Plus de 1.500 tonnes de pesticides déversés sur les cultures péi par an


Le jour même où Nicolas Sarkozy affirmait dans ses vœux au monde rural son "attachement à une agriculture durable, respectueuse de son environnement et qui ne met pas en danger la santé des paysans", l’association Générations Futures annonçait la mort de Yannick Chenet, un agriculteur de 37 ans, atteint d'une leucémie du fait d'expositions répétées à des produits toxiques. Son mal avait, quelques temps auparavant, été reconnu comme maladie professionnelle. Santé des paysans, et par voie de conséquence santé de l'ensemble des consommateurs, sont devenus un enjeu pour l'agriculture. Qu'en est-il à la Réunion?



Les agriculteurs sont amenés à utiliser des produits chimiques dans l’exercice de leur profession, notamment les produits de traitement des plantes, ou les produits de désinfection des bâtiments d’élevage (voir article précédent, propos d'Europe-Ecologie-Les Verts). La Réunion est loin d'être un bon élève en la matière, les conditions climatiques provoquant l'utilisation massive de produits pour "booster" le rendement.

Dénoncer les méthodes actuelles est très rare car on ébranle un système où chacun porte une part de responsabilité, d'autant qu'il est difficile d'en montrer précisément l'impact sur l'homme ou l'animal tant les produits sont variés, en nombre et en effets. "A la Réunion on utilise 1.500 tonnes de produits par an. Les cultures locales sont enclins à mettre beaucoup d'intrants (peu d'autochtones, culture qui se développe mal)", rappelle-t-on du côté de l'Armse (Association réunionnaise médicale santé-environnement).

La chlordécone en Guadeloupe et Martinique

De plus en plus, un travail de prévention est mis en place. Il y a quelques semaines, le gouvernement a décidé d'adopter un "nouveau plan d'action 2011-2013" afin de lutter contre la chlordécone, un pesticide qui sévit en Guadeloupe et en Martinique. Ce produit toxique aujourd'hui classé comme cancérigène, a été utilisé pendant près de 20 ans dans les bananeraies de ces deux départements d'Outre-mer. Selon un récent bulletin épidémiologique, son utilisation a conduit à des "pollutions graves des sols, avec des conséquences en profondeur". Des traces de chlordécone ont ainsi été retrouvées dans les légumes : choux, patates douces, ignames… Certaines viandes et produits laitiers ont également été contaminés.

Au niveau local, des prélèvements effectués dans les nappes phréatiques montrent la présente élevée de pesticides, notamment de diuron, d'atrazine, et de métolachlore, des produits interdits en France depuis plusieurs années. 12,5% des captages en eau sont fermés à la Réunion du fait d'un taux de pesticides trop important (chiffres de 2008 issus d'une étude de qualité de l'eau consommée, par l'ARS). "Une pollution émergente qui commence à gêner" car les résidus de pesticides sur les fruits et légumes provoquent, par exemple, une baisse de la fertilité, souligne un membre de l'Armse.

Fin 2010, l'Armse a demandé un bilan de toutes les eaux réunionnaises : eau agricole, effluents des stations d'épuration, eau consommée. "Quel bilan des pesticides à la Réunion? Où sont-ils? Dans quelles proportion? On demande que des eaux soient réservées à l'agriculture biologique autour des captages. A la Réunion, l'eau de boisson est fragile, il faut qu'on ait des captages très protégés", souhaite l'Armse.

Pression sur les agriculteurs

Sur le terrain, les professionnels de la terre sont peu nombreux à utiliser des moyens de protection au moment de répandre ces produits sur leurs champs. Josette Brosse, présidente de l'association de lutte contre le chikungunya, aujourd'hui élargie à d'autres combats, rappelle qu'il est "inconcevable qu'un homme meurt parce qu'il a travaillé la terre". La présidente réfléchit pour consacrer un volet à cette problématique : "Nous devons, en urgence, aider nos agriculteurs, les éduquer et les protéger. Ce sont eux qui nous nourrissent. A force de vouloir toujours plus, des fruits et légumes à n'importe quelle saison, nous forçons les agriculteurs à succomber à des produits chimiques, sans laisser jamais reposer leurs terres", dénonce Josette Brosse qui envisage sur Saint-Louis d'aller, avec son équipe, à la rencontre des agriculteurs afin de les interroger sur leurs pratiques.

"Nous sommes solidaires des agriculteurs, ils sont les premières victimes et en même temps ils sont coincés dans un système de concurrence qui les rendent dépendants, avec peu de possibilité de faire autrement s'ils veulent s'en sortir financièrement", conclut un représentant de l'Armse. Une autre agriculture est-elle possible? Un travail de prévention et de formation est réalisé sur les jeunes agriculteurs plus sensibilisés que leur aînés sur toutes ces questions environnementales, mais confrontés à d'autres problèmes liés à leur statut (voir la vidéo).

Lundi 4 Avril 2011 - 13:07
Melanie Roddier
Notez

Lu 2467 fois, cliquez sur une des icônes ci-dessous pour partager cet article avec votre communauté



1.Posté par timagnola le 04/04/2011 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'en pense M. Minatchy. Il est urgent de demander une aide pour se dispenser d'aide phytosanitaire à l'aide à la plantation des cultures aidées par l'impôt du contribuable ! OTE LA REUNION !

2.Posté par Boyer le 04/04/2011 15:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la responsabilté des media et des administrations est aujourd'hui flagrante: tout le monde a soigneusement evité d'en parler pendant la campagne des cantonnales. Aujourd'hui ca cause DANS LE VIDE pour se donner bonne conscience.

Le JIR, le Quotiden, les TV ont enfilé des perles pour pas faire de vague et personne n'a rendu de compte sur la politique du departement.



3.Posté par faut reconnaitre le 04/04/2011 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
toujours le même problème pourquoi faire pousser de la canne pour avoir des piles plates à pas cher ??


des cultures qui nous nourrissent et vite plutôt que cette canne hyper subventionnée à la plantation , la culture et à la bagasse !!


Minatchy bougez vous !!!




4.Posté par ki kose le 04/04/2011 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois bon de vous apporter les faits suivants : en 1983, il y a eu sur le marché de St Pierre ( à l'époque près de la gare routière) une enquête de la la DRASS qui avait établi que la majorité des fruits et légumes vendu sur ce marché avaient des taux de pesticides aberrants. Cela avait fait grand bruit puis silence radio, plus de communication et peut être même plus de prélèvement. Le taux de pesticide était vraiment affolant et non seulement les agriculteurs mettaient des doses massives et au pif d'insecticide, mais ils traitaient les champs sans aucune précaution. Une association appelé alors MAÏS avait entamé un travail de sensibilisation auprès des agriculteurs. Il me souvient que la DRASS avait alors stoppée toute communication et depuis silence complet sur les prélèvements et enquêtes faites chez les agriculteurs. Même Monsieur Minatchy convient dans la presse qu'il y a abus d'utilisation de pesticide. Cela est catastrophique pour notre santé mais aussi pour les nappes phréatiques. Dans cette affaire nous avons des agriculteurs qui vendent des produits nocifs avec la complicité des élus, des administrations et chambre d'agriculture. Résultat : nous avons des gens d'ici qui nous veulent du bien : pollution des eaux, fruits et légumes avec des taux de pesticides qui dépassent la raison. mais la cerise sur le gâteau, certains agriculteurs auraient pour leur consommation personnelle des parcelles cultivés avec moins de pesticide. Il serait intéressant que Mr MINATCHY donne des chiffres sur les prélèvements fait auprès des agriculteurs ou maraîchers. Il est fort possible que fort de ces connaissances il n'en a jamais fait, trop risqué. Pareil pour les désherbants utilisé à tire larigot par les planteurs de canne, de pommes de terre..... Ne parlons pas des éleveurs de porcs qui nous arrose de nitrate les eaux de sources.... BRAVO, peut être que la DRASS, la DAF, la chambre d'agriculture vont faire une campagne de transparence. Chiche !

5.Posté par noe974 le 04/04/2011 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne savais pas qu'on utilisait autant de poisons en agriculture chez nous ...pourtant les choux et salades achetés dans les gr surfaces sont remplis de trous (insectes-chenilles , escargots , limaces ..) à croire que ces bestioles résistent aux traitements !!!!

6.Posté par Lois le 04/04/2011 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ya pas que les pesticides.
Vous avez vu la grosseur des tomates, concombres, chouxchoux, bredes, salades...
Il ya trop d'engrais!!!
La preuve dans le frigidaire 2 jours plus tard c'est plus bon.
Il ya plus de gout, c'est pas sain.
Les agriculteurs ne pensent qu'aux sous, à jouer avec nos vies.
Manger 5 fruitst légumes qui disait.

7.Posté par mili-terre.com le 06/04/2011 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour votre santé et pour information complémentaire sur le sujet jetez un oeil http://mili-terre.com/article/28/530/reunion-eau-secours.htm

Nouveau commentaire :
Twitter

Recevoir le journal de Zinfos

Zinfos locales

Actu Ile de La Réunion

L'IRD défend son programme CHARC

1 Commentaire - 24/04/2014

Y a-t-il une "fixette" faite sur Didier Robert et les Seychelles?

18 Commentaires - 24/04/2014

Test du FX1 : Un stylo original pour dessiner en 3D

1 Commentaire - 24/04/2014

L'impact de la culture porno sur les jeunes Français : Complexe du petit pénis et épilation intégrale

5 Commentaires - 24/04/2014

Saint-Louis : Jessica, arnaqueuse pitoyable, en prend pour 18 mois

1 Commentaire - 24/04/2014

Manuel Valls annonce une "mesure forte" à l'attention des petites retraites

2 Commentaires - 24/04/2014

Rohff mis en examen pour violences volontaires en réunion avec préméditation

4 Commentaires - 24/04/2014

Vanessa Miranville ouvre le bureau du maire à la population

15 Commentaires - 24/04/2014

Ukraine : Cinq insurgés tués dans des violences à Slaviansk

1 Commentaire - 24/04/2014

La CCIR organise une "journée de la réconciliation" entre les banques et les entreprises

8 Commentaires - 24/04/2014