Social

Population jeune et chômage, le cocktail qui plombe les chiffres des CAF des DOM


Population jeune et chômage, le cocktail qui plombe les chiffres des CAF des DOM
Les CAF des DOM font leur état des lieux. La 36e assemblée interrégionale des Caisses d'allocations familiales des départements d'outre-mer s'est achevée hier à Saint-Paul.

Depuis sa première édition en octobre 1972, cette manifestation est devenue un moment important de la vie des CAF d’outre-mer puisqu'elle permet à ses administrateurs d'échanger sur des thématiques transversales qui touchent spécifiquement les territoires ultramarins.

Les quatre départements historiques (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion) y étaient représentés par leur président et directeur respectifs, aux côtés de ceux de la Caisse de Prévoyance Sociale de Saint-Pierre et Miquelon. Le tout sous la houlette du président (Jean-Louis Deroussen) et du directeur de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (Daniel Lenoir).

L'assemblée permet de faire un point sur le fonctionnement des caisses et les avancées nécessaires à l’amélioration de leur mission de service public. "C'est un temps extrêmement riche", confie Jean-Louis Deroussen pour définir ce rendez-vous annuel qui s'arrête, cette année, dans notre département.

Si les lettres de mission des CAF offrent un continuum de prestations identiques tant dans l'Hexagone que dans les DOM puisqu'inscrites dans le marbre législatif, des "aménagements" demeurent possibles et c'est bien cette marge de manoeuvre qui est débattue lors de ce tour de table.

Au regard des dynamiques démographiques (population jeune) et économiques (forte proportion de population au chômage), les  CAF domiennes font face à des problématiques similaires. "On ne peut pas changer la loi mais des aménagements" sont possibles. Voilà pourquoi les CAF des DOM sont "constamment en action pour trouver des solutions innovantes dans le domaine de la jeunesse, de l'illettrisme, de l'éloignement de l'emploi, de structures d'accueil petite enfance", explique Daniel Lenoir.

"Les CAF ne peuvent pas être partout, tout le temps, se substituer aux décideurs politiques, mais il s'agit d'être en adéquation avec cette jeunesse qui est l'une des caractéristiques des populations des DOM", tout comme celle de la situation délicate de l'emploi, ajuste le tandem de la CNAF.

237.000 allocataires

Pas étonnant de retrouver ce tableau alarmant dans les chiffres 2013 de la CAF Réunion. 80,9% des allocataires réunionnnais déclarent des ressources inférieures au Smic. 38% déclarent des ressources nulles. Le poste de l'enfance (60%) et celui de la précarité (48%, car certaines prestations peuvent se cumuler, ndlr) occupent les deux premiers champs d'aide de la CAF Réunion envers ses allocataires, au nombre de 237.000.

Indirectement, ces 237.000 allocataires touchent 609.965 personnes (dont 265.311 enfants), soit 73,6% de la population du département.  A titre de comparaison, un allocataire réunionnais bénéficie entre 10 à 20% de prestations supplémentaires qu'un allocataire inscrit sur le territoire national. Cela ne constitue pas une consolation de se trouver moins seul dans ce cas de figure, mais des territoires comme la Seine Saint-Denis ou le Pas de Calais présentent sensiblement les mêmes caractéristiques, tempère Daniel Lenoir.

Hormis ces indicateurs alarmants qui ne sont que le reflet de la situation altérée du chômage qui touche particulièrement les DOM, l'équipe de direction de la CAF Réunion (Eric Marguerite son président et Jean-Charles Slama son directeur) peut se dire satisfaite de ne pas avoir fait les frais des coupes de la révision générale des politiques publiques depuis 2007.

Mieux que des départs en retraite remplacés, l'effectif de ses agents a augmenté de 10%. Une tendance consolidée sur la période de la convention d'objectifs qui court jusqu'en 2017. Enfin, la qualité d'accueil du service public peut aussi se vérifier dans le délai d'instruction des dossiers des allocataires qui est, ici, de 4,5 jours en moyenne contre 5,1 dans une CAF de métropole.

Jeudi 23 Octobre 2014 - 06:31
Lu 1595 fois




1.Posté par Raleur le 23/10/2014 10:49
Done a nous l'arzent.
73.6 % de Perfusés... Bientot la perf sera vide, comment vont faire toute ces personnes assistées?

2.Posté par tasoeur le 23/10/2014 19:48
done a nou done a nou,va travailler faignant,la réunion plus grande région la plus assisté......;assiste a nous zoreil sameme nou role

3.Posté par KLD le 23/10/2014 21:12
de toute façon caf nana 7 peaux , bouge pas le bateau !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales