? » a-t-on entendu fuser dans le public, ce qui a déclenché l’hilarité de la Cour, de l’accusation et des avocats.

Invivable au quotidien, mettant son voisinage sous pression constante, laissant sourdre un climat de peur, appelant ses potes à la rescousse quand il s’agit de menacer les autres, Pierre Henri Lucas a accepté sa condamnation sans broncher pour une fois.

« Vous êtes surfeur, dites-vous. Vous devriez alors être plus cool », a dit le Président Grillet. Sans y croire vraiment, semble-t-il.
 
Mardi 22 Septembre 2015 - 15:49
Jules Bénard
Lu 2454 fois




1.Posté par grands malades le 22/09/2015 17:24
un parfait exemple de la bêtise humaine !
Et raciste en plus ! Le pauvre...

2.Posté par Nono le 22/09/2015 18:01
Ces chroniques judiciaires, contées ainsi, sont savoureuses, il n'empêche que c'est toujours un peu triste... Non pas pour ces énergumènes, mais pour les victimes de leurs agissements.

Avant que cela finisse (et encore, ce n'est pas sûr) devant un tribunal, c'est quand même difficile pour le moral de se faire insulter et menacer régulièrement devant chez soi.

3.Posté par allo Zinfo ? le 22/09/2015 18:01
C'est quoi sa condamnation ???

4.Posté par kld le 22/09/2015 18:03
"une mauvaise foi digne d’un politicien aguerri" ha, ha !!!

5.Posté par Kojak le 22/09/2015 19:32
Voilà à qui profite le fruit de mon travail, profiteur de merde, et en plus il a un "chez lui"?

6.Posté par Pervers Pépère le 22/09/2015 20:06
Post 3: J'espère qu'il a été condamné à faire du surf au milieu des requins pendant 15 jours, 8 heures par jour!

7.Posté par Bébé requin le 22/09/2015 20:46
"Profession ? Surfeur !"

« Mais il est con ou quoi ?"

Rien à dire de plus, tout est dit!

8.Posté par DADI le 23/09/2015 10:48
Cet article oublie d'indiquer la peine du prévenu. C'est quand même la raison première d'une chronique judiciaire.

9.Posté par Jules Bénard le 24/09/2015 14:45
à posté 3 et 8 :
Oups !!!
2 mois avec sursis.
Merci de m'en avoir fait la remarque. Je l'ferai plus, promis.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales