Société

Pour le Président des Bâtonniers de France, l'accès au droit à Mayotte doit fonctionner comme en métropole


Pour le Président des Bâtonniers de France, l'accès au droit à Mayotte doit fonctionner comme en métropole
Jean-Luc Forget, le Président de la Conférence des Bâtonniers de France et d'Outre-mer était de passage hier à la Réunion. Une visite express dans notre île qui s'explique par notre proximité avec Mayotte. Jean-Luc Forget a dû se rendre dans l'île aux parfums pour rencontrer ses confrères et les différents responsables de juridiction du barreau Mahorais.

Depuis l'an dernier, Mayotte est devenu un département français à part entière et les professionnels de la justice sont confrontés à de nombreux bouleversements. Le président des Bâtonniers a donc été à leur rencontre, notamment pour aider à la mise en place des services d'aides juridictionnels.

"A Mayotte, on est sur le territoire de la République Française"

"Il faut qu'à Mayotte les services d'aides juridictionnels de l'accès au droit fonctionnent comme ils fonctionnent partout en métropole. Cela nécessite des efforts des uns et des autres, des efforts des avocats, des efforts des juridictions pour organiser l'accès au droit sur ce territoire. On est en France partout, à Saint-Denis de la Réunion, à Saint-Pierre, et à Mayotte, comme en métropole, car on est sur le territoire de la République Française" insiste Jean-Luc Forget.

Le plus haut représentant des avocats en france à conclu son séjour dans l'océan Indien en participant hier à une rencontre avec ses nombreux confrères réunionnais. Plus de 80 d'entre-eux avaient répondu présent à l'invitation du bâtonnier du barreau de Saint-Pierre,Thierry Gangate, lui même membre du bureau de la Conférence des Bâtonniers de France et d'Outre-mer....

Samedi 29 Septembre 2012 - 14:34
Lilian Cornu
Lu 1790 fois




1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 29/09/2012 19:00
À Jean-Luc FORGET, Président de la Conférence des bâtonniers de France et d’O.-M. :

Vous vous trompez, Monsieur ; ou bien vos vous laissez abuser par vos confrères bâtonniers et avocats réunionnais…

ICI, à la Réunion, nous ne sommes pas « sur le territoire de la République Française »

ICI, à la Réunion, nous sommes dans un département dit « français », de non droit absolu, une République Bananière qui ne pourrait pas être aussi florissante sans la contribution enthousiaste des membres des barreaux de la Réunion. Et, bien entendu, sans leur connivence flagrante avec la magistrature administrative et judiciaire de la Réunion ; au point que les victimes de la corruption locale doivent « délocaliser » leur défense en recourant à des avocats métropolitains s’ils veulent pouvoir compter sur un « conseil » honnête, juste honnête !

Après les stupides et théâtrales lamentations du magistrat Jean-Michel BOUCHON sur les « souffrances » (Sic !) de la magistrature locale, l’an dernier, nous avons droit maintenant, à travers vos dires, à un appel à compassion sur « le mal être, le malaise préoccupant » (Sic !! – Le QUOTIDIEN de ce jour, 29.09.12) des avocats réunionnais !

J’ajoute – d’expérience – que vos confrères bâtonniers réunionnais ne « bâtonnent » rien du tout ; ils se contentent de soutenir leurs confrères grossièrement défaillants ( jusqu’au vol d’honoraires !) et – tenez-vous bien ! – avec la bénédiction de la Substitut-Général de la Cour d’Appel de la Réunion en charge de la « discipline » de votre corporation… Voilà !

2.Posté par Je conforte le 29/09/2012 20:02
il n'y a rien d'autres à rajouter au commentaire de madame CARANTA-PAVARD. La justice Française à la Réunion est extrèmement douteuse.

3.Posté par Votreprof le 30/09/2012 13:57
Mme Caranta !
Si vous pouviez donner l'adresse exacte de votre blog les internautes vous en seraient reconnaissants !
http://corruption97400.eklablog.com

4.Posté par kada le 30/09/2012 19:35
24 MOIS DE COMBAT POUR UNE CONSTRUCTION TOTALEMENT EN FRAUDE AVEC MISE EN DANGER ETC.... LE COMBAT CONTINUE C EST CA LA REPUBLIQUE FRANCAISE ! on est sur le

territoire de la République Bananiere" point a la ligne !

5.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 30/09/2012 19:59



......Je suis encore passablement novice en informatique et, grâce aux « soins » qui me sont prodigués DEPUIS 7 ANS par ces corporations éplorées, mon esprit s’autorise quelque fantaisie ; il ne choisit pas le bon créneau… Merci à « monprof » pour sa vigilance…

Aux internautes intéressés, mon blog : « Résistance – Vérité – Justice à la Réunion ! » leur dira, au fil du temps, tout ce qui est utile de savoir - pour un citoyen réunionnais averti - sur ces braves gens ; en une totale « Liberté d’Expression », qu’on se le dise !!



6.Posté par ASSOCIATION STOP INJUSTICE le 30/09/2012 20:44
tout à fait d'accord avec eux, c'est la république bananiére, où se mêlent corruptions, magouilles en tout genre, copinages, escroqueries,complots, etc;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;CELA VA CHANGER C'est sûr

7.Posté par St-denis ? ALORS LE DROIT ICI LA FRIC le 30/09/2012 20:44
En continuant d'occuper Mayotte, la France bafoue le droit international


L’Assemblée générale de l'ONU a admis les Comores en soulignant « la nécessité de respecter l’unité et l’intégralité de l’archipel des Comores composé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli, comme le soulignent la résolution 3391 (XXIX) du 13 décembre 1974 et d’autres résolutions de l’assemblée générale ». La Constitution comorienne indique en son article 1 que les Comores regroupent les quatre îles, ce qui était le résultat du référendum de 1974 sur l’indépendance, organisé sous le contrôle de l’ONU, sur les quatre îles.

8.Posté par Dénoncer pour le mieux vivre Ensemble le 30/09/2012 21:06
1. En France, la lutte contre la corruption repose sur trois organismes principaux, créés par la loi :

La cellule de renseignement financier (Tracfin)[1], qui dépend du Ministère des Finances ;

Le Service Central de la Prévention contre la Corruption (SCPC)[2], rattaché au ministère de la Justice. Le SCPC donne notamment son avis sur des projets de mesures pour prévenir des faits de corruption passive ou active et joue un rôle international grandissant ;

La Brigade Centrale de Lutte contre la Corruption (BCLC), créée en octobre 2004 au sein du Ministère de l’Intérieur. Cet organisme pluridisciplinaire a compétence pour procéder à tous les actes d’enquête relatifs à des faits de corruption.

Ces services s’appuient sur deux outils principaux : le fichier central des comptes bancaires et la plate-forme d’identification des avoirs criminels.

2. Sur le plan international, la France a été parmi les premières à s‘engager :

Elle a ratifié dès le 31 juillet 2000 la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers. Le rapport de suivi de l’OCDE fait un bilan très positif de la mise en œuvre de la Convention en France[3] ;

Elle fut en outre la première des membres du G8 et la deuxième de l’UE à ratifier, le 11 juillet 2005 à Mérida, la Convention des Nations-Unies contre la corruption. La France avait d’ailleurs joué un rôle majeur dans la négociation de la Convention. C’est afin d’évaluer la mise en œuvre de cette convention par les 80 Etats parties que se tient la conférence d’Amman. La France est co-présidente du groupe informel des "amis" de cette Convention./

9.Posté par Ré uni non ! l'union fait la force action le 30/09/2012 22:03
On est sur le territoire de la République Française" comment vous expliquer cette mascarade sur le territoire Français demande d'application des loi contre la corruption on n'est dans la folie de la République bananiere Réunion

10.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 01/10/2012 10:35

À Post 8 – « Dénoncer pour mieux vivre ensemble »

Sans nous égarer dans le grand banditisme, comment voulez-vous que les organismes que vous citez, en charge de corruption de grande envergure, se penchent sur ces broutilles de corruption de niveau « Soupe populaire : une louche à toi ; une louche à moi… », telles qu’elles se pratiquent sur le confetti réunionnais ? Le confetti réunionnais « protégé » par son isolement géographique et otage du grand silence médiatique ?

Comment voulez-vous que ces organismes d’État, dépendants de différents ministères – et non des moindres : Finances, Justice, Intérieur… - viennent contrarier, si peu que ce soit, sur notre bout d’ « État de Droit », ce que les services d’État locaux se donnent tant de mal à entretenir et …à étouffer ??? Et que je cite, suivant votre ordre :

*La Direction Régionale des Finances Publiques ;
*La Justice (in-dé-pen-dan-te !)
*La Police Nationale.
*Tous les Services Préfectoraux…
Le tout sous l’autorité ou l’influence directe des Préfets-peï, avec pour seul mot d’ordre, suivi de tous : « Pas de vagues, pas de vagues, à n’IMPORTE quel prix ! »

Même l’instance, super-indépendante elle aussi, qui se dit « la plus libre de France »(Sic !) s’y emploie, elle aussi, sous la gracieuse et douce férule de son Président ; je veux parler de la Chambre Régionale des Comptes de la Réunion.

ICI tout est toc, simulacre ; c’est LA spécificité majeure de l’île. ICI, c’est méga-buffet : quel qu’en soit le plat, poste de travail, promotion, fraude autorisée, Etc., Etc. …tout le monde disposant de quelque pouvoir « en croque » ou espère « en croquer »…Hé, oui !

Enfin ,je vous donne un petit exemple en matière de Justice : lorsque un Conseil des Ministres Français doit désigner un nouveau Procureur Général pour la Réunion il fait son choix avec un soin tout particulier :
*Soit l’impétrant a le « bon » profil – servile-médiocre-avide – le rendant apte à couvrir sans scrupule les pires « magouilleries » judiciaires, politiques, administratives, Etc. …ça s’est vu.
*Soit son C.V. fait déjà la preuve, ailleurs, de « faits d’armes » probants, de même cru, le rendant digne d’être nommé chez nous, à la Réunion. C’est ce qui s’est produit dans la dernière livraison de Procureur Général-peï. (Faits publiquement révélés par la presse nationale en 2008…)

Alors, Post.8, pour revenir au sujet, imaginez un seul résistant parmi les « ténors » et avocaillons locaux…Et je veux bien, de ce fait, croire à leur « malaise » : la position invariablement courbée, ça use !

11.Posté par babouk le 02/10/2012 12:04
Dans la commune de la Possession nous assistons à une collusion de faite entre un promotteur véreux et les institutions chargées de préserver le droits des administrés.
Tu veux un permis modificatif, en voilà un et tant pis si les droits élémentaires du voisinage sont bafoués.
Arretez la provocation, car ça va péter!

12.Posté par ELFORDY Expedit le 09/10/2012 10:58
La stratégie de la diversion

Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d'informations insignifiantes.

La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique.

« Garder l'attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » (extrait de "Armes silencieuses pour guerres tranquilles")

LA MAFIA on est en plein dedans jusqu'au cou il faudrait pour que les choses changent un changement radical, la Démocratie dans le syxsème actuel n'est plus une référence au contraire, elle n'existe plus, appeler démocratie ce système c'est une foutaise.....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales