Faits-divers

Première attaque mortelle de requin en 2013


Première attaque mortelle de requin en 2013
Un bodyboarder de 36 ans est décédé, tué par les morsures d'un requin, en début d'après-midi sur le spot des Brisants, à Saint-Gilles les Bains. C'est la première attaque mortelle de requin en 2013. Originaire de Morteau, le jeune homme était en voyage de noces dans le département.

Il s'agit du quatrième décès du à une attaque de requin en un peu moins de deux ans et de la première attaque mortelle depuis la mort d'Alexandre Rassiga, survenue le 23 juillet 2012, sur le spot de Trois-Bassins. Le jeune homme avait 21 ans.

Deux autres attaques mortelles étaient survenues en 2011 : Le 15 juin 2011, sur la plage de Boucan, toujours dans l'Ouest de l'île, Eddy Aubert a été tué par plusieurs morsures de requins. Le 19 septembre 2011, Le 19 septembre 2011, Mathieu Schiller, 32 ans, avait lui aussi été mortellement attaqué par un requin,  sur la plage de Boucan Canot. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Depuis 2011, des attaques non-mortelles sont également survenues :

Le 19 février 2011, un surfeur marseillais, Eric Dargent, avait perdu une partie de sa jambe alors qu'il surfait sur la plage des Roches-Noires.

Le 6 juillet 2011, toujours aux Roches Noires, près de la digue, un jeune surfeur de 16 ans, Arnaud Dussel, a été attaqué. Il n'avait heureusement pas été blessé.

Le 5 octobre 2011, une pirogue tahitienne avait été chargée par un squale dans la baie de Saint-Paul, au niveau du Cap La Houssaye. Il n'y avait eu aucune blessures.

Le 5 août 2012 , le surfeur Fabien Bujon avait été attaqué, à Saint-Leu. Il a perdu une partie de sa jambe et un bras.

Le 23 avril 2013, un jeune homme de 20 ans, prénommé Yoann, a été chargé par un squale sur le spot de la jetée de Saint-Pierre. Il n'a pas été blessé.
Mercredi 8 Mai 2013 - 18:40
Lu 6391 fois




1.Posté par ici detective le 08/05/2013 18:55
pour le 23 avril 2013 c'est faux de raconter qu'un boug a ete chargé puisque son temoignage a été mis en doute dès sa sortie de l'eau.

2.Posté par ny le 08/05/2013 17:10
Bonjour, une petite question si vous me le permettez...
statistiquement parlant, quelle est la part de métros, de touristes attaqués et/ou tués par les requins?

A mon avis il y a un manque terrible d'information auprès des touristes.

3.Posté par Pat 974 le 08/05/2013 22:08
pat974
@2
Effectivement, on sait interdire le ramassage des coraux quand on débarque mais pas sur le risque requin.
Les hôtels dont l'IRT en particulier devraient fournir une brochure informant du risque requin et des consignes a tenir en fonction de certaine pratique.
Et aussi éviter de faire croire aux touristes qu'ils ont la possibilité de pratiquer du surf dans leurs All inclusive.
2 ans 11 attaques dont 4 mortelles. Le record des mers impraticable du globe.Un records qui fera tache d'huile dans le Guiness book.
Il y a des discours qui pourrait faire fuir. Déjà que L'IRT fait de mauvais plan et 20.000 touristes de moins.
Car demain en UNE Il sera noté dans le journal de la région d’où venait le couple pour leurs voyage de noce du Doubs (Morteau).
Un Mortuacien est mort a l'ile de la Réunion suite a une attaque mortelle d'un requin pendant son voyage de noce. Alors qu'il pratiquait du bodyboard (surf) à12h et à 50 m de la plage.
"presse lu et entendu par prés de 500 000 Hab" encore une image qui se ternira d'avantage en métropole ou dans le monde.
A un moment donné va falloir se poser les bonnes questions si l'on veut voir s'accroitre la venu de touriste.

4.Posté par Cedberg le 08/05/2013 20:35
Je suis écoeuré de certains com.
Combien de morts d'agir ? Aucun rapport avec un manque d'infos ! Simplement un manque d'action ! L'irt va encore se tirer une balle dans le pied comme ils savent si bien le faire... Pendant ce temps Maurice fait sont beurre et la Reunion se meurt...

5.Posté par L'Ardéchoise le 08/05/2013 22:44
Toute la presse métropolitaine, nationale, régionale, fait passer l'information et il y aura même des "Unes" demain .
Bonjour les dégâts !
...

6.Posté par Simone le 09/05/2013 06:19
Les surfeurs de la réunion sont égoistes. C'est l'esprit surf qu'il sont developpés dans leur ile coloniale qui est la cause de ce décès qui aurait pu etre evité puisque la ligue et tous les surfeurs avait décidé de quitter les lieux. Par contre ils ont regardé ce pauvre touristes prendre des risques sans rien faire. Ah , on va les entendre encore demander plus d'argent pour les vigies! (ils étaient où???) on va les entendre encore critiquer le reunionnais, les elus reunionnais etc...!! on les connait! Mais là bon sang, ils peuvent se regarder encore dans un miroir??? La honte !
Si tu fais pas partie du clan du surfeur qui se la pete en colon en short: on s'occupe pas de toi! Voila l'esprit du surf à la réunion. Voila l'esprit qui est en cause une nouvelle fois en ce drame. La nausée!

7.Posté par BAMB56 le 09/05/2013 11:01
Depuis quelque temps, on constate une recrudescence des attaques de requins à la Réunion. La plupart du temps, on invoquait des conditions à risques pour les expliquer : période de chasse à l’aube ou au crépuscule, eaux sales (ravines en crues),…

Mais depuis quelque temps, les attaques se produisent en journée par grand soleil et dans des eaux propres, même si le brassage altère la visibilité (normal, les vagues remuent le sable, l’air,…), on ne peut plus invoquer la morsure exploratoire/confusion alimentaire, puisque les squales s’acharnent sur leurs victimes, mais ne les dévorent pas, à l’exception d’un cas.

Depuis 2 ans, les attaques se produisent dans la Réserve Marine, sur la côte ouest, alors qu’il n’y avait jamais eu d’attaques en 50 ans sur cette partie de l’île.

Des scientifiques, mandatés par l’Etat, peu qualifiés (seulement des spécialistes en coraux/poissons récifaux, géographes, stagiaires, …), mais conversationnistes, impliqués dans de nombreux conflits d’intérêt (associations écologistes, réserve marine, kélonia, ex-ferme aquacole,…), font tout pour protéger le requin et préserver leurs intérêts (publications, subventions, notoriété, …). Ainsi, ils sont prêts à sacrifier la sécurité des usagers de l’océan, par la rétention d’informations capitales sur la présence/habitudes des squales sur les spots, au profit de leurs publications. Les scientifiques ont tout fait pour empêcher le prélèvement de 10 requins bouledogues, afin de vérifier s’ils étaient porteurs de la ciguatera, décidée par le Ministre de l’Outre-Mer, suite à l’attaque d’août 2012. A ce jour, 9 mois plus tard, aucun animal n’a encore été prélevé. Ces mêmes scientifiques ont été jusqu’à protéger l’ex- ferme aquacole de filets anti-requins, puisqu’elle attirait les squales ; mais pour eux, il est hors de question d’utiliser de tels filets pour protéger les usagers de l’océan !!! Il faut également savoir que ces mêmes scientifiques travaillent pour la SAPMER, armement de pêche, qui pille les océans et donc les populations de requins pélagiques, qualifiées de prises accessoires. Décidément ces scientifiques ne sont plus à une contradiction près en vue de préserver leurs propres intérêts !!!

Le requin bouledogue est un requin territorial (qui a chassé tous les requins de récif, initialement présents), imprévisible et dangereux, qui n’était pas présent sur cette partie de l’île avant la création de la Réserve Marine. D’ailleurs l’état initial des espèces inventoriées, préalable à la création de la réserve, ne le mentionnait pas. Toute cohabitation de cet animal avec l’homme est impossible, puisque qu’il perçoit l’homme comme un concurrent !!!

Les marquages de requins ont été très prolifiques, plus de 80, dont 40 bouledogues, en 1 an et demi, ce qui suppose une population de plusieurs milliers d’individus.

En métropole, quand une meute de loups menace les troupeaux ovins dans les Parcs Nationaux, on décide de mener des campagnes d’abattage ciblées, afin de réguler leur population, malgré le fait qu’ils soient protégés.

A la Réunion, le requin bouledogue, espèce non protégée, en surpopulation, est protégé par l’Etat sur les conseils de scientifiques conservationnistes. Peu importe qu’il endeuille des familles, estropie les survivants, achève l’industrie touristique, alors que c’est la principale source de richesses de l’île … C’est désormais l’endroit le plus dangereux au monde, que tous les touristes le sachent, qu’ils privilégient des destinations moins dangereuses, ou alors celles menant des politiques de réduction du risque d’attaque vraiment efficaces (cf. Australie, Afrique du Sud, Seychelles,…)

8.Posté par Ginrol le 09/05/2013 11:43
Et encore un kamikaze qui donne de la Réunion une image de sanguinolence et de désespoir qu'elle ne mérite pas, Flamme, avis des surfers locaux négatifs mais non j'y vais quand même, alors stop aux geignards de toute sorte. Le prédateur et la population qu'il faut réguler, ce ne sont pas les requins, mais les idiots qui ignorent toutes les règles de leurs passions, alors stop aux partisans de la chasse aux sorcières, fussent t'ils bouledogues, et oui au renforcement des maîtres nageurs pour pénaliser et éduquer les utilisateurs de notre front de mer !!!

9.Posté par la moukat le 09/05/2013 11:59
Et les gars l'IRT ! va vous falloir une sacrée pointure en communication pour nous la vendre cette ile intense ou il fait si bon passer ses vacances...

10.Posté par jaco le 09/05/2013 15:18
l'info est t'elle bien faite?
POURQUOI LE DRAPEAU ROUGE REQUIN N'EST PAS LEVE QUAND MÊME LES VIGIES NE SONT PAS A L'EAU??????????????
LES AUTORITES SONT ENTIEREMENT RESPONSABLES

11.Posté par recrudescence des imprudences de surf le 10/05/2013 07:30
Depuis quelque temps, on constate une recrudescence des imprudences de surfeurs à la Reunion. Quand ce sont de pauvre bougres qui traversent les radiers on laisse la fatalité faire. Quand ce sont des surfeurs il faut sanctionner car ils nuisent à l'ordre public.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 08:05 Le bébé maltraité a succombé à ses blessures

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales