Faits-divers

Procès Verbard: le second enlèvement passé à la loupe

Ce matin, la cour d'assises de Saint-Denis a commencé à étudier le second enlèvement dont a été victime Alexandre Thélahire en août 2007. Le moment fort a été le témoignage de Catherine, sa mère, encore sous le coup de l'émotion.


Procès Verbard: le second enlèvement passé à la loupe
"J'ai pensé à la secte de l'Ordre du Temple solaire, j'avais peur qu'ils fassent un suicide collectif", se rappelle Catherine Thélahire. La voix chevrotante, elle fait le récit de cette nuit où tout a basculé. "Des hommes cagoulés, gantés et entièrement vêtus de noir ont fait irruption dans notre appartement. J'ai essayé de crier à l'aide mais ils nous ont baillonné ma mère et moi".
Puis elle se rend compte qu'ils sont venus pour son fils. Ce dernier, en sortie avec son oncle et sa tante, revenait au moment même. Les ravisseurs s'emparent alors du gamin, neutralisent les autres membres de la famille et s'enfuient à bord d'un premier véhicule.

Soulagé de voir la police

 "Ils ont entendu à la radio que le véhicule était recherché alors ils en ont changé", se souvient Alexandre à la barre. Le Plan Alerte Enlèvement venait en effet d'être déclenché. Une première dans l'île. "Fabrice Michel m'a alors mis dans le coffre et nous avons roulé jusqu'à un endroit où ils ont effacé leurs empreintes sur la voiture. Puis ils l'ont mise dans un fossé".

Toujours selon le jeune homme, ils passent la nuit dans une forêt à Bois de Nèfles Saint-Paul. Le lendemain, ils prennent la direction du Petit Tampon à bord d'un troisième véhicule. Là, ils passeront la nuit dans une maison jumelée. Alexandre dormira sur un matelas dans la chambre de Verbard et Fabrice Michel. Lorsque les forces de l'ordre interviennent le lendemain, Alexandre est soulagé: "J'étais content, j'allais enfin retourné chez moi".

Des victimes traumatisées

De tous ces événements, les Thélahire en ressortiront très traumatisés. Les experts psychologues intervenus à la Cour ce matin ont indiqué avoir eu affaire à des personnes "en état de stress post-traumatique". Jean-Louis Roche a noté chez "le jeune garçon une hyper-réactivité émotionnelle, des douleurs somatiques ainsi que la récurrence de cauchemars" . Sa mère, également examiné, a développé "des troubles du sommeil et de l'humeur", selon Dominique Mas.

La matinée a également permis à la défense de pointer du doigt des problèmes d'atteinte à l'image lors de l'arrestation des accusés. Me Nicolas Normand, pour Juliano Verbard, et Me Catherine Moissonnier, conseil d'Alexin Jusmy Michel, ont attaqué sur ce point les représentants des forces de police chargés de l'affaire à l'époque.
 "La procédure de mise en garde à vue, ainsi que les procès verbaux ont été filmés et photographiés, ainsi que les interpellés", signale Me Normand à Jean-François Lebon, chef de la sûreté départementale à l'époque. Ce dernier réplique : "A un moment, avec la foule, le nombre d'interpellés etc, il y a eu un glissement".

Les débats reprennent cet après-midi.

Vendredi 8 Avril 2011 - 14:16
Mélodie Nourry
Lu 1340 fois




1.Posté par noe974 le 08/04/2011 19:36
Pas de quoi faire un commentaire ....
Qu'on lui donne une bonne râclée et qu'on passe à autre chose !

Voilà comment la Justice perd son temps ...et réclame tj d'autres moyens !!!!

Ce gourou qui a vu la Vierge sur un pied de coco est un pervers ...il a regardé sous la robe !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales