Social

Politique du chiffre, primes indécentes... Les policiers manifestent à Malartic

Le "vent de la colère" souffle dans les rangs de la police nationale. A l'appel de plusieurs syndicats (Alliance, Unité SGP Police FO, Snipat FO) tant au niveau national que local, les policiers manifestent depuis ce matin devant les locaux du commissariat de Malartic. La raison ? Ils dénoncent le manque d'effectif, la politique du chiffre toujours en place, le port du matricule ou encore les primes touchées par leur hiérarchie.


Politique du chiffre, primes indécentes... Les policiers manifestent à Malartic
En tout, une cinquantaine de policiers, tous services confondus, manifestent depuis ce matin devant les locaux du commissariat de police de Malartic. Pas une grève, car les policiers n'ont pas le droit de grève en raison de leur statut particulier, mais des policiers qui sont venus sur leur journée de repos. Un mouvement national, suivi localement, et emmené par l'intersyndicale Alliance, Unité SGP Police FO, Snipat FO.

"C'est un ras-le-bol généralisé", lâche Gilles Clain, secrétaire départemental de l'Unité SGP Police. Et les griefs sont nombreux. Politique du chiffre, primes "indécentes" touchées par la hiérarchie, port du matricule, manque d'effectif… Pour les policiers, les conditions de travail ne sont plus acceptables et ne permettent plus d'assurer convenablement leurs missions de service public.

"On nous a dit au niveau du ministère que la politique du chiffre est terminée, mais dans les services cela ne suit pas et cette politique existe toujours (…). Résultat, on nous demande de faire toujours plus d'activité contraventionnelle, judiciaire, activité de police avec toujours moins d'effectifs et de moyens (…). Mais nous n'avons plus les moyens d'effectuer nos services de police nationale", poursuit-il.

Des primes allant de 20 à 60.000 euros pour la direction

Selon les syndicats, cette politique du chiffre sert avant tout à atteindre des objectifs et permettre au personnel de direction de toucher des primes jugées "indécentes" par les policiers. "La politique du chiffre est maintenue dans nos services pour atteindre des objectifs et toucher des primes allant de 20 à 60.000 euros. C'est scandaleux car cela représente deux années de salaire pour un gardien de la paix à la Réunion", souligne Gilles Clain. Des syndicats excédés qui mettent en parallèle les refus de l'administration à faire réparer les véhicules, les locaux… faute de budget.

Pis, selon eux ils manquent aujourd'hui environ 200 policiers à la Réunion. "Notre mission n'est pas assurée de manière normale. Il existe aujourd'hui à Saint-Denis une seule patrouille de nuit pour 150.000 habitants, ce n'est pas normal", explique-t-il. Un manque d'effectif qui se fait au détriment de la sécurité de la population. D'autant que l'administration pourrait fermer prochainement les sites de police de la Montagne ou de la Rivière-des-Galets, après avoir fermé ceux de la Bretagne ou des Camelias.

Dans un tel contexte, nous avons voulu interroger la directrice départementale de la sécurité publique de la Réunion, Pierrette Gunther-Saës. Cette dernière, absente des locaux de Malartic, nous a fait passer le message qu'il s'agissait de "problèmes au niveau national et non local" et qu'elle ne se prononcerait pas sur les revendications des policiers.

En attendant, syndicats et policiers continuent de se mobiliser. Une motion sera déposée dans la matinée. Mais Gilles Clain prévient : "Si rien ne change, le vent de la colère se transformera en cyclone tropical intense"

Politique du chiffre, primes indécentes... Les policiers manifestent à Malartic

Politique du chiffre, primes indécentes... Les policiers manifestent à Malartic

Politique du chiffre, primes indécentes... Les policiers manifestent à Malartic
Mercredi 22 Janvier 2014 - 09:12
Lu 1511 fois




1.Posté par noe le 22/01/2014 10:14
Un vrai raz-le-bol caractérisé pour nos policiers !
Pas normal que ceux qui touchent le plus gagnent encore des primes !

SVP ! Faites la grève des PV , cela nous arrangerait ... Ne soyez pas les macros de votre administration !

2.Posté par Amaury le 22/01/2014 10:40
Paaaaardon ?! Les policiers en ont raz-le-bol ? Raz-le-bol de quoi ? Raz-le-bol d'avoir des primes indecentes sur chaque PV qu'ils mettent jusqu'a doublé voir triplé leur salaire mensuel ? Raz-le-bol de devoir répondre au telephone a une vieille dame en lui disant que temps que son beau-frere n'a pas fait couler le sang de son mari ils n'ont pas le droit (ou la flemme) de se déplacer ?
Ah putain, ils sont gonflés, ils parlent des primes que leur hierarchie touche mais de la leur, ca ils n'en parle pas... C'est vraiment l'hopital qui se fout de la charité ! Ca me met hors de moi ce genre de comportement, ils sont deja trèèèès trèèèès bien lotis alors ferme zot ki, leve zot doigt !
Ils pourront manifester autant qu'ils voudront, ca ne fera pas disparaitre la connerie humaine...

*dépité*

3.Posté par @post2 le 22/01/2014 11:33
On remarque à la violence des propos qu'Amaury qu'il a des comptes à régler avec l'autorité.

Mais surtout, il doit n'importe quoi : jamais, ni dans le passé ni aujourd'hui, un policier n'a touché de "primes à chaque PV qu'ils mettent"... c'est simplement de la diffamation. Le reste de ses arguments sont du même tonneau, et il est vrai, par exemple qu'un policier n'a pas le droit de pénétrer dans un domicile s'il n'y a pas de danger immédiat ou d'appel au secours des personnes qui s'y trouvent. Ce n'est pas le policier qui fait la loi, il l'applique, c'est tout. Le reste, c'est de la mauvaise foi.

Cela dit, s'il se déplace rarement sur un "différent familial", cela s'explique tout simplement par les chiffres indiqués : 1 véhicule de patrouille pour 150 000 habitants, vous imaginez qu'il a plus urgent sur le feu, même si chacun croit que SA situation est la plus digne d'intérêt, urgente et importante ! (voir les réactions aux urgences des hôpitaux où chacun croit qu'il doit passer vite et en premier).

Mais comme il le dit bien : cela ne fera pas disparaitre le connerie humaine, y compris la sienne... hélas.

4.Posté par Zoursin le 22/01/2014 11:39
Amaury quand y koné pas rien, ou doit pas dit rien, au lieu dire n'importe quoi allez renseigné à ou...Depuis quand un gardiens de la paix y touche l'euro sur ses PV? Depuis Quand Un Gardien de La Paix Y triple son salaire? Si c'est Pou Dire Zafer Koma Allez Renseigne à Ou Avant cozer... et Surtout Confonde Pas Toute, N'a une différence entre Policier, Gendarme, Policier Municipale et Agent de stationnement de Voie Publique, Ce Que Visiblement ou koné pas...

5.Posté par videosurveillance le 22/01/2014 12:34
Pourquoi ces atermoiements sur le n° de matricule alors qu'ils arrêtent pas de nous gaver avec le fait que "lorsqu'on a rien à se reprocher, on a rien à craindre"

s'ils n'aiment pas le numéro de matricule, ils ont qu'a mettre leur nom

6.Posté par AlexD le 22/01/2014 13:46
Si les primes de leurs superieur leurs semblent trop élévées, s'ils en ont marre de la police du chiffre, du travail de contravention, je ne vois pas ce qui les empêchent individuellement de mettre moins d'amendes... Mais le zêle reste à mon sens un gros défaut "policier". Ils ne peuvent pas se retenir.
Là, toujours à mon avis et ça n'engage que moi, le principal élément de mécontentement reste le "matricule obligatoire sur l'uniforme". Même si je ne vois pas trop en quoi ça les dérange et surtout comment peuvent-ils s'offusquer du fait que les gens qui les payent puissent savoir au quel de leurs "employés" ont-ils affaire. Ou peut-être que ça en inquiète quelques uns...

7.Posté par stigmatisé par le numero de matricule le 22/01/2014 14:34
moi je me sens stigmatisé par mon numero de plaque mineralogique et je suis zoutré qu'on me sanctionne quand je roule sans plaques

8.Posté par Môvélang le 22/01/2014 16:15
bravo noé, enfin, voilà, là je te reconnais!

9.Posté par Citoyen le 22/01/2014 18:40
Les propos d'Amaury démontrent sa méconnaissance totale de la police nationale et sa vulgarité traduite dans un créole propre à cet individu traduit une certaine médiocrité d'esprit.
Des ladi lafé, des rumeurs ......
Restons dans un débat constructif !
La liberté d'expression est fondamentale, la vulgarité et l'ignorance bête et méchante.....;ne l'acceptons pas.

10.Posté par Dimitri ALAIN le 25/01/2014 06:56
et oui noé partout c'est pareil là ou je bosse nos cadres touchent les primes et les bonus et nous ceux qui se font chiés sur le terrain on prend un bol d'air et on se tais sinon la porte de sortie est ouverte !!!!!!!!!!

11.Posté par Dimitri ALAIN le 27/01/2014 09:50
le policier en général est devenu l'ennemi public celui qui est là pour se faire insulté et tendre sa matraque pour se faire battre ras le bol compréhensible

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales