Santé

Plus de 200 participants au 2ème congrès francophone de médecine générale de l'Océan Indien

Pendant deux jours, professionnels de santé de La Réunion, de l'île Maurice, de Madagascar et des Seychelles sont rassemblés à Saint-Gilles pour échanger sur de nombreuses thématiques comme l'uberisation de la santé, la recherche en soins primaires ou les maladies infectieuses.


La cérémonie d'ouverture s'est déroulée ce vendredi matin, à Saint-Gilles-les-Bains
La cérémonie d'ouverture s'est déroulée ce vendredi matin, à Saint-Gilles-les-Bains
Plus de 200 participants étaient réunis ce vendredi pour le 2ème congrès francophone de médecine générale de l’Océan Indien, qui se tient à la Saint-Gilles-les-Bains. Un rendez-vous de deux jours organisé à l’initiative du CGEOI (collège des enseignants généralistes de l’Océan Indien).
 
"Ce congrès permet de rassembler les professionnels, médecins généralistes mais aussi autres intervenants, de La Réunion, des Seychelles, de Madagascar et de l'île Maurice", indique le docteur Patrick Blanc, secrétaire général du CGEOI. "Les principales thématiques abordées sont l’'uberisation' de la santé, la recherche en soins primaires, les grandes problématiques de santé comme le diabète, le chikungunya, la dengue, le zika, ou encore les modes d’organisation des maisons de santé".

"Un congrès totalement indépendant vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques"

La vaccination, la problématique "alcool, zamal", celle des violences faites aux femmes ou encore de la fin de vie font aussi partie de la longue liste des thèmes au programme. L'événement est aussi l'occasion de recruter des maîtres de stage des universités pour prendre sous leurs coupes étudiants en médecine internes et externes. 
 
Gros atout de ce congrès, selon les organisateurs : son indépendance. "Nous ne recevons pas de financement des laboratoires pharmaceutiques", tient en effet à préciser Patrick Blanc, pour qui "c’est le gage qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts". "Les fonds proviennent exclusivement du secteur public (ARS, CHU, UFR Santé...)", précise le professionnel de santé.
 
Entre ateliers et commissions orales, le congrès vise avant tout à promouvoir l’échange entre les professionnels des différentes îles de l’Océan Indien. Un objectif qui a séduit Elisette Rakotondrazanany, médecin à Madagascar. "Ça permet de partager nos expériences et de découvrir ce qui se fait ailleurs", explique celle qui exerce quotidiennement dans un milieu rural éloigné des grandes structures de soins.
 
Le prochain d'ici deux ou trois ans

Au total, le congrès compte une cinquantaine d’intervenants locaux, une quinzaine des îles de l’Océan Indien et même une trentaine venus spécialement de métropole, à l’instar du professeur Vincent Renard, président du CNEG (Collège national des enseignants généralistes). Une cinquantaine d’étudiants internes participent également à l'événement.
 
Alors que le premier congrès s’était tenu en 2013 sur notre île, le prochain devrait avoir lieu d’ici deux ou trois ans, à la Réunion également. 


Vendredi 22 Avril 2016 - 14:35
marine.abat@zinfos974.com
Lu 1602 fois




1.Posté par nitrate le 22/04/2016 14:06
Mdr !!! Et ils boivent de l'eau EDENA plein de nitrate !! Vive la santé

2.Posté par kld le 22/04/2016 17:21
heu .............. vive le progrès scientifique !

3.Posté par Question bête le 22/04/2016 19:26 (depuis mobile)
Fouassin était il présent?

4.Posté par Thierry DREVON le 23/04/2016 12:12
Faisons les comptes: 50 intervenants de La réunion + 15 de l'OI + 30 de Métropole + 50 internes = 145 donc il y avait 55 auditeurs médecins ou autres ....

5.Posté par Haingo RAZAFIMANJATO le 26/04/2016 15:35 (depuis mobile)
whaoooh !!! Esperons une continuité de reunion des MGOI.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales