Politique

Pour Eric Fruteau, "une réorientation européenne" s'impose

Le conseiller général, Eric Fruteau, propose une "contribution au débat" sur les élections européennes. Quel avenir pour l'Union Européenne touchée par la crise économique? Comment lutter contre l'euroscepticisme? Et finalement, les élections européennes sont-elles une "opportunité ou une menace"?

Eric Fruteau estime qu'une "réorientation européenne" est devenue "indispensable. Voici ses propos:


Pour Eric Fruteau, "une réorientation européenne" s'impose
"Élections européennes : opportunité ou menace ?

Les Élections européennes auront lieu le 25 mai 2014. Les Eurodéputés seront élus jusqu’en 2019. Se posent alors de nombreuses questions quant à l’avenir de l’Union Européenne touchée par la crise économique, la récession, le chômage.

Ces futures échéances sont très attendues et l’enjeu de ces élections pèsera sur la suite.

Mais qu’en pensent les électeurs qui souvent ont montré une désaffection grandissante pour cette élection (taux de participation de 63% en 1979, de 57% en 1994, de 43% en 2009, de 22,96% en Outre-Mer en 2009,…) ? Le prochain scrutin arrivera t il à rétablir le lien politique entre le citoyen et Bruxelles ? Un lien aujourd’hui distendu par les conséquences de la crise économique et la montée de l’euroscepticisme.

Une situation économique qui fait peur…

En réalité la gouvernance européenne est vue comme un "monstre bureaucratique" éloignée des préoccupations du peuple en souffrance sociale.
La zone euro est en danger permanent de récession (hésitation espagnole, la France sous surveillance, le Portugal et l’Irlande défiés, risque social grec et chypriote,…). Il faut savoir que plus d’un quart de la population européenne est aujourd’hui menacée de pauvreté (52% de réunionnais sous le seuil de pauvreté). Le déficit en 2013 a été de -3% du PIB (-4,3% en France). Le chômage atteint des chiffres record : 3,224 Million de chômeurs en France ; 6 Millions de jeunes au chômage en Europe.  Des records en Outre-Mer.

Il semble évident que l’Union Européenne n’arrive pas à sortir d’une impasse aggravée par des handicaps réels : une Europe privée d’espace, de matières premières, de populations (et donc d’un marché intérieur conséquent) face aux émergents et aux Etats Unis ou à la Russie (qui ont tous des caractéristiques opposées). Une Europe jugée austère et trop libérale. Et plus : Bruxelles presse la France de mettre en œuvre des réformes et à réduire ses dépenses publiques. Est-ce le signe d’une tutelle de Bruxelles sur le pays ? Ce qui est sûr c’est que la situation va s’aggraver encore.

L’environnement européen est déprimé par l’austérité (qui reste un facteur aggravant de la récession).

Une situation politique marquée par la montée des extrêmes…

L’analyse des situations politiques dans les pays de l’UE démontre que la crise a favorisé malheureusement la montée des extrémismes et du populisme (exemples : au Danemark, l’UKIP parti protestataire au Royaume Uni, le M5S de Beppe Grillon en Italie, le Front National en France, les indignés en Espagne, la Grèce victime aussi, le Pays Bas laboratoire de l’Eurodéfiance, la Belgique et l’ambiguïté du séparatisme, les eurosceptiques au pouvoir en Hongrie,…). Les dernières municipales en France sont une autre preuve (18 villes de plus de 9 000 habitants gagnées par l’extrême droite). L’euroscepticisme et l’europhobie gagnent du terrain. Certains parlent d’"une Europe mondialisée" ; d’autres d’« institutions lointaines, inefficaces, austères ». D’autres, tel le FN, jouent de cette situation.

Ces doutes persistant viennent nourrir l’inadéquation d’un pacte de croissance et de stabilité et ne tiennent pas compte du changement demandé par les français en 2012 pour une Europe plus sociale et plus humaine. Les attentes du peuple sont grandes. Le pacte de solidarité, feuille de route du nouveau gouvernement sera-t-il à la hauteur ? Il n’y a pas de hasard et nous devons, tout en faisant le bilan, rester cohérents quant à nos engagements passés. C’était notre état d’esprit lors du référendum du 29 mai 2005 en votant NON pour la ratification établissant une constitution (libérale) pour l’Europe. Le NON l’a emporté à la Réunion avec 60%.

De la nécessité de porter un projet commun…

Face à ces interrogations, se pose la question de l’avenir des RUP et donc de notre île au regard de la politique européenne. Comment traverser cette situation de défiance permanente de la mondialisation sans pour autant subir encore plus les effets pervers d’une politique dictée d’avance ?
Comment les Outre Mers et les RUP sauront exposer leurs spécificités pour que malgré la crise, malgré l’élargissement et la rareté des ressources un brin d’espoir perdure ? Se pose de nombreuses questions telles la situation sociale dégradée et l’extrême pauvreté qui affecte nos populations de plus en plus vulnérables.

A la veille de l’adoption du prochain POE 2014/2020 (qui nous engage pour 6 ans sur des investissements pour l’économie, les grands travaux, l’agriculture, l’aménagement du territoire - le transport, l’eau, l’assainissement pluvial, la lutte contre les risques l’éducation et la formation, l’innovation…) ces questions sont fondamentales. Comment capter le maximum de fonds structurels (FEDER, FEADER, FSE, POSEI) ? Comment assurer l’adaptation de la politique agricole commune et sauver les quotas sucriers ? Quels projets porteurs d’espoir et créateurs d’emplois pour les prochaines années serons-nous capables de faire émerger ? Quelle ambition doit-on mettre en avant pour tenter de réduire les inégalités persistantes entre les hommes et les territoires ? Comment mettre en place une stratégie offensive d’adaptation du droit et des normes communautaires à nos contraintes particulières ?

Une réorientation européenne avec la révision des règles budgétaires insoutenables ennemies de la croissance et de l’emploi, est indispensable. Oui, nous devons faire du "Réunionnisme" contre Bruxelles pour sortir du piège de l’application stricte des directives européennes.

Le projet prendrait le sens d’une Europe plus sociale et plus humaine comme demandé par les électeurs en 2012.

Enfin une ambition réunionnaise et ultramarine forte est nécessaire. Il faut se projeter vers l’avenir… cela nécessite d’être responsable… cela suppose une volonté de porter un projet commun adapté, avec des orientations clairement définies, au service de l’intérêt général, de La Réunion et des Outre Mers !"

Eric Fruteau
Conseiller général
Lundi 12 Mai 2014 - 09:53
Lu 1070 fois




1.Posté par David Asmodee le 12/05/2014 11:04
Une réorientation vers la sortie.

2.Posté par mbp le 12/05/2014 12:51
l ue cette institution qui fait disparaitre les nations , qui est ouverte a tous les vents qui permet l exile de nos entreprises mais aussi de notre savoir faire , qui encourag les regions a se dissocier de la nation mere ; ou le nationaux passent apres les immigres oui a l europe mais qui respecterait les peuples et les nations

3.Posté par Zarbi le 12/05/2014 14:06
Une réorientation ? Mais vous plaisantez je pense ; Mr le conseiller général vous n'imaginez même pas la contestation qui s'amplifie contre cette dictature feutrée , soumise aux lobbies et dévouée à l'administration US ( expliquez donc cher Mr à vos électeurs ce qu'est le traité Transatlantique 2015 )
L'UE ? Une dictature au service des marchés et de la finance qu'il faut FAIRE EXPLOSER !!!
Quelques exemples du fonctionnement antidémocratique de cette "construction" artificielle sortie de l'imagination d'hommes politiques américains relayés par leurs affidés Schumann et Monnet .
( comme toujours une idée "généreuse" - l'appât - est mise en avant , puis détournée vers le but à atteindre : bassement mercantile )

1- Premier exemple. Le traité de Maastricht. Le 2 juin 1992, par référendum, le peuple danois dit « non » au traité de Maastricht. Que croyez-vous qu’il arriva ?
Réponse :
Le peuple danois fut obligé de revoter une deuxième fois : il y eut un nouveau référendum sur le traité de Maastricht !
2- Deuxième exemple. Le traité de Nice. Le 9 juin 2001, par référendum, le peuple irlandais dit « non » au traité de Nice à 53,87 %. Que croyez-vous qu’il arriva ?
Réponse :
Le peuple irlandais fut obligé de revoter une deuxième fois : il y eut un nouveau référendum sur le traité de Nice !
3- Troisième exemple. Le traité établissant une Constitution européenne. Le 29 mai 2005, le peuple français vote « non » par référendum. Le 1er juin 2005, le peuple néerlandais vote « non » par référendum.
Voyant le résultat des référendums en France et aux Pays-Bas, les fédéralistes décident de suspendre les référendums prévus dans les autres pays ! Les fédéralistes veulent bien consulter les peuples, mais à condition que les peuples votent « oui » ! Si les peuples commencent à voter « non », les fédéralistes suspendent les référendums ! Et ça, ce n’est pas de la démocratie, peut-être ?!
En 2005, quels sont les peuples qui auraient dû être consultés par référendum ?
- Le peuple danois aurait dû être consulté. Le référendum est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
- Le peuple irlandais aurait dû être consulté. Le référendum est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
- Le peuple portugais aurait dû être consulté. Le référendum est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
- Le peuple tchèque aurait dû être consulté. Le référendum est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
- Le peuple anglais aurait dû être consulté. Le référendum est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
4- Quatrième exemple. Le traité de Lisbonne. En réalité, le traité de Lisbonne reprend 98 % du texte de la Constitution européenne, mais la grande différence est que, cette fois-ci, le traité de Lisbonne N’est PAS soumis à référendum !
Le traité de Lisbonne est adopté par les parlements des Etats européens.
Une seule exception : le peuple irlandais est consulté par référendum. Le 12 juin 2008, le peuple irlandais vote « non » au traité de Lisbonne. Que croyez-vous qu’il arriva ?
Comme d’habitude, on a refait voter le peuple irlandais une deuxième fois !
Conclusion :
La construction européenne est anti-démocratique. L’Union Européenne est anti-démocratique. Elle doit être détruite.

On a vu le résultat de l'ex-URSS où des pays on été amalgamés à d'autres sans adhésion des peuples avec une volonté politique supranationale pour tenir l'ensemble ... nous en prenons le même chemin ! Et pourtant ces pays se définissaient comme des "démocraties" populaires .
Combien de temps nous faudra t'il pour faire tomber cette dictature bruxello-strasbourgeoise ? 70 ans nous aussi ?
Je ne suis pas contre l'idée d'une coalition de plusieurs pays pour construire une Europe indépendante , d'abord respectueuse de la volonté des peuples la composant : une Europe VOULUE et non SUBIE pour le profit de quelques uns ; mais celle qu'on nous impose aujourd'hui : qu'elle disparaisse !

4.Posté par Dipadutout le 12/05/2014 16:12
Mais de quoi se mêle-t-il cet ex-pseudo-maire !?

5.Posté par Zarbi le 12/05/2014 17:05
Et vous voulez voter pour reconduire ce "système" ? Il faut voter , certes , et votre bulletin de vote doit être le détonateur pour le faire exploser et disparaitre ! ( après lecture de ce qui suit on comprend mieux pourquoi certains veulent que ça dure ; "pourvou qué ça doure" , disait Laëtitia la mère de Napoléon ! )

SCANDALE : La retraite à 50 ans a été approuvée ... pour les NABABS de Bruxelles !!!

C'est pas gros, c'est énorme !
VIVE L'EUROPE DES VOLEURS ( surtout profiteurs )
SCANDALE : La retraite à 50 ans avec 9.000 euros par mois pour les fonctionnaires de l'UE a été approuvée ..... mais bordel, quand est-ce que ça va péter ?
Mireille MARZARO
Cadre Coordinateur
A DIFFUSER LE + LARGEMENT POSSIBLE S.V.P.*
C'est normal qu'il ne reste presque plus rien pour nous ! Avez vous remarqué que nos politiciens se battent comme des chiffoniers pour entrer dans l'administration européenne Pourquoi ?... Ce qui suit va vous éclairer... C'est tout simplement scandaleux !
La retraite à 50 ans avec 9.000 euros par mois pour les fonctionnaires de l'UE a été approuvée !!!
Cette année , 340 fonctionnaires ( il y en a 56.000 en tout , oui 56.000 ! ) partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 Euros par mois.
Afin d'aider l'intégration de nouveaux fonctionnaires des nouveaux états membres de l'UE (Pologne, Malte, Pays de l'Est...), les fonctionnaires des anciens pays membres (Belgique, France, Allemagne..) recevront de l'Europe un pont d'or pour partir à la retraite.
POURQUOI ET QUI PAIE CELA ?
Vous et moi qui travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère, alors que ceux qui votent les lois se font des cadeaux dorés
La différence est devenue trop importante entre le peuple et les "dieux de l'Olympe" !

RÉAGISSONS par tous les moyens en commençant par divulguer ce message à tous les Européens. Bonne journée à tous quand même
CES HAUTS FONCTIONNAIRES DE l'UNION EUROPEENNE CONSTITUENT UNE VRAIE MAFIA
Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs. Même nos parlementaires nationaux qui pourtant bénéficient de la "Rolls " des régimes spéciaux , ne perçoivent pas le tiers de ce que touchent ces "européens" ... C'est dire !
- Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de "contrôleur adjoint de la protection des données", aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 ? / mois. L'équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié belge ou français du secteur privé après une carrière complète de 40 ans.
- Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, lui aura droit à près de 9 000 euros de retraite par mois.
C'est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont bien décidé d'en profiter. C'est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc. En plus, beaucoup d'autres technocrates profitent d'un tel privilège
1. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12.500 Euros de retraite par mois.
2. PernillaLindh, juge au Tribunal de première instance, 12.900 Euros par mois.
3. Ruiz-JaraboColomer, avocat général, 14.000 Euros/mois.
Consultez la liste sur :
http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Etude_27.pdf
Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot ( 73 ans) avec une retraite de 4.728,60 ? pour 5 années de commissaire européen aux transports À cela il faut ajouter sa retraite d'ancien député, celle d'ancien ministre, d'ancien président du Conseil général de la Haute Loire, de maire d'Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, le 23 février 2010 il a été nommé au Conseil Constitutionnel.
Pour eux, c'est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d'obtenir le maximum : 70 % du dernier traitement . Car, c'est à peine croyable... Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 42 ans.
Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l'allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problèmes, le taux plein c'est 15,5 ans... De qui se moque-t-on ? A l'origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d'autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateurs... etc.
Mais le pire, dans cette affaire, c'est qu'ils ne cotisent même pas pour leur super retraite !!! Pas un centime d'euro, tout est à la charge du contribuable....
Nous, nous cotisons plein pot toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c'est la déferlante : rappels, amendes, pénalités de retard, etc. Aucune pitié !
Eux, ils (se) sont carrément exonérés....On croit rêver ! Rendez-vous compte, même les magistrats de la Cour des comptes européenne qui, pourtant, sont censés "contrôler" si les dépenses de l'Union européenne sont légales, faites au moindre coût et pour l'objectif auxquelles elles sont destinées... ", profitent du système et ne paient pas de cotisations.
Et, que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les "gendarmes de Bruxelles" et ne cessent de donner des leçons d'orthodoxie budgétaire alors qu'ils ont les deux mains, jusqu'aux coudes, dans le pot de confiture?
A l'heure où l'avenir de nos retraites est gravement compromis par la violence de la crise économique et la brutalité du choc démographique, les fonctionnaires européens bénéficient, à nos frais, de pensions de 12.500 à 14.000?/ mois, après seulement 15 ans de carrière et sans même cotiser... C'est une pure provocation !
L'objectif est d'alerter tous les citoyens des états membres de l'Union Européenne. Ensemble nous pouvons créer un véritable raz de marée. Il est hors de question que les technocrates européens continuent à jouir, à nos frais et en toute impunité, de telles retraites. Nous allons leur remettre les pieds sur terre : Sauvegarde Retraite sa réalisé une étude précise et très documentée qui prouve par "A+B" l'ampleur du scandale .
http://www.lepoint.fr/economie/les-retraites-en-or-de-l-europe-19-05-2009-344867_28.php

L'Europe telle qu'elle existe représente un fromage sans précédent pour tous ces "rongeurs" parasites qui ne vont pas manquer dans les deux semaines qui viennent de nous en vanter les "mérites" ( sans parler du chômage induit , de la casse de nos industries et perte d'emplois , de l'alourdissement des impôts , de l'apauvrissement général , d'une submersion migratoire de sans ressources que nous devons entretenir , de la disparition de la classe moyenne , de la confiscation de la seule vraie démocratie : le référendum , ...)
Alors allez voter , mais en sachant pourquoi vous le faites .

6.Posté par A mon avis le 12/05/2014 17:31
@post 3 Zarbi :
vous dites : "La construction européenne est anti-démocratique. L’Union Européenne est anti-démocratique. Elle doit être détruite."

Ce sont des propos totalement infondés pour ne pas dire stupides. La construction européenne est un exemple unique dans l'histoire. L'Europe actuelle s'est construite, et continue de se construire selon un processus justement démocratique, qui fait intervenir la volonté des peuples et/ou de leurs représentants.
Une autre preuve en est le vote prochain pour élire les représentants du peuple europoéen au Parlement europeén. Les difficultés d'harmonisation sont aussi la preuve d'un processus démocratique.

L'union européenne est un progrès indéniable. Quand on voit ce qui se passe en Ukraine actuellement, on devrait tous se réjouir de constater l'union des nations qui existe au sein de la communauté européenne, même si cette union n'est pas parfaite.
Oui, justement il faut une réorientation de la politique européenne, politique qui est actuellement menée par des responsables politiques de la droite conservatrice, aussi bien à la Commission qu'au Parlement européen.
Il faut voter justement pour faire émerger une majorité réformatrice de gauche ou écologiste, afin de s'orienter vers plus d'unification européenne, ausi bien sur un plan économique que social.
Dénigrer l'Europe et souhaiter son éclatement et sa destruction selon les propositions du FN est une position totalement irréfléchie.

7.Posté par pas la peine le 12/05/2014 19:18
a dipadutout nul à chier dessus mérite mm pas porte de l'eau à out moulin

8.Posté par Zarbi le 13/05/2014 17:18
@ 6 Monsieur qui sait tout !
Chacun son jugement et ses opinions , ce n'est pas parce que mon avis diverge du vôtre que je n'ai pas droit au crachoir : réaction typique d'un gauchard , pas d'accord avec leur point de vue , on est renvoyé au FN ! Traitez moi de nazi et le compte y sera . Il ne vient pas à votre cervelle de colibri , l'idée que je pourrais adhérer aux thèses de Dupont-Aignan ?
Avez vous consulté le dernier sondage "eurobaromètre" ? Non probablement pas ; il dit ceci : 59% des européens (globalement) ne font plus confiance à l'europe ; dans ce sondage il est révélé que le pourcentage pour les français est de 63% et 59% pour les allemands . Il n'y a pas besoin d'avoir fait des études hautement supérieures pour comprendre que cette-europe-là a du plomb dans l'aile ; cette europe qu'on nous a imposée en anesthésiant nos préventions avec des : "ce sera l'emploi pour tous , la prospérité et la sécurité pour tous ..." On voit le résultat !
Cette europe caniche des US , bientôt colonie avec ce traité transatlantique 2015 (ACTA) ; cette europe poussée aux reins par ces mêmes US pour foutre le bordel en Ukraine et tenter d'affaiblir la Russie ; ces mêmes US qui ont 400 mercenaires (balckwater) sur place pour "conseiller" et encadrer ces ukrainiens "révolutionnaires" . ( tout comme il nous ont poussé en Lybie , poussé sur la Syrie où nous avons failli nous engager - auprès de "bons" islamistes ce qui est assez savoureux - à 2 heures près ) . Cette europe là , dépendante , nous n'en voulons plus .
Petit rappel . Après avoir libéré l’Europe occidentale, en 1945, les États-Unis et le Royaume-Uni décident de la redessiner en créant les États-Unis d’Europe. À coups de millions de dollars, la CIA et le JIC financent les associations pro-européennes pour en faire des instruments de l’endiguement du communisme. Allen Dulles et Joseph Retinger parviennent à créer le Conseil de l’Europe et la CECA, mais échouent à imposer la Communauté européenne de Défense.
Le communisme est tombé ? Peu importe , on met la "mondialisation" sur les rails , mondialisation qui n'est au final que la mise en concurrence des misères du monde ... Bon allez , j'ai autre chose à faire : il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis ! (j'avais voté oui en 1992 pour Maastrich)

9.Posté par A mon avis le 14/05/2014 03:19
@post 8 Zarbi : vous dites "ce n'est pas parce que mon avis diverge du vôtre que je n'ai pas droit au crachoir." En effet votre façon de traiter vos contradicteurs s'apparente davantage à des expectorations pour crachoir qu'à un argumentaire serein.
A part vos insultes, vous n'apportez rien de nouveau.Je confirme les arguments de mon post précédent qui donne un avis sur les propos que vous avez énoncés sans donner de qualifiquatifs à son auteur.

10.Posté par Fredo le 14/05/2014 12:37
Inbuvable votre charabia.

11.Posté par François le 14/05/2014 12:44
Et avec tout ce blabla il nous dit même pas pour qui il va voté, ou il appelle à voter ! Si c'est pas lui ou sa femme, en sorte a zot.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales