Economie

Pour Penchard, "il appartient désormais aux acteurs locaux de se mobiliser" pour le tourisme

Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’Outre-mer, et Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé entre autres du Tourisme, ont lancé l’opération "Chèques-vacances spécial Outre-mer", en liaison avec l’ANCV (Agence Nationale pour les Chèques-Vacances) afin d’inciter les titulaires de chèques-vacances à partir aux Antilles, en Guyane et à La Réunion. L'occasion pour la ministre d'envoyer un message.


Pour Penchard, "il appartient désormais aux acteurs locaux de se mobiliser" pour le tourisme
Lors d’une réunion au Ministère de l’Outre-mer, le dispositif "chèques-vacances spécial Outre-mer" a été présenté par Marie-Luce Penchard et Hervé Novelli, accompagnés de Philippe Kaspi, directeur général de l’agence nationale pour les chèques vacances - ANCV.

Les deux ministères financeront un total de 6.000 chéquiers de 100 euros chacun, remis aux touristes titulaires de chèques-vacances qui achèteront en mars et en avril un séjour pour les Antilles, La Réunion ou la Guyane. Ce chéquier de 100 euros sera remis à tout partant majeur ayant payé en partie par des chèques-vacances son séjour.

"Cette opération, qui est une des 137 mesures du conseil interministériel de l’Outre-mer, est destinée à soutenir la demande mais aussi, plus fondamentalement, à atténuer la saisonnalité trop forte du tourisme Outre-mer, c’est pourquoi nous avons choisi de la lancer immédiatement après la haute saison et avant la saison d’été", a indiqué Marie-Luce Penchard.

La balle dans le camp des "acteurs locaux"

Elle a conclu ses propos en soulignant que cette opération s’inscrivait "dans un cadre plus large, de dynamisation et de relance du secteur du tourisme Outre-mer. Elle vient compléter les mesures d’aides à l’investissement et à la rénovation hôtelière qui ont été créées par la LODEOM. Nous avons tous les outils nécessaires pour faire de ce secteur un secteur phare du développement économique de l’outre-mer ; il appartient désormais aux acteurs locaux de se mobiliser pour s’en saisir et restaurer la confiance dans ces destinations".

Hervé Novelli a salué l’engagement des opérateurs touristiques, intervenants majeurs sur ces destinations : Nouvelles Frontières, Pierre & Vacances, Exotismes, Nouvelles Antilles, Karibéa, qui mettent en place des promotions supplémentaires pour les porteurs de chèques-vacances, venant ainsi renforcer l’opération décidée par l’Etat.

Il a aussi tenu à saluer l’action de l’ANCV qui, avec cette opération, s’engage dans un nouvel exercice complémentaire à sa mission principale et assure aux côté des opérateurs touristiques impliqués et du Syndicat National des Agents de Voyages – SNAV - la communication de l’opération. Le ministre du Tourisme a rappelé que plus de 3 millions de salariés bénéficient à ce jour de chèques-vacances. Grâce à la loi pour le développement et la modernisation des services touristiques de juillet 2009 qui élargit notamment la diffusion des chèques-vacances aux entreprises de moins de 50 salariés, beaucoup plus de personnes pourront à l’avenir en bénéficier. Le ministère insiste par ailleurs sur le fait que le "chèque-vacances constitue un formidable outil marketing et un moyen de paiement dédié aux vacances dont les entreprises du tourisme doivent s’emparer pour promouvoir leurs activités".
Mercredi 3 Mars 2010 - 12:03
Lu 2439 fois




1.Posté par pierre Lauret le 03/03/2010 13:54
Un des problèmes majeurs du tourisme réunionnais réside dans le nombre réduit de chambres disponibles et de l'absence d'hôtels de grande capacité.
Quand on regarde ce qui s'est passé au cours des dix dernières années on a vu des hôtels fermés les uns après les autres. Pourquoi?
La totalité ont utilisé les moyens de soutien offerts (défiscalisation, aides diverses...)
Certains en ont profité pour ensuite transformer leurs hôtels en résidences, en louant des studios. Ils ont détournée les moyens légaux.
D'autres, arrivées au bout de la défiscalisation n'ont pas su affronter les difficultés devant lesquelles ils se sont retrouvés.
Dans son rapport Audit France dit que ce sont des personnes qui sont venus dans l'hôtellerie pour y chercher une rentabilité immédiate et qu'ils n'étaient pas un professionnel de l'hôtellerie.
On a eu un exemple avec l'hôtel de Bellepierre. Heureusement dans, dans ce cas, que le propriétaire a décidé de faire appel à un pro. Celui-ci a fait évoluer l'établissement.

Tout cela pour dire que dans l'instruction des dossiers de demande de défiscalisation, Bercy porte sa part de responsabiilité. On peut toujours demander aux acteurs locaux de s emobiliser mais si les erreurs se font en amont, ils ne pourront pas grand chose.


2.Posté par FRANCO le 03/03/2010 14:16
Tiens les chèques-vacances vont contribuer à "gaver" les compagnies aériennes desservant la Réunion ? Ils sont géniaux Penchard et Novelli, Vergès et Ethève d'Air Austral n'y avaient pas penser pour améliorer les profits de leur compagnie ! Comme il n'y a pas des sots profits, l'argent public des "chèques vacances" servira lui aussi, comme l'aide à la continuité territoriale de l'Etat aujourd'hui abandonnée, à améliorer en subventions déguisées soutenant les politiques tarifaires abusives d'Air Austral en premier lieu, de Corsair et d'Air France plus accessoirement.

Sûr que les chèques-vacances de l'ANCV vont faire baisser les prix des billets d'avion pour les touristes et les Réunionnais ! Plus forts qu'une véritable concurrence, les chèques vacances de la machine à gaz ANCV !!! Sûr qu'il n'y a pas de petits profits ni de petits marchés pour justifier la venue de l' ANCV à la Réunion. Il y a bien Bouygues, Véolia et Bombardier ! Sûr qu'un DOM comme la Réunion peut être juteux, il suffit de savoir comment en extraire des euros !

Plus que jamais la chanson de Tonton David reste d'actualité pour les Réunionnais :
"On NOUS prend pour des cons ! "

3.Posté par Z'embroKaf le 03/03/2010 14:21
A utiliser uniquement en.........Guadeloupe !!!

4.Posté par Pierre Lebon le 03/03/2010 15:39
Jamais content Franco. Toujours irrascible. La seule solution qui vaille est la sienne: mettre tout l'argent disponible -y compris les 53%- à faire baisser le prix des billets d'avion. Je n'ai jamais une personne aussi bourrées de préjugés et aussi aveuglée par sa propre suffisance.

5.Posté par FRANCO le 03/03/2010 18:43
Pierre Lebon, si au lieu de n'avoir comme préoccupation que de me critiquer, ce qui est votre droit, usez-en, vous vous étiez penché sur les conséquences des prix des billets d'avion sur la vie des habitants et sur la venue des touristes, donc du développement de l'économie du pays qui les reçoit pour en vivre, pays situé à 10 000 km de son principal marché, peut-être que vous ne parleriez pas aussi bêtement et méchamment de mes préjugés et de ma propre suffisance. Les lecteurs de zinfos qui ont vu "Capital" sur antenne réunion cette semaine comprennent que ce n'est pas moi qui dit des âneries sur ce sujet, mais vous Pierre Lebon.

Quant aux solutions que je suggère, et que j'ai fait mettre en oeuvre par 15 rotations charters, entre Paris-Marseille-Mayotte-Moroni, du 20 juin 2006 au 15 septembre à Mayotte avec une totale satisfaction pour les 3 000 passagers Mahorais, Comoriens
( dont l'Ambassadeur de France à Moroni ) et touristes, je pense que vous en parlez sans les connaître, ce qui est le comble de la mauvaise foi ou de la malhonnêteté intellectuelle dictée, peut-être ? par votre parti-pris politique.

Comme d'habitude, et comme tant d'autres comme vous, le but poursuivi n'est pas de débattre mais de combattre. Libre à vous. J'espère cependant que le vent va tourner et que la Réunion les 14 et 21 mars va être débarrassée de celui qui ghettoïse la très grande majorité des Réunionnais pour mieux les garder sous sa coupe, celle de sa famille et de son clan auquel peut-être appartenez-vous, ce qui est votre droit, mais assumez le clairement. Cordialement, de la part de l'irascible Franco

6.Posté par Cambronne le 03/03/2010 19:04
2.Posté par FRANCO le 03/03/2010 14:16

C'est vrai Antoine excuse moi de pas te suivre il ya d'autres priorités que tes prix à bas cout des billets d'avions , surtout lorsque les les taxes d'aéroport avoisinent les 290 € au départ de Paris, soumis à modifications selon les désidératas .
Lorsque le parc hôtelier n'est pas référencé par les tours opérateurs pour des raisons simples manque de capacités et surtout manque de diversité d'offre la Réunion ne possède que des 3 étoiles ..alors c'est évident des avions pas cher des hôtels bas de gamme et des thénardiers ne faisant aucun effort de ravalement histoire de 'boucler la boucle' pour tirer un peu plus par le bas lorsqu'un touriste laisse en moyenne 50 euros par jour à la Réunion il laissera 10 fois plus à Saint BARTH

7.Posté par Resident_Run le 03/03/2010 20:30
D'un point de vue accueil , le tourisme est nul la Réunion , on est mal accueilli , un simple bonjour vaut de l'or , soit ils sont sauvages soit ils travaillent sous la torture .
Vaut mieux mille fois Maurice , ou le bonjour est d'un naturel formaté mais naturel quand même .
Du point de vue financier , trop cher la Réunion ,j'ai consulté récemment un hôtel 3 étoiles local pour un séjour pour 4 personnes sur 7 nuits , 2890 euros en demi pension et en plus j'ai profité d'un soi disant tarif résident.
J'ai consulté un hôtel 3 étoiles à Maurice , 2200 euros avion compris y a pas photo , faut allez à Maurice et cela le touriste local , métropolitain , anglais , ou autres la bien compris.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales