Santé

Poussière de bois, attention au cancer

Hier, la CGSS prévention a présenté sa campagne de sensibilisation destinée à prévenir les risques professionnels de la filière bois. L'occasion de faire un état des lieux global sur la santé des salariés en s'axant particulièrement sur les risques liés au cancer.


A l’entrée de la menuiserie CBMS dans la zone industrielle de La Mare à Sainte-Marie, trois ouvriers protégés par des masques travaillent. Non pas que la grippe A soit passée par là mais ces salariés sont en perpétuel contact avec la poussière de bois, une ennemie pour leur santé.

Cette poussière inhalée provoque des troubles respiratoires, des cancers du nez et des sinus de la face. "Depuis ces dernières années, le secteur du bois est un secteur sinistré", annonce en préambule de son discours le responsable de la CGSS prévention des risques. Pour cette raison, la CGSS a piloté une action sur la filière bois en partenariat avec Intermetra (Association Interprofessionnelle Réunnionnaise de Santé au Travail), le Sistbi (Service Interentreprises de Santé au Travail du Bâtiment et Interprofessionnel) et la CDMA (Chambre des Métiers et de l'Artisanat) afin de faire un état des lieux et de sensibiliser les chefs d’entreprises.

C’est donc au sein de l’entreprise CBMS de Sully Maillot que la conférence de presse sur les risques professionnels liés au métier de la filière bois a eu lieu hier, "une entreprise qui est un exemple en matière de sécurité", souligne Laurence Payet, contrôleur de la sécurité au service prévention de la CGSS.

Difficilement détéctable

L’audit effectué auprès de menuisiers sur toute l’île a permis de montrer que les doigts blessés et coupés sont les accidents les plus fréquents, avant les chutes et maux de dos. Des blessures qui peuvent très vite être déclarées comme maladies professionnelles. Pour les poussières de bois, ce n’est pas aussi simple. Les symptômes qui y sont liés mettent beaucoup de temps à se déclarer, les professionnels de santé ont donc plus de difficultés à détecter les maux.

D’où l’importance de prévenir cette maladie professionnelle par le biais d’un dispositif de sécurité mis en place par l’entreprise. A titre d’exemple, les résultats montrent que 40% des entreprises n’ont pas d’aspiration pour machines fixes, dans plus de 50% des cas, le nettoyage est effectué au balai ou à la soufflette. Dans plus de 50% des cas également, les vestiaires et le local de restauration ne sont pas isolés des locaux de travail.

Pour soutenir les entreprises dans ces démarches, la CGSS service prévention met à disposition des aides financières afin d’acquérir du matériel adapté et former au document unique, outil de gestion utilisé par les chefs d’entreprise.
Mardi 1 Septembre 2009 - 15:16
Melanie Roddier
Lu 2048 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales