Faits-divers

Pointe au Sel : Un bateau s'échoue, douze plongeurs sauvés


Pointe au Sel : Un bateau s'échoue, douze plongeurs sauvés
Douze plongeurs du club de plongée Bleu Océan de Saint-Leu ont eu une belle frayeur. Hier, leur embarcation s'est échouée près de la Pointe au Sel à Saint-Leu.

Partis faire une plongée en milieu d'après-midi, l'employé du club de plongée attache le bateau à une bouée au large de la Pointe au Sel. A l'intérieur de l'embarcation, douze plongeurs. C'est en remontant à la surface que l'employé du club et les plongeurs ne voient plus l'embarcation, et pour cause, elle s'est échouée un peu plus loin sur les rochers. Les douze plongeurs s'accrochent à la bouée en attendant que les secours arrivent.

Les pompiers prévenus par des témoins sur le littoral, ramèneront tout le monde sur la terre ferme. Selon les premiers témoignages, le bateau était bien amarré à la bouée, mais c'est le bout de cette dernière qui aurait lâché, laissant l'embarcation dériver jusqu'aux roches de la Pointe au Sel.
Dimanche 16 Octobre 2011 - 08:00
.
Lu 2482 fois




1.Posté par quidam le 16/10/2011 09:29
Petite question, quand les plongeurs sont a l eau, n y a t il personne qui soit tenu de rester a bord du bateau? ca eviterait peut etre ce genre de deconvenues.. enfin moi j dis ça...

2.Posté par noe le 16/10/2011 09:47
On donne le permis à n'importe qui pour piloter un bateau ?
Si un malheur serait arrivé on aurait encore accusé nos requins marins ...
Enfin tout le monde a été sauvé et c'est mieux ainsi ...

3.Posté par Penti le 16/10/2011 10:24
@quidam : non, il n'y a aucune obligation de laisser quelqu'un en surface. Les corps morts et amarrages sont justement faits pour ça : pouvoir amarrer son bateau et partir plonger en ayant (normalement) l'assurance de le retrouver au retour.
@ noe : si tu avais lu l'article en entier tu aurais lu que le bateau était correctement amarré à la bouée, si elle s'est rompue ça n'a aucun rapport avec la compétence du pilote...


4.Posté par Zoubinof le 16/10/2011 08:58
Ben voui... Enfin normalement.

5.Posté par polo974 le 16/10/2011 11:04
pour rompre une amarre, il faut soit un très sale temps, soit une amarre très pourrie...
ça doit faire partie de la check liste, non...

6.Posté par polo974 le 16/10/2011 15:08
N'empêche,
si quelques requins gourmands étaient passé par là, on ferait l'économie de plusieurs milliard sur la route du littoral (la plus sûre de l'île, en passant, comme ça...), vu que ce n'aurait plus été la priorité médiatico-politique...

7.Posté par scuba hors club le 16/10/2011 15:13
la honte pour le skipper. Encore une fois on voit que le brevet d’État c'est bon rouler des mecaniques devant les tantines en buvant des bieres, faire faire des baptêmes aux touristes obeses mais rien pour le "sens marin".

et le pire c'est que ce sont ces bougs là qui vont donner leur avis dans les reunions avec la prefecture, squatter les places aux pontons et squatter les places de stationnement aux mises à l'eau...

8.Posté par scuba hors club le 16/10/2011 15:21
4.Posté par polo974

un simple ragage en dehors du chaumard suffit pour couper une grosse aussiere en qq minutes. Quand bien meme, dans le chaumard il est recommandé de proteger le bout avec du tuyau d'arrosage.

C'est dans ces circonstances qu'on voit que les pneumatiques beaucoup plus leger n'ont pas cette fragilité. En fait seul les embarcations pneumatiques ou semi rigides peuvent rester sans personne a bord. Pour les autres embarcations il faut laisser un gars a bord. Le probleme est que le tangage et le mal de mer y est demultiplié surtout à la pointe au sel.

9.Posté par scuba hors club le 16/10/2011 15:32
le titre de l'article est curieux: "douze plongeurs sauvés"

est ce que cela signifie que les 12 plongeurs n’étaient pas capables de rentrer par leur propres moyen a terre?

lol, la honte plus, plus

10.Posté par Caton2 le 16/10/2011 18:21
Cet article relate un non évènement. Mais il est à mourir de rire.
Des plongeurs sauvés. Sauvés de quoi? De la tempête? Point de tempête... Des requins? Je croyais que les requins n'attaquaient que les surfeurs à la Réunion... Leur bateau était échoué sur les rochers. À quelle distance? Si loin qu'on ne pouvait aller le chercher? Aucun des plongeurs ne savait nager?
Et surtout.. quand on amarre un bateau, avant de quitter le bord on vérifie la solidité de l'amarrage. Soit le bout était pourri ou usé ou trop faible pour le poids du bateau, soit le nœud était mal fait.
Si on craint l'usure due au ragage (pour répondre à post 7), on met de la chaîne à la place du bout. J'ai amarré des milliers de fois un bateau à une bouée de mouillage, dans des conditions de temps et de mer autrement plus difficiles, et ça n'a jamais lâché. La seule chose dont on ne peut être sûr, c'est de l'état de la chaîne qui relie la bouée au corps mort. Mais là ce n'est pas la bouée qui est partie à la dérive avec le bateau, mais seulement le bateau. Ce qui donne raison à scuba, les moniteurs de bleu océan sont des pinocchios.
Je vois la scène: une douzaine de grenouilles prises à la turlutte, les pompiers à la rescousse! Pourquoi pas un hélico?
Remarquez, ça faisait un super DCP à requin! Faux croire que les requins n'aiment pas les nuls...
Apprenez la plongée avec " bleu océan", vous serez toujours des bleus!

11.Posté par Caton2 le 16/10/2011 19:34
Faux croire! horreur! Faut croire, bien sûr...

12.Posté par Penti le 16/10/2011 19:56
Tant de rage et de mensonges, je pense que derrière scubahorsclub et caton2 se cachent quelques frustrés qui n'osent régler leurs comptes eux-mêmes... En l'occurrence le bateau était amarré correctement, c'est l'amarre de la bouée (ce qu'on appelle la "queue de rat" c'est à dire le bout avec la petite bouée orange destinée à passer l'amarre du bateau) qui a rompu, la faute soit au mauvais entretien des bouées soit à pas de chance mais n'importe quel vrai plongeur dira honnêtement que ça aurait pu arriver à n'importe qui... Quant à rentrer à la nage du sec jaune (derrière la pointe) j'ai souvent plongé du bord de ce site et je peux vous dire que la sortie au niveau de la pompe n'est praticable que par mer lisse, si ce n'est le cas pour éviter de se fracesser contre les rochers mieux vaut appeler puis attendre les secours comme l'ont fait les 12 plongeurs. En tous cas bravo aux 2 moniteurs présents sur la plongée qui ont parfaitement géré la situation, tout le monde s'en sort avec des souvenirs à raconter...

13.Posté par scuba hors club le 16/10/2011 20:00
oui c'est rare mais regulier de croiser des requins à la pointe au sel. De la petite pointe noire au marteau de 4 metres c'est toujours une fete pour les plongeurs; Le jack pot c'est le banc de 20 ou 30 marteaux qui tapissent tout le plafond en plongée; Ca c'est pas donné à tout le monde et il faut passer un paquet d'heures sous l'eau pour mériter pareille récompense.

En chasse sous marine je n'ai croisé qu'une seule fois un bouledogue dans 3 metres à la grande ravine . Il a couru tellement vite que mon équipier n'a pas eut la chance de le voir. tant pis pour lui.

Meme en plongée de nuit j'en ai jamais croisé à Petite Ile alors qu'autrefois la presse ecrite racontait à une certaine epoque que c'etait "un lieu de reproduction" lol.

En fait le seul endroit de la Reunion ou on a 1 chance sur 2 d'apercevoir une ombre furtive de requin ou d'un groupe de barracuda, est situé sur un tombant à environ 1km d'un spot de surf ... ou il n'ont jamais été observés. On va eviter de dire ou ca se trouve pour eviter les arrêtés préfectoraux et les pleureuses. Les barracudas sont plus techniques a négocier car ils sont sont comme les caniards: ils s'arrangent toujours pour être derrière.

Pour amarrer un canot avec de la chaine, il est indispensable de faire un raccourci avec qq mètres de bout pour amortir les à coup sinon, c'est au moins la bouée qui gagne le choc et au pire les taquets du canot.

14.Posté par Caton2 le 16/10/2011 21:22
11. "En l'occurrence le bateau était amarré correctement." Ben non puisqu'il est parti à la dérive! À moins que pour vous, amarrer correctement c'est tourner un bout qui traine dans l'eau au taquet d'amarrage de votre bateau? La moindre des précautions, c'est de vérifier que le bout d'amarrage de la bouée est en bon état. Personnellement, je ne me fie pas à d'autres haussières que les miennes.
Mais c'est vrai que dans ce cas, s'il y a un pépin, on ne peut pas mettre la responsabilité sur les autres, ou sur pas de chance. Vous êtes peut-être un plongeur (imprudent), mais pas un marin.

15.Posté par scuba hors club le 16/10/2011 21:39
11.Posté par Penti
la faute soit au mauvais entretien des bouées soit à pas de chance


C'est a ce genre de comemntaire qu'on fait la difference entre "plaisancier" et "proprietaire d'un navire". Le "sens marin" c'est, en mer, le bon sens de tout verifier et de ne jamais s'en remettre à "on". Pour ca il n'y a pas besoin de faire l'ecole d'apprentissage maritime ou s'appeler Tabarly. C'est juste de la rigueur. Le minimum est:

- d'abord de connaitre son bateau (une coque alu qui a de la prise au vent ca tire et se tape à l'arret. Avec le clapot un bout peut tres facilement sortir du chaumard; Sur de l'alu on verifie régulièrement l'usure car l'electrolyse ne previent pas etc...)


- ensuite de verifier le mouillage EN ENTIER y compris jusqu'au corps mort, surtout si ca n'est pas le sien.
- Sauf si on reste à bord et qu'on a de l'eau a courrir, ne jamais s'amarrer sur un bout qu'on connait pas.


Cette histoire de queue de rat fait penser aux mains courante que les moniteurs de canyon laissent a poste fixe par ci et par là: il faudra vraiment etre con pour aller s'y vacher sans verifier l'usure de la corde et sans se demander si c'est normal de faire un noeud directement sur une plaquette... trop facile apres de porter plainte contre le prefet qui n'a pas pris d'arreté d'interdiction de tout.

16.Posté par scuba hors club le 17/10/2011 05:58
zinfos n' a pas daigné publier ma video sur les requins tigres qui se font apprivoiser?

(Réponse de Pierrot Dupuy : Je n'ai pas trouvé trace de ton précédent post. Es-tu sûr de l'avoir bien posté?)

17.Posté par POINGT le 18/10/2011 11:12
Pour le bateau, il y a incontestablement une faute...Mème s'il n'y a pas d'obligation de laisser quelqu'un à bord, pour 12 plongeurs à l'eau ça fait short quand mème.
Après est-ce que la défaillance de la bouée pouvait ètre prévisible, ça je ne sais pas...Et qui est responsable de ce corps mort ? S'il y a une obligation préfectorale de s'amarrer dessus pour ne pas abimer les fonds, il y aussi une obligation d'entretien de la part de l'administration...Et pour quelle taille de bateau est-il prévu, ça on ne sait pas non plus ?

Par contre, la demande d'assistance (je ne connais pas les lieux) me semble tout à fait justifiée s'il y a le moindre risque de se fracasser sur les rochers, en Bretagne, il y a eu plusieurs morts comme ça.

7.Posté par scuba hors club
et le pire c'est que ce sont ces bougs là qui vont donner leur avis dans les reunions avec la prefecture, squatter les places aux pontons et squatter les places de stationnement aux mises à l'eau...

Un professionnel a des clients, des horaires à respecter et il paie des charges...Il est donc normal qu'il ait quelques menus avantages par rapport à celui qui vient juste faire sa plongée entre copains. Maintenant, je ne connais pas votre contexte mais ya peut-ètre moyen de trouver un "modus vivendi" intelligent, non ??

18.Posté par scuba hors club le 20/10/2011 11:01
17.Posté par POINGT

Un professionnel a des clients, des horaires à respecter et il paie des charges...Il est donc normal qu'il ait quelques menus avantages par rapport à celui qui vient juste faire sa plongée entre copains.


totale connerie !!!!! puisqu'on parle du domaine public maritime; Avec ce genre de delire ca reviendrait a dire que le professionnel aurait plus de droit sur la route au pretexte qu'il aurait des horaires a respecter?

c'est bien ce genre d'abus qui reveille la guerre des amarres coupées et des survies percutées

19.Posté par Caton2 le 20/10/2011 11:26
17."qui est responsable de ce corps mort ? S'il y a une obligation préfectorale de s'amarrer dessus pour ne pas abimer les fonds, il y aussi une obligation d'entretien de la part de l'administration."
Que je sache la bouée est toujours amarrée au corps mort. S'il y a un bout qui traine dans l'eau pour faciliter l'amarrage, il est du devoir du skipper, ou du moniteur responsable, de s'assurer qu'il est en bon état. Personnellement je préfère utiliser mes propres haussières, c'est plus sûr... En mer, la confiance dans des équipement fixes doit toujours être relative. D'ailleurs, si le moniteur de plongée avait été responsable, sachant qu'il laissait son bateau sans personne à bord, il aurait du inspecter le mouillage, y compris la chaine jusqu'au corps mort... Ne faire confiance qu'à soi même, telle est la règle.

20.Posté par pere Plexe le 20/10/2011 12:40
le proprio de cte barcasse est un charlot de 1ere !
il passe plus de temps a la rondavelle q cz lui et sur son bato

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales