Economie

Pierre Gattaz, président du Medef, voit des opportunités pour La Réunion

À l’occasion de son déplacement sur l’île, Pierre Gattaz, Président du MEDEF (Mouvement de Entreprises de France) présente sa vision du monde de l’entreprenariat à la Réunion et les solutions d’avenir qu’il envisage pour notre territoire, aux côtés de Yann de Prince du MEDEF Réunion.


Pierre Gattaz, président du Medef, voit des opportunités pour La Réunion
Après une première rencontre avec des chefs d’entreprise réunionnais lors d’un échange thématique sur l’énergie et l’export, Pierre Gattaz s’est adressé  à la presse cet après-midi.

Yann de Prince s’est exprimé tout d’abord sur le contexte de cette visite, en décrivant la Réunion comme "une opportunité pour la France". Le représentant du MEDEF Réunion est clair dans ses propos. Pour lui il faut adapter les cadres aux projets des entreprises. Non pas en cassant ce que la Réunion a pu construire mais en construisant un cadre plus adapté à la compétition mondiale. "Il faut que les entreprises aient les conditions pour s’adapter", souligne Yann de Prince.

Les freins : la fiscalité et une gestion du travail trop rigide

Point particulier de ce constat : la fiscalité des entreprises, les mesures liées au social en rapport avec un fort taux de chômage et provoquant l’exclusion du marché du travail. "Il faut des opportunités pour intégrer les gens dans les entreprises", explique le président du MEDEF local.

Pierre Gattaz continue sur la même lancée. Il dresse tout d’abord le bilan et soulève les difficultés auxquelles doivent faire face la France. "En premier point, la France a des atouts considérables, avec des filières d’excellence. Mais elle se comporte un peu comme un surdoué au fond de la classe en ne mettant pas à profit ces atouts. Pourtant nous avons à faire à une chance inouïe. La mutation des acteurs, de l’économie, des marchés à prendre : tout cela constitue autant de défis à relever".

Pour le président du MEDEF, il y a deux grands défis à relever qui se résument ainsi : "Il y a le monde à équiper, et le futur est à construire. Il faut juste que l’on se réveille car le monde nous attend". Pour lui, la Réunion est une chance pour la France, qui a su conserver des "bouts de France partout dans le monde". Il voit l’Afrique et ses défis à relever comme une opportunité : équipements, infrastructures, transports, eau, énergie, pour autant de défis à relever.

"Nous devons construire les 30 audacieuses"

"Le Made in France est très porteur" , ajoute Pierre Gattaz. Et la Réunion a un rôle primordial à jouer vu son placement géographique entre l’Afrique et l’Inde.

Seuls frein au développement, et sur ce point le Président du MEDEF et son homologue local s’accordent aussi : la fiscalité et une gestion du travail trop rigide. "Il faut que nous construisions les 30 audacieuses", affirme Pierre Gattaz. Solution proposée : la baisse des dépenses publiques afin d’augmenter la compétitivité de la fiscalité et le déblocage de l’embauche en assouplissant la réglementation du travail.
Lundi 9 Novembre 2015 - 17:10
Laurence Gilibert
Lu 1459 fois




1.Posté par GIRONDIN le 09/11/2015 16:42 (depuis mobile)
Bonne nouvelle
Mr est venu étendre à la Réunion les conventions collectives nationales.
Merci Mr

2.Posté par SEVERIN le 09/11/2015 16:53
La première audacieuse,c sur le made in France,très porteur avec la boule de cristal.La preuve,il est arrivé sains et sauf sur l'île,avec ses conneries comme bagage.
La deuxième audacieuse,c de l'emmener dans un zodiac au large de notre océan,le foutre a l'eau pour nourrir nos requins.
C sur avec les 28 autres audacieuses,on entendrait plus parler de se malade mental sur patte,si nos requins en font leur fiesta.In yab des Yvelines

3.Posté par C clair le 09/11/2015 17:08 (depuis mobile)
Moi aussi j' en vois plein, la première arrêter de se plaindre, la 2 âme arrêtez escroquer légat, la 3 âme apprendre a lire et a ecrire

4.Posté par la vérité vraie... le 09/11/2015 18:11
En fait il veut, au choix :

1. faire revivre l'esclavage à La Réunion : travailler plus pour ne rien gagner "assouplissant la réglementation du travail"
2. le retour de l'engagisme en profitant de la situation géographique de La Réunion "entre l'Afrique et l'Inde"...

Je verrai plutôt les 30 solidaires pour sortir la France de la situation dans laquelle cette bande d'assistés surfriqués nous a plongé !
Il peut utiliser son billet en première classe pour repartir plus rapidement ? Si la réponse est oui, qu'il n'attende surtout pas : au revoir et bon débarras !

5.Posté par noe le 09/11/2015 18:29
A la réunion si on est malin , on peut se remplir plein les poches !

6.Posté par kld le 09/11/2015 19:03
ha , ha , hi , hi .......la précédente présidente du medef avait un discours cohérent .là c'est du libéralisme à tout va ......bof ( le mot est faible ........°)

7.Posté par rene le 09/11/2015 19:45
a poste 2 . pauvre requin!!!!!!!!!!!!!

8.Posté par kld le 09/11/2015 19:46
si la gooooche framçaise tourne en rond , la droite est égale à elle meme , comme d'hab .merci pour les congés payés , le smig, ............ ??????etc ............. l'histoire politico sociale framçaise montre que la droite "classique " n'a rien donné aux salariés sauf combat ............ bon, une vrai sociale démocratie en France ? c'est pas gagné ............

9.Posté par kld le 09/11/2015 20:25
certes Gattaz est plus "sympa" que la antoine de seillères (hi, hi , l'aristo à la framçaise......comme on les aime tant , atchoum) mais plus classique que MME Parisot ......que du classique quoi , moins de charges et patiti et patata ............. bof

10.Posté par Michel le 09/11/2015 20:37
Ce représentant du grand patronat nous parle de "coût du travail"... alors qu'avec les exonérations fiscales et de cotisations sociales patronales accordées par Sarkozy et Hollande, la rémunération globale des salariés n'a jamais été aussi basse !

C'est bien plutôt de coût du Capital dont il faudrait parler quand on aborde le problème de développement économique et social. La majorité de l'argent public part dans les poches du patronat et de la bourgeoisie en général au lieu d'être consacrée à répondre aux besoins essentiels de la population. Le dernier vote de l'Assemblée nationale pour la mission Outre-Mer du gouvernement vient de consacrer ce principe puisque sur 2 milliards d'euros votés, plus d'un milliard servira à compenser les caisses sociales du manque à gagner dû aux exonérations fiscales et sociales du patronat des DOM !

Quand Gattaz exige du gouvernement de baisser encore les dépenses publiques, il ne demande rien d'autre que moins d'argent soit consacré à la lutte contre l'illettrisme, à la construction de logements sociaux ou au développement d'un réseau efficace de transports en commun.

Quand il demande l' assouplissement des contrats de travail, il demande encore plus de liberté pour licencier, la possibilité de payer les salariés au gré à gré, c'est-à-dire, pourquoi pas les jeunes en-dessous du Smic, la non-application des conventions collectives nationales à la Réunion, etc.

Pouvoir exploiter les travailleurs comme ils l'entendent, voilà ce que Gattaz et les patrons qu'il représente appellent "l'île formidable", un territoire où ils pourront faire de formidables profits sans être gênés aux entournures par le Code du Travail. ils en bavent d'envie et tous les leaders politiques de droite, d'extrême-droite et de la gauche gouvernementale ne demandent qu'à les satisfaire !

11.Posté par L'Ardéchoise le 09/11/2015 20:43
Comique , le 3 !!!

12.Posté par kld le 09/11/2015 21:25
Mme Parisot , revenez .............lol !

13.Posté par EKOLO le 09/11/2015 23:40
@ michel (post 10) : parfaitement d'accord, et le dernier paragraphe est diabolique de réalisme.

J'ajoute que Gattaz a dit ceci aux entrepreneurs péyi : "Votre chance, c'est d'être entouré de pays à bas coûts".

http://decidonslareunion.com/2015/11/09/pierre-gattaz-a-la-reunion-votre-chance-cest-detre-entoures-de-pays-a-bas-cout/

Sous-entendu : "Faites votre activité là où la main d'oeuvre est moins chère, et tant pis pour le chômage à la Réunion".

La Droite mondialiste dans toute sa splendeur, en fin de compte.
Et après ils viennent bêler "Baissez les charges sociales patronales, et on embauchera" ...

Merci à Gattaz de dire tout haut ce que les grands patrons pensent tout bas.

14.Posté par Kaloupillé le 10/11/2015 00:51
Pierre GATTAZ.... encore un RIGOLO qu' est ce qu'il va inventer encore sur le dos des Réunionnais ?

15.Posté par réaliste le 10/11/2015 05:15
Rien de nouveau...!!! Ça tout le monde le sait... Reste à voir les modalités d'application qui ne feront jamais!!! Pffff

16.Posté par Jen le 10/11/2015 07:59
Yann De Prince, ce n'est pas lui qui a fait faire faillite à son entreprise, qui a mis plus de 130 salariés au chômage, qui s'est enrichi en devenant PDG de SFR et qui une fois la fortune assimilée et les salariés virés, c'est cassé sans un mot....si c'est lui...alors oui faisons confiance à Mr De Prince, oui c'est quand même lui le président du Medef à la Réunion..?.

17.Posté par Yves le 10/11/2015 09:26
b[vive la baronnie très 19eme
Merci Yan Le Prince pour cette séquence "cul serré et tasse de thé"]b

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales