Social

Pierre Cornille s'exprime sur le boycott des cartes SFR par les stations-services

Cinq mois après l'annonce d'un premier boycott conjoint de la part de la Fédaction et du syndicat des buralistes, c'est un nouvel épisode qui est survenu ce lundi. Gérard Lebon, le président du syndicat des gérants de stations-service de la Réunion, s'est rapproché du syndicat des buralistes et tabacs-presse de la Réunion, représenté par Pierre Cornille. Désormais, ce sont près de 150 stations-services qui boycottent la vente des cartes et coupons de recharge SFR en raison des marges appliquées sur ces ventes. Zinfos a interrogé Pierre Cornille sur ce nouvel épisode entre SFR et les tabacs-presse de la Réunion.


Pierre Cornille s'exprime sur le boycott des cartes SFR par les stations-services
Pierre Cornille, vous êtes le président du Syndicat des buralistes et tabacs-presse de la Réunion. Les syndicats des gérants de stations-service ont annoncé le boycott des cartes et coupons de recharge SFR. Quel est votre sentiment sur ce nouvel épisode qui oppose SFR et les buralistes ?

"Écoutez, sur ce ralliement des stations-service, on va dire que c'est un rapprochement naturel qui devait se faire à un moment ou un autre entre le syndicat des gérants de stations-service et le syndicat des buralistes et tabacs-presse. Ce conflit a donc provoqué ce rapprochement puisque l'on considère que, dans l'ensemble, les stations-services font, au delà de la vente de carburants, le même travail que les buralistes c'est-à-dire qu'ils vendent, comme nous, des cartes et coupons de recharge téléphonique ainsi que d'autres produits. C'est un appui d'importance puisque notre boycott, en date du 16 février dernier, avec plus de 100 points de vente commençait à s'essouffler. On ne demande pas la mendicité, on veut juste que les mêmes marges soient appliquées partout. Le rapport de force au bout de cinq mois n'était plus en notre faveur puisque l'on était redescendu à une trentaine de petits commerces dans cette opération de boycott. Il fallait donc trouver une solution nouvelle pour contrattaquer SFR."

Quelles est votre opinion et celle des buralistes concernant les grossistes qui ont visiblement une part de responsabilité sur la fixation de ces marges puisqu'ils sont chargés de distribuer ces cartes et coupons ?

"Je dirai que cette décision de diminuer les marges des petits commerçants dans un contexte de plus en plus difficile n'est pas acceptable. Ce n'était pas le moment, avec cette crise, de réduire ces marges. C'est une injustice qui est très mal vécue et c'est cette injustice qui a justement motivé les gérants des stations-services. Au départ, lorsque les coupons étaient à 8 à 9% de marge, on était là pour permettre la vente de ces produits. Mais aujourd'hui, c'est vraiment dévaloriser notre profession. Il faut donc crever l'abcès et pratiquer des tarifs uniques partout..."

Ce sont les clients de SFR qui s'avèrent être les premières victimes dans cette affaire. Qu'avez-vous à leur répondre ?

"Nous sommes désolé pour les clients de SFR mais c'est le seul moyen pour faire comprendre à SFR et aux grossistes qu'il devient nécessaire de se retrouver et de discuter autour d'un table afin de donner une bonne image à leur clients. Les clients doivent savoir ce qui se passe."
Mercredi 15 Juillet 2009 - 17:51
Ludovic Robert
Lu 2356 fois




1.Posté par Jean Pierre Chottin le 16/07/2009 11:43
Tout à fait d'accord avec les buralistes et les gérants de stations-service sur l'idée qu'il n'est pas très moral de pressurer les petits commerçants de détail surtout dans cette période de crise où l'équilibre des comptes est nécessaire pour survivre.
Celà d'autant plus que les opérateurs téléphoniques d'outre-mer sont régulièrement dénoncés pour leurs abus de position dominante entraînant des marges injustifiées.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales