Politique

Pour le PCR, l'arrêt des dispositifs Cospar et RSTA serait "inacceptable"

Le Parti communiste réunionnais attend beaucoup des conclusions de la conférence économique et sociale qui seront dévoilées lundi prochain à Paris en présence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et du ministre des Outre-mers, Victorin Lurel. Parmi les mesures proposées lors de cette conférence, le 14 novembre dernier à la Réunion, le PCR souhaite que le gouvernement se positionne sur le prolongement du RSTA et de la prime Cospar pour une durée de trois ans.


Faïza Ibrahim et Fabrice Hoarau, membres du PCR, ont tenu une conférence de presse à quelques jours de la publication des conclusions de la conférence économique et sociale - qui s'est déroulée localement les 29, 30 octobre et le 14 novembre dernier - et qui seront présentées à Paris en présence du Premier ministre et du ministre des Outre-mers. "Pour rappel, sur le plan politique nous avons été les seuls à faire des propositions lors de la tenue de la conférence économique et sociale à la Réunion", explique Faïza Ibrahim. En tout, le PCR a fait 15 propositions au gouvernement et espère voir une partie amendée lors du bilan de la conférence économique et sociale ce lundi.

"Le constat est clair, il faut un changement radical dans la politique", martèle Fabrice Hoarau. Sur les 15 propositions faites, le PCR entend voir cinq points essentiels retenus par le gouvernement Ayrault, parmi lesquels un moratoire de la fonction publique et la prolongation du bonus Cospar et du RSTA. "On veut que soit mis en place un moratoire de la fonction publique pour les 15 prochaines années. Aucun poste à pourvoir dans la fonction publique à la Réunion ne doit être mis au niveau national si un Réunionnais est candidat pour occuper le poste", explique-t-il. Fabrice Hoarau rappelle que près de 6.000 jeunes diplômés réunionnais sont actuellement au chômage. "C'est notre cheval de bataille depuis longtemps (…). François Hollande a entendu le message puisqu'il a prononcé lors du Congrès des Maires 'là où les jeunes ont été formés, ils doivent travailler'", ajoute-t-il. Pour le PCR, "la volonté" est présente, maintenant il souhaite "le passage à l'acte".

La prime Cospar a été obtenue après "une bataille de haute lutte"

Après avoir parlé des contrats aidés ou encore du problème énergétique, le point le plus important aux yeux du PCR est bien la prolongation pour trois ans des dispositifs Cospar et RSTA. "C'est le plus important car cela concerne directement la population réunionnaise", explique le parti. "Si d'avenir, le gouvernement ne prolongeait pas les dispositifs, on placerait les foyers réunionnais dans une situation extrême. C'est dans ce sens que nous avons fait circuler une pétition depuis le 21 novembre que nous remettrons à la Préfecture lundi prochain", souligne Fabrice Hoarau. Ce dernier rappelle que la prime Cospar a été obtenue après "une bataille de haute lutte". "Ce serait inacceptable que le gouvernement enlève le RSTA et la Prime Cospar sans rien proposer en contrepartie", précise-t-il.

Enfin, le PCR s'est penché sur le problème de gouvernance et la volonté du gouvernement de réformer la collectivité départementale. Le parti a réaffirmé sa demande de fusion entre le Conseil général et le Conseil régional pour n'avoir plus qu'une seule collectivité territoriale à la Réunion. "L'Alsace l'a demandé, le gouvernement ne semble pas y être opposé. Il faut que nous passions pas une consultation populaire", explique Fabrice Hoarau.

"Nos mesures sont en rapport direct avec l'actualité. Pour cette conférence économique et sociale nous avons été les seuls à faire des propositions. A côté, c'était le vide sidéral, personne n'a fait de propositions cohérentes. Sur les 11 parlementaires, la plupart ne sont pas venus (ndlr : seules Ericka Bareigts et Monique Orphé se sont déplacées lors du bilan réunionnais de la conférence économique et sociale le 14 novembre dernier à la CCIR)", ajoute-t-il.

Le PCR espère que les "enjeux réunionnais" seront entendus du côté de Paris. Début de réponse lundi prochain lors du bilan de la conférence économique et sociale.
Jeudi 6 Décembre 2012 - 17:11
Lu 912 fois




1.Posté par lol le 06/12/2012 18:42
Merde vous avez demander aux Réunionnais de voter Hollande à vous de régler la situation, bande d'incapable

2.Posté par ndldlp le 06/12/2012 22:45
l'absence de proposition de gestion dynamique des exonérations fiscales et de charges sociales dont bénéficient les entreprises par les partis et les élus..voilà ce qui est inacceptable !

3.Posté par REUNIONNAIS LAMDA le 07/12/2012 07:41
Les vieux dirigeants du P.C.R.,discrédités depuis longtemps sont devenus inaudibles (on les entend de moins en mois d'ailleurs ).Ce sont maintenant de gros bourgeois capitalistes QUI JOUISSENT GRASSEMENT DE LEURS SITUATIONS DE RENTES ,acquises grâce à leur habilité et leur démagogie politiques . Le parti a mis en avant de soit-disant "jeunes refondateurs",qualifiés par des compatriotes de"clones" de Paul",tant ils reprennent le même discours et la même stratégie éculés des années 59 (leur année de référence ) !Toute ces "opérations" ,tout cette mise en scène ayant échoué ,"les vieux dinosaures" tentent autre chose : des militants syndicalistes "chevronnés" sont chargés, par des actions "spectaculaires" ,d'occuper l'avant- scène de l'actualité locale !!! Les temps sont difficiles pour tout le monde (sauf pour certains ,dont des membres du parti) mais le thème de" la défense des opprimés" ,de "ceux qui tirent le diable par la queue "sont des thèmes porteurs que des démagogues et des politicards professionnels sont capables d'utiliser pour ne pas disparaître de et conserver le pouvoir !!!

4.Posté par WQS le 07/12/2012 08:16
Ce qui est inacceptable c'est que d'un côté 60000 fonctionaires se partagent 600 millions de sur-rèm
et que de l'autre le reste de la population n'ait droit à RIEN face au problème de la vie chère.
Les dispositifs rsta et cospar appportaient jusqu'à 150 euros par mois aux salariés du privé dans la limite de 1,5 smic. Si on compare cette somme à ce que touchent en moyenne les sur-rémunérés , soit
800 euros par mois , on voit bien à quel point on a là un apartheid économique scandaleux.
La justice exigerait que l'on réduise la sur-rèm des fonctionnaires pour financer le cospar et le rsta , en
particulier il faudrait plafonner cette prime car certains touchent plusieurs milliers d'euros par mois au
simple titre de la sur-rémunération !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales