Société

Pour l'UNEF, la rentrée universitaire est toujours plus chère

Une nouvelle fois, l'année universitaire à la Réunion sera plus chère pour les étudiants. C'est le constat fait par l'UNEF. Même si des réponses ont été apportées par le gouvernement pour les élèves boursiers cette année, le coût et le manque de logements restent une problématique "urgente" à régler selon le syndicat.


Pour l'UNEF, la rentrée universitaire est toujours plus chère
"L'UNEF salue la réforme du système d'aide sociale impulsée par le l'Etat et le ministère de l'Enseignement supérieur", explique Helno Eyriey, secrétaire général du syndicat à la Réunion. Dans les faits, cette réforme prévoit la création d'un nouvel échelon pour les étudiants boursiers. Auparavant les échelons s'arrêtaient à 6, désormais il faut en ajouter un 7ème. "Concrètement, les étudiants issus des familles les plus modestes, dont les parents gagnent moins de 7450 euros par an, toucheront désormais 5.500 euros par an soit 800 euros de plus par rapport à l'échelon 6", poursuit-il.

En plus de ce nouvel échelon, la réforme prévoit la création dès la rentrée d'une bourse d'aide à l'autonomie qui s'élève entre 4.000 et 5.500 euros. "Elle serait déterminée indépendamment des ressources des parents et devrait concerner plusieurs centaines d'étudiants réunionnais qui vivent en situation d'autonomie avérée ou dans une situation de rupture familiale", souligne Helno Eyriey.

"Ces nouvelles aides à l'autonomie sont de grosses satisfactions car elles marquent un premier pas vers la rupture historique avec un système entièrement basé sur la famille", ajoute-t-il. Reste que l'UNEF a encore quelques griefs envers l'Etat et qu'il entend les faire remonter. "Les négociations avec le gouvernement ne sont pas terminées et nous posons maintenant deux exigences sur l'augmentation du nombre de boursiers pour combattre la précarité étudiante et le redéploiement de la demi-part fiscale", précisent les représentants de l'UNEF de la Réunion.

"Pour la treizième année consécutive, les étudiants vont connaître une dégradation de leur pouvoir d'achat"

Passées les bonnes nouvelles, l'UNEF ne peut que faire, une nouvelle fois, le constat d'une augmentation du coût de la vie étudiante en métropole, mais également à la Réunion. "Cette année, le coût de la vie étudiante augmente de 1,6%(…). Cette augmentation porte le prix total d'une année d'étude à une somme comprise entre 11.300 euros à la Réunion, contre 15.500 euros en région parisienne", explique Stéphane Maillot, président de l'UNEF à la Réunion. "Pour la treizième année consécutive, les étudiants vont connaître une dégradation de leur pouvoir d'achat", rappelle-t-il. Dans une récente étude, menée lors des inscriptions universitaires, l'UNEF a fait ressortir que les familles réunionnaises ont de plus en plus de mal à financer les études de leurs enfants. "78,06% des familles rencontrent des difficultés sérieuses dans le financement d'une année universitaire et 22,83% estiment qu'elles sont dans l'impossibilité de participer à ce financement", précise Stéphane Maillot.

Une des principales raisons de l'augmentation du coût de la vie étudiante est le problème de logement. "Dans l'académie, il y a 5.000 demandes de logements alors qu'elle ne dispose que de 1.100 chambres en cité universitaire", avance-t-il. La proportion du coût du logement est de 55% dans le budget d'un étudiant. "On va questionner le ministère sur ce problème. Un plan logement prévoit la construction de 40.000 logements universitaires et on espère que la Réunion en bénéficiera car c'est une des académies les moins bien lotie", ajoute Stéphane Maillot.

Le constat est là pour l'UNEF. Si le gouvernement Hollande a pris des mesures en direction des étudiants boursiers, il reste encore du travail pour les non-boursiers. Un chiffre révèle ce fossé. Un étudiant boursier aura un coût de rentrée estimé à 268 euros (si il loge chez ses parents ndlr) contre 683 euros pour un non-boursier qui loge chez ses parents et jusqu'à 2700 euros pour un étudiant non-boursier obligé de se loger dans le privé.
Mardi 20 Août 2013 - 17:21
Lu 719 fois




1.Posté par CONSTAT D''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''ECHEC..!! le 21/08/2013 14:27
et pour ceux contraints d'aller en métropole c'est un vrai parcours de combattant en raison des attitudes de l'université, de ladom et de la Région - en effet pas de continuité du service public à l'université,- fermée pendant les vacances il est impossible pour l'étudiant d'avoir la fameuse attestation de non existence de la filière, sans ce document impossibilité de faire le dossier passeport mobilité études - qd enfin le document arrive , il faut attendre que ladom vous donne rendez-vous ...alors l’étudiant qui n'a pas de logement en métropole et dont la rentrée se fait début septembre, est contraint d'acheter son billet lui même et il faut faire vite car les tarifs aériens explosent ...puis il se dit ladom va rembourser le billet, certes mais il faudra attendre 2 ans ; habitant le Sud il se rend dans ce service pour avoir des infos sur le dossier de remboursement et là , surprise il faut aller à Saint-Denis car l'agent de ladom du Sud ne connait pas la procédure.. i, toujours courageux il se rend à la Région qui lui dit mais si vous avez payé le billet, la région ne rembourse pas la part du billet qu'elle aurait dû prendre en charge?,elle le fait bien pour les personnes qui vont en vacances mais pour les étudiants!
Force est de constater que les institutions conviennent entre elles de conjuguer leurs efforts pour casser cette jeunesse qui veut réussir et s’émanciper

2.Posté par MLA Kayouk le 14/09/2013 16:48
Je souhaiterais prendre rendez-vous avec Mr Stéphane MAILLOT pour avoir des conseils perso. Merci de me faire parvenir son adresse e-mail

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales