Politique

Pour Marie-Luce Penchard : "Les Ultramarins ont été entendus"

L'ex secrétaire d'État et nouvelle ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, est revenu dans... Le Parisien... sur les propositions du Conseil interministériel de l'Outre-mer. Elle se montre très positive et considère que "les ultramarins ont été entendus". Interrogée sur le fait que Nicolas Sarkozy ne se soit rendu jusqu'ici qu'aux Antilles elle déclare : "Ce schéma d’une autorité qui arrive sous les cocotiers avec les petits drapeaux pour recevoir l’accueil des doudous, c’est fini !". Elle se déplacera néanmoins aux Antilles du 11 au 13 novembre en compagnie du secrétaire d'État chargé du commerce Hervé Novelli et est attendue à la Réunion avant la fin du mois de novembre...


Pour Marie-Luce Penchard : "Les Ultramarins ont été entendus"

Voici l'interview que Marie-Luce Penchard a accordé au Parisien :


Etes-vous satisfaite de ce premier conseil interministériel de l’outre-mer ?
Les Ultramarins ont été entendus. Ce n’est pas seulement la ministre qui parle mais aussi l’Ultramarine que je suis. Certes, on ne pouvait pas répondre d’un seul coup à toutes les demandes exprimées dans les états généraux. C’est le premier conseil interministériel de l’outre-mer, il y en aura d’autres. Près de 100 mesures transversales pour tous les territoires ont été retenues. C’est considérable car ce ne sont pas de vagues objectifs généraux. Au contraire, on descend dans les mesures à un niveau de détail important, ainsi qu’on peut le constater sur notre site (NDLR : www.outre-mer.gouv.fr).

Le contrôle du prix des produits sera-t-il efficace ?
Tous les services de l’Etat qui ont vocation à contrôler les prix vont être regroupés. Le président de la République a annoncé la création d’un groupe d’intervention régional (NDLR : GIR) de la concurrence, sur le modèle de ceux qui existent déjà en matière de sécurité. En raison du petit nombre d’acteurs économiques et des positions dominantes dans les DOM, il était essentiel que l’Etat joue son rôle de régulateur et de contrôleur des prix. Regroupés au sein d’une cellule, les services de la concurrence et de la répression des fraudes, fiscaux, de la douane et du travail vont pouvoir mener des investigations. Les observatoires des prix seront désormais présidés par une personnalité indépendante, et non plus par le préfet, et vont être renforcés : ils auront la possibilité de saisir directement l’Autorité de la concurrence. Nous allons continuer à soutenir l’activité économique, notamment grâce à des outils de défiscalisation et à des exonérations de charges, mais les acteurs économiques doivent en retour se montrer vertueux.

Quel est l’échéancier ?
L’année 2010 sera celle de la traduction en acte de toutes ces mesures. En particulier, nous nommerons dans chaque territoire un commissaire au développement endogène, qui ne sera pas forcément un fonctionnaire mais peut-être un responsable du monde économique, ainsi que des sous-préfets à la cohésion sociale et à la jeunesse qui devront s’assurer que toutes les mesures en faveur de l’égalité des chances et en direction de la jeunesse deviendront effectives.

Les états généraux ont souligné que les responsables de l’administration étaient souvent des métropolitains…
La procédure va être assouplie pour les agents de catégories B et C afin de rendre possibles des promotions sans obligation de mobilité. Pour les catégories A, les affectations pour des postes de chef de service seront soumises à un contreseing du ministère de l’Outre-mer afin de s’assurer que, à compétence égale, ces postes iront en priorité à des Ultramarins.

Le président, qui ne s’est pour l’instant déplacé depuis son élection qu’aux Antilles et en Guyane, n’a-t-il pas semblé marquer parfois une certaine distance par rapport à l’outre-mer ?
Je n’ai pas envie qu’on mesure l’intérêt porté à l’outre-mer au nombre de déplacements sur le terrain. Ce schéma d’une autorité qui arrive sous les cocotiers avec les petits drapeaux pour recevoir l’accueil des doudous, c’est fini ! Je n’ai plus envie de voir cela. Ce qui m’intéresse, ce sont les réponses concrètes qui sont apportées, par exemple, en matière d’éducation pour faire face à la poussée démographique de la Guyane.

Vous semblez vous être aujourd’hui totalement émancipée de votre mère, l’ancienne ministre et ancienne présidente de la région Guadeloupe, Lucette Michaux-Chevry…
Ma mère m’a beaucoup apporté, mais mon père également, bien que je l’aie perdu très jeune. Ceux qui l’ont connu disent qu’ils retrouvent en moi beaucoup de ses traits de caractère. L’ensemble fait peut-être quelque chose de détonnant…

Nicolas Sarkozy vous cite parmi les membres du gouvernement qu’il préfère. C’est une surprise ?
Tant mieux s’il apprécie mon action. Ici, je ne compte pas mes heures, car je ne veux surtout pas décevoir les Ultramarins, qui ont pour la première fois un des leurs à la tête de ce ministère.



Propos recueillis par Philippe Martinat pour Le Parisien, le 7 novembre 2009.

Mardi 10 Novembre 2009 - 11:52
Benjamin Postaire
Lu 829 fois




1.Posté par Phylie le 10/11/2009 12:13
Notre Ministre de tous les Dom Tom Pom et non pas que des Antilles, nous rassure, les prix vont être contrôlés.
Seulement depuis l'ordonance de 1986 les prix sont libres.
Nous devons comprendre que l'Etat va effectivement controler cette liberté des prix.
En effet que peut il faire d'autre, tant cette ordonance n'est pas modifiée dans les Dom Tom. Les prix sont et resteront libres.
Il ne reste que de contrôler si il n'y a pas abus de position dominante et entente visant à entraver la liberté des prix et la concurrence.

L'effet d'anonce passé, que reste-t-il ?

Faire des commissions et des observatoires qui vont créer des ateliers qui vont se réunir à Paris en sous commissions....

Pour faire simple "Opération Nez Rouge".




2.Posté par FAIVRE DANIEL le 10/11/2009 12:32
Les ultramarins ont été entendut quelle mensonge, les états généraux une fumisterie que du
bla bla, de l'argent pour les patront, mais la santé pour tous a la réunion, des retraites décente
la prime de noel pour les retraité les plus pauvres qui ont travaillé plus pour gagner moins, que
votre gouvernement méprise, en sachant que certaint ont moins de 500€, vous leur refuser la
CMU, les mutuels trop chère, avec vos très haut salaire, vos retraite toujour aux plus haut.
Que nous prépare t'on encore, faire payé les plus pauvres, les pousser aux désespoir aux suicide.

3.Posté par Phylie le 10/11/2009 12:36
Pour info.

"Les ultramarins ont été entendus" ne veut surtout pas dire qu'ils ont été compris. Il y a loin de la coupe aux lèvres.
En effet, c'est une technique quelque peu érodée en communication que de remplacer le verbe comprendre par entendre.
Cela permet de faire croire à son interlocuteur que l'on a pris en compte ses demandes mais certainement pas que l'on va répondre favorablement à celles-ci. La preuve en est dans la suite de l'article. Face à des demandes concrètes nous mesurons toute la marge de manoeuvre du ministre: restrainte voire nulle.

Alors est ce que Didier Robert va enfin se pencher sur cette ordonnance de 86 et ses modifications pour proposer quelque chose afin de donner un peu de visibilité sur le dossier des prix dans les Dom ?
C'est quand même un dossier qui demande de l'expertise et du talent et qui doit être réservé a des députés qui pensent avoir rendez vous avec l'histoire....

C'est autre chose que de discuter de la place des convives au banquet de la fonction publique. ( préférence régionale pour les recrutement et mutations dans les Dom ...)


Didier c'est à toi.

4.Posté par michel rvn blanche le 10/11/2009 14:36
Les antillais ont été entendus ! pas les réunionnais !!!

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/11/2009 15:00
entendus ..ou écoutés?

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/11/2009 17:34
Concernant la traçabilité des exonérations et autres outils législatifs ou réglementaires, discriminants les entreprises locales pour celles qui ont une activité réelle sur le territoire régional, j'ai déjà indiqué depuis quelques années et ici même, la nécessité de tracer ces dispositifs au niveau comptable...

Les partenaires sociaux seraient bien avisés de reprendre ce principe et d'obtenir du gouvernement, sa mise en place ... le CESR ayant déjà exprimé un avis similaire....

7.Posté par Ulysse le 10/11/2009 18:22
Marie-Luce Penchard : Je n’ai pas envie qu’on mesure l’intérêt porté à l’outre-mer au nombre de déplacements sur le terrain.

On ne pourra pas dire qu'elle n pense pas à son prédecesseur !

8.Posté par darkalliance le 10/11/2009 18:50
Ce gouvernement compte convaincre qui avec de tel fumisterie ?

9.Posté par odette, attention madame penchard le 10/11/2009 20:43
Madame Penchard, nous comptons lors de votre venue sur vous, pour ne pas vous fier, par solidarité féminine aux dires de madame nassimah dindar durant les échanges elle est fortes dans les bla bla.Cette personne va vous induire en erreur, par sa comédie ,tout dans la séduction et vous risquer de tomber dans son piège ,elle est pire que barbe bleu. aussi nous vous demandons de rencontrer vraiment d'autres personnes ,des gens de la société civile.,bien entendu pas la société civile à la verges ou tout le monde est muselé.Encore une fois ne vous laissé pas convaincre par tous ces personnes politiques qui ne pensent qu'à leur panse,au détriment des visites de terrain qu'il vous faudrait voir,rencontrer vous même. Mais voila ou sera toute la difficulté.

10.Posté par Cambronne le 11/11/2009 11:39
7.Posté par Ulysse le 10/11/2009 18:22
Marie-Luce Penchard : Je n’ai pas envie qu’on mesure l’intérêt porté à l’outre-mer au nombre de déplacements sur le terrain.

On ne pourra pas dire qu'elle n pense pas à son prédecesseur !

T'inquiètes le pognon sera en compensation sagement dépensé en frais de garde robe ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales