Economie

Prix des carburants à la pompe : Bercy met la pression sur l'industrie pétrolière

Un rapport rendu public aujourd'hui a révélé que les distributeurs n'ont pas correctement répercuté la baisse des cours du pétrole sur le prix des carburants à la pompe. Christine Lagarde, la ministre de l'économie et des finances, espère obtenir des "explications" auprès de l'industrie pétrolière.


Prix des carburants à la pompe : Bercy met la pression sur l'industrie pétrolière

Selon un rapport officiel rendu public aujourd'hui, la baisse des cours du pétrole n'a été que partiellement répercutée sur les prix des carburants à la pompe en métropole. Ce rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) évoque une baisse "suivant les réseaux", correspondant à 50 à 70 % de la baisse effective. De plus, ces baisses ne concerneraient que le gazole car pour le sans plomb 95, la baisse "n'a pas ou peu été répercutée à la pompe."

D'après les conclusions des experts, la marge brut des distributeurs a globalement augmenté durant les deux premières semaines du mois de mai, alors que parallèlement, la baisse des cours du pétrole était relativement importante. Pour l'heure, les pétroliers et distributeurs semblent jouer la carte de "l'étonnement". L 'UFIP (l'Union française des industries pétrolière) n'aurait pas la même interprétation des chiffres. Selon eux, les prix à la pompe auraient baissé "de l'ordre de cinq centimes le litre".

Vers une fixation des prix ?

Quoi qu'il en soit, Bercy souhaite obtenir quelques clarifications. La ministre de l'économie et des finances, Christine Largarde, a annoncé qu'elle allait "demander des explications complémentaires" aux pétroliers et distributeurs. Du bout des lèvres, les autorités commencent à envisager des solutions et notamment une fixation des prix, comme cela est déjà le cas à La Réunion. Alors que l'échéance présidentielle avance à grands pas, il se pourrait que le gouvernement œuvre pour "le pouvoir d'achat des français," il reste à savoir s'ils parviendront à contraindre les distributeurs à baisser leurs marges, rien n'est moins sûr...
Lundi 30 Mai 2011 - 17:37
Lilian Cornu
Lu 1330 fois




1.Posté par noe le 30/05/2011 19:14
Les carburants ne sont pas chers , ce sont les poches qui sont vides ... Il y a nuance en la matière !

A 10 € le litre , là , on peut commencer à dire que c'est cher ...Mais cela permettra de faire moins de pollution avec le CO2 ...Les gens sortent trop les week-end au lieu de rester chez eux et regarder un bon film avec les enfants ..
A chaque lundi , on constate que les élèves sont très fatigués et somnolent en classe ...c'est la faute de leurs parents qui ne savent qu'aller se promener sur des semblants de pique-nique ...et bien sûr polluent l'air par des rejets d'échappement !

2.Posté par Yves Sarce (cousin de Henri Cantonnais) le 30/05/2011 19:56
Petite opération de communication bien minable de la part d'un gouvernement qui prend 80% de taxes sur les carburants et donc dans le porte monnaie de tout un chacun...

Si ce gouvernement veut nous faire croire qu'il pense à nous, qu'il baisse la bouteille de gaz et le prix de l'essence de 50%...on votera pour lui...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales