Economie

Prix des matériaux de construction à La Réunion : +39% en moyenne comparé à la métropole


Prix des matériaux de construction à La Réunion : +39% en moyenne comparé à la métropole
Les résultats de l'enquête réalisée par le cabinet Elan OI pour le compte de l’Observatoire des prix, des marges et des revenus à La Réunion (OPMR) relative à la formation des prix des matériaux de construction dans notre département, ont été publiés hier. On y apprend notamment que le coût moyen des matériaux y est 39% supérieur rapport à la métropole.

Selon les chiffres publiés, le coût de la construction représente à lui seul près de 63% du coût d'une opération, alors que dans le même temps, la charge foncière n'est que 24% et les honoraires, 12%.  

Dans sa synthèse, Elan OI, qui a passé au crible près de 7.000 produits, explique ce surcoût par "la forte proportion de matériaux importés et de la situation de monopole ou quasi monopole de fournisseurs sur certains produits".

Autres causes de ces surcoûts: le peu de fabrication locale de matériaux générant de forts volumes d'import, une importation de produits trop dépendante de l'Europe et de France même si les matériaux sont fabriqués ailleurs (passage obligé par l'UE pour obtenir la certification), le peu de transformation local une fois les produits importés, des stocks trop importants qui génèrent de nombreux frais et de fortes tensions autour de certains produits comme le ciment.


Trop de produits importés de l'UE, pas assez de l'Asie


Pour faire baisser ces prix de la construction dans notre île, le cabinet Elan OI préconise trois leviers d'actions.

Le premier serait de faciliter l'accessibilité aux marchés asiatiques ou d'Afrique du Sud, de mutualiser les espaces de stockage pour distributeurs et d'étudier les coûts de transports entre La Réunion et les différents îles de l'Océan Indien. Sans oublier l'ouverture d'une antenne de certification EU.

Deuxième point, la réalisation d'études techniques sur des matériaux innovants, l'accompagnement et le financement de programme R&D sur les nouveaux matériaux ou encore soutenir la création d'un cluster éco-construction.

Enfin, le cabinet d'étude préconise un suivi de l'économie des matériaux, avec la mise en place d'une centrale d'achat des matériaux entre bailleurs sociaux, l'étude d'un réajustement des taux d'octroi de mer au cas par cas sur les produits les plus emblématiques ou encore former les décideurs des marchés publics mais aussi les entreprises sur la décomposition des sous détails de prix.

Samedi 3 Octobre 2015 - 10:33
SI
Lu 2220 fois




1.Posté par GIRONDIN le 03/10/2015 12:39 (depuis mobile)
. "...l'étude d'un réajustement des taux d'octroi de mer ..."

Bizarre le VRP de la COGEDAL (qui nous roule dans la farine) vis caché à la Région nous a expliqué sans rire que l'octroi de mer n'avait aucune incidence sur les prix?

2.Posté par maçonnerie le 03/10/2015 16:12 (depuis mobile)
L autorite de la concurrence va t elle etre saisie??

3.Posté par noe le 03/10/2015 17:13
Peut-être que les prix de ces matériaux de construction (briques , ciment ...) dépendent de l'attraction terrestre ?

4.Posté par maçonnerie le 03/10/2015 19:51
jusqu'à 250% d'écart pour l'enduit...

des acteurs économiques en situation oligopolistique...

qui sont les importateurs dont il est question dans ce rapport, qui semble ne pas devoir ou pouvoir les citer....? => groupe Ravate et le groupe Hayot.

la question est donc de savoir s'il existe ou non au sein de l'OPMR, une volonté de participer à l'évolution des conditions de marché dans lesquels le consommateur exerce son pouvoir d'achat.

à défaut d'une saisine de l'autorité de la concurrence, que pourra t on dire alors de cet outil, et la perception qu'en ont les consommateurs réunionnais?

Monsieur Nival, VOUS devez saisir l'AC sur la base de ce rapport ! à moins que vous ayez des consignes pour ne pas le faire ?

5.Posté par kld le 03/10/2015 20:26
l'économie de comptoir ............ l'économie des ex "DOM" ..............sympa l'histoire des iles , passionnant ! : un amoureux des iles .un condensé de "l'humanité" .

6.Posté par Gromale le 03/10/2015 21:27
Ratenon disait que l'observatoire des prix ne servait à rien. Pourtant, on voit leur utilisé avec leurs études. Reste à prendre les mesures correctives.

7.Posté par Maronèr le 03/10/2015 22:02
Pourquoi étudier ce que l'on sait déjà ! Une baisse des marges autrement pourrait faire aussi bien l'affaire ! Ne parlons plus de l'influence des prix liée au fait des primes vie chère ! Mais chaque époque on alimente le sujet, et vraisemblablement il n'y a rien à faire que de critiquer le système !!!On continue toujours et toujours de plus belle, ceux qui continueront à profiter du système, et tous ceux qui le subiront!!!

Quand i gagnera pu va arèté non !!

Berrrrrrkkk

8.Posté par ttt le 04/10/2015 09:06
L'octroi de mer n'est pas très élevé pour les matériaux de construction. C'est juste RAVATE et HAYOT qui se gavent depuis des années.

9.Posté par KOKO le 04/10/2015 10:15
Quand les pdg de ces sociétés sont de gros zozos proches du pouvoir alors personne n'ira leur"taper dessus" encore une fois nou lé tro kouyon !
Arrétons de nous laisser faire!

10.Posté par Goyavier le 04/10/2015 10:55
@8- Tout à fait et il faut savoir aussi qu'il n'y a pas de TVA non plus sur les matériaux de construction.

Ce qui tend à prouver que les charges n'influent pas sur les prix.

Dans ce cas c'est la situation de concurrence qui joue. Et l'on comprend comment une situation monopolistique ou d'entente commerciale, se traduit dans les faits par un racket organisé du consommateur et ce, avec la bénédiction de l'Etat.

Et l'erreur est de penser que la suppression de la prime de vie chère ferait baisser les prix. La seule conséquence serait la diminution de la consommation et donc l'ajustement à la baisse du nombre de point de vente.

En effet, à Madagascar, il n'y a pas tant de quincaillerie que ça.

11.Posté par maçonnerie le 04/10/2015 19:20
10.
après la baisse des points de vente, c'est forcément la baisse des prix qui aura lieu..

dans tous les cas, le journaliste, s'il est vraiment un journaliste, doit poser la question de la saisie de l'autorité de la concurrence par le président de l'OPMR suite à la situation qualifiée d'oligopole dans ce rapport.

12.Posté par maçonnerie le 04/10/2015 19:21
6.
Ratenon s'y connaît trop peu et devrait faire obtenir à son association le statut "reconnue d'utilité publique" pour venir siéger à l'OPMR..

en a t il l'envie ?

13.Posté par Le Taliban. le 05/10/2015 06:50
Bravo pour cette article.
Mais on le savait.
Mais une baisse des marges serait bon signe.
La chance pour le carburant, qui est fixé par le Préfet.
Comme dit mon commerçant en quincaillerie,sur mes prix
je rajoute la Surèm. Après tout ils payent aux prix remiser.

14.Posté par Goyavier le 05/10/2015 17:12
@11 - Je ne le pense pas. Regardez Microsoft ou Apple, tant que concurrence est inexistante, les prix restent élevés.

C'est la différence de marge entre les quincailleries (marché captif et monopole) et par exemple les snack bar ( concurrence rude et prix très bas malgré la surèm ).

15.Posté par Louis Gaillard le 04/02/2016 04:43
C'est dommage que le prix des matériaux de construction là-bas coûte si cher. C'est vrai que, quand il est coûteux de construire les choses, il devient beaucoup en peu plus difficile de développer économiquement. En tout cas, je vous remercie de ce partage concernant le prix supérieur de ces matériaux comparé à la métropole, et j'espère que ça va bientôt changer.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales