Société

Produits toxiques dans les jouets: Des parents pas toujours au courant des risques...

Dans le cadre de la Semaine du développement durable, entre le 1er et le 7 avril, l'ECSPER (Éveil Culturel Structure Petite Enfance à la Réunion) a tenu à sensibiliser, à travers plusieurs actions, les parents face aux risques des produits toxiques contenus dans les jouets et auxquels sont confrontés leurs enfants. Un message pas toujours "évident" à faire passer mais qui commence à faire son chemin…


Produits toxiques dans les jouets: Des parents pas toujours au courant des risques...
L'ECSPER travaille depuis 2006 à une démarche écologique et environnementale à destination de la petite enfance et des parents. Marie-Lise Perraut, présidente de l'ECSPER, a inscrit cette "démarche" dans la Semaine du développement durable. "Depuis 2006 (ndlr : création de l'ECSPER) nous faisons attention à l'alimentation, aux pesticides et à la problématique des produits toxiques dans les jouets en contact avec les enfants", explique-t-elle.

Pour cela, cette structure destinée à la petite enfance travaille en étroite collaboration avec WECF (Women in Europe for a Common Future), une ONG qui milite, notamment, pour la protection des enfants face aux substances toxiques contenues dans les jeux et jouets qu'ils utilisent tous les jours. "WECF s'appuie sur des recherches pour faire de la prévention. Il y a un véritable tri à faire au niveau des jouets qui peuvent être fortement allergisant", souligne Marie-Lise Perraut.

Entre le Bisphenol-A, le Formaldéhyde, les Phtalates ou encore le Plomb… nos enfants ne sont pas épargnés et les parents pas forcément au courant des dangers. "On milite pour que soit mis en place, comme pour les aliments, une étiquette descriptive des produits contenus dans les jouets, ce qui n'existe pas aujourd'hui", explique-t-elle.

La sensibilisation compliquée des parents

Mais alors comment les parents peuvent-ils avoir des informations sur les jeux ou jouets achetés dans le commerce ? "Pour le moment, il faut demander l'adresse du fournisseur dans le magasin où l'on a acheté le jouet et envoyer un mail pour avoir le descriptif complet", répond Marie-Lise Perraut. Une démarche fastidieuse et qui n'est pas aidée à la Réunion par le manque de magasins proposant des produits "respectueux" vis à vis des marmailles.

Mais le plus dur dans ce combat mené par la présidente de l'ECSPER, c'est la "sensibilisation" des parents face à un problème de santé publique. "La prise de conscience n'est pas évidente, il y a un véritable travail de pédagogie à mettre en place. Cela fait plus de 6 ans que nous travaillons sur cette problématique", précise-t-elle.

Reste aux parents à faire le bon choix dans les achats futurs de jouet. "Il faut arrêter d'acheter pour acheter. Avoir une démarche plus raisonnée et choisir peut-être un jouet, certes plus cher, mais qui sera sans danger pour votre enfant", conclut-elle.

Si le sujet vous intéresse, une projection, suivie d'un débat, aura lieu à la crèche gérée par l'ECSPER, Lé Kalou au 96, rue Monseigneur de Langavant à La Bretagne, Saint-Denis, à partir de 20h30 ce vendredi.
Mardi 3 Avril 2012 - 10:45
Lu 1288 fois




1.Posté par Vincent le 03/04/2012 13:53
Est-ce vraiment la responsabilite des parents de s'assurer que les jouets vendus en magasin ne contiennent pas de produits toxiques??? Que fait-on des normes NF etc.? Peut-on vendre n'importe quoi et rejeter la responsabilite vers les consomateurs?

2.Posté par MissFati le 03/04/2012 15:06
Tout à fait d'accord avec Vincent. En plus les phrases qui tuent :
- "Pour le moment, il faut demander l'adresse du fournisseur dans le magasin où l'on a acheté le jouet et envoyer un mail pour avoir le descriptif complet", le magasin lui-même ne peut pas la faire, cette demande ??? Et que faire si effectivement le jouet acheté ne répond pas aux normes de sécurité ??? Les parents sont remboursés ? Je doute fort .... Et dans l'attente de leur réponse, le jouet est dans le placard .....
- "Avoir une démarche plus raisonnée et choisir peut-être un jouet, certes plus cher, mais qui sera sans danger pour votre enfant". La qualité passerait donc par le prix, plus c'est cher mieux c'est, selon vous.
- Cela fait plus de 6 ans que nous travaillons sur cette problématique", la "sensibilisation" des parents face à un problème de santé publique. Je pense humblement que le travail serait moins fastidieux pour vous, si il se faisait un peu plus en amont, du côté des commerçants -par exemple- qui devraient se renseigner eux-mêmes sur l'origine de leurs marchandises, et devraient par la même occasion l'afficher sur ces produits, et aux parents de faire leur choix, en connaissance de cause....

3.Posté par vente jouets le 22/06/2012 21:08
Je suis aussi d'accord avec Vincent. Nous, les parents, on ne peut pas prendre cette responsabilité. C'est aux fabricants et aux vendeurs de jouets de vendre de produits en toute sécurité.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales