Economie

Prêts pour la nouvelle route du littoral après une formation sur un autre gros projet en métropole


les 5 réunionnais ici à l'auberge de jeunesse de Poitiers (lanouvellerepublique.fr)
les 5 réunionnais ici à l'auberge de jeunesse de Poitiers (lanouvellerepublique.fr)
Ils ont suivi deux mois de formation en métropole et sont prêts à travailler sur le chantier de la nouvelle route du littoral.

A Poitiers, des réunionnais jusque-là au chômage ont tutoyé un autre grand projet : celui de la LGV, la ligne à grande vitesse qui doit relier Tours à Bordeaux.

Le journal La Nouvelle République brosse le portrait de cinq d'entre eux, à l'issue de leur formation et alors qu'ils s'apprêtent à regagner l'île pour les fêtes.

Parmi eux, Jean-Bernard, chef de chantier dans le bâtiment, raconte que "des collègues rencontrés en métropole voudraient faire le même voyage et venir pour la NRL". Pour Bruno, l'expérience était largement profitable, "avec les diplômes qu'on va avoir", il envisage 2014 avec plus de sérénité. En plus de l'aspect strictement professionnel, il se félicite des rencontres qu'il a pu faire sur le lieu même de sa formation, avec "des Portugais, des Marocains", raconte-t-il, "je me suis fait des amis".

L'autre regard sur cette expérience dans l'Ouest de la France est apporté par Jean-Pierre, maçon, qui avait déjà travaillé à Lyon pendant huit ans avant de retourner à la Réunion en 2006. "Cette formation, c'est l'opportunité de retrouver du travail après deux ans de chômage et contribuer au développement de l'île. Ça vaut le coup de faire un sacrifice familial pour avoir du boulot derrière. On devient acteur au lieu d'être assisté", retient-il, interrogé par La Nouvelle République.

D'un grand chantier à un autre, ces Réunionnais ont pu entrevoir ce que la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux réserve. Il est tout simplement considéré comme l’un des plus gros chantiers d’Europe en génie civil. 12.000 emplois par an et pendant toute la durée des travaux seront nécessaires.

Des plans de formation en prévision du chantier

Depuis l'amorce du chantier de la NRL à la Réunion, Pôle emploi a pris les devants en constituant un vivier de candidats réunionnais en vue du futur chantier de la route du littoral. Le groupe Vinci, pour avoir travaillé sur la route des Tamarins, connaît les compétences des ouvriers réunionnais. C’est donc très naturellement qu’il est venu chercher ces compétences à la Réunion, en proposant des contrats d’intérim à des demandeurs d’emploi qualifiés. Egalement pilotée par Vinci, l'usine de préfabrication des voussoirs de la NRL sera identique à celle de la LGV. Les ouvriers formés sont donc rodés.

15 conducteurs d’engins ont rejoint ce projet titanesque en début d'année 2013 du côté de Bordeaux, suivis dans le courant de l'année par 35 autres professionnels réunionnais du BTP et du génie civil.
Lundi 23 Décembre 2013 - 07:28
.
Lu 1386 fois




1.Posté par noe le 23/12/2013 09:41
Bienvenue !
Nou lé capab .... kan ni vé !

Heureusement qu'il y a des réunionnais qui travaillent , qui veulent apprendre ...
Super !
A l’école, se prépare l’avenir de la Nation. Elle instruit le citoyen, capable de penser par lui-même et d’assumer sa liberté. La République a besoin de savants, de techniciens et de cadres. L’école doit donc assurer la sélection des meilleurs par la promotion de tous. L’élitisme républicain, qui repose sur une exigence collective et sur l’effort individuel, est le meilleur levier pour assurer l’égalité des chances.
Félicitation !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales