Culture

[Photos/vidéo] Le Parc du Colosse vibre au son du Maloya

Dimanche 1 Octobre 2017 - 10:04

Le Parc du Colosse de Saint-André était en fête ce samedi soir, à l'occasion de l'anniversaire de l'inscription en 2009 du Maloya au patrimoine mondial de l'Unesco. Un grand kabar gratuit était organisé. Gramoun Sello, René Paul Eliaria et sa troupe, Simangavole, le groupe Votia, Lorizyne, Kouler mon nasyon, Tambouriers associant Manga, Zenet’t Panon et spectacle de moringue de l'association ODAS étaient au programme. Malgré la légère pluie, l'ambiance était au rendez-vous. Retour en images avec Karoline Chérie.







[Photos/vidéo] Le Parc du Colosse vibre au son du Maloya



[Photos/vidéo] Le Parc du Colosse vibre au son du Maloya







[Photos/vidéo] Le Parc du Colosse vibre au son du Maloya



Zinfos974
Lu 2683 fois



1.Posté par Monique depite le 01/10/2017 13:06 (depuis mobile)

Mr virapoulle etait a l epoque un farouche opposant au maloya...bon il a changer tan mieux

2.Posté par li le 01/10/2017 18:36

Il était temps qu on y fasse autre chose que du culte à sens unique ...

3.Posté par TICOQ le 01/10/2017 20:24

J'espère que ça n'a pas trop vibré, vu l'état pitoyable des installations payées à prix d'or par les con-tribuables saint-andréens..... le maire va-t-il bientôt prendre un arrête de péril imminent ?
En attendant, donnez-leur du pain, de la "musique" et des jeux, et ils seront heureux !

4.Posté par Saint André le 01/10/2017 21:03

Et quand ce sera le Dipavali, vous allez voir tous les malokis sur le forum en train de râler...

5.Posté par républiquebananière le 01/10/2017 21:26

Post 1, JPV ne compte plus maintenant c est JMV pour Saint André et afin de mettre la lumière dans cette ville.

6.Posté par Saint André le 01/10/2017 21:43

D'un côté, les Cafres qui touchent le rsa, boivent le rhum et danse le maloya, de l'autre côté les Zoreys qui touchent la surrémunération, boivent au bistro et revendiquent le mer, le soleil et les cocotiers...

Bienvenus à La Réunion des castes !

7.Posté par Pollen le 02/10/2017 11:35

@6-Saint André

quel discours honteux !
déjà l'alcoolisme n'a pas de couleur ni d'appartenance cultuelle ou culturelle
ensuite, tous les zoreys ne sont pas des gros zozos
et enfin, monter les gens les uns contre les autres avec de tels arguments déplorables devrait être puni par la loi, même lorsqu'il s'agit d'une publication Internet

8.Posté par Réunionnaise le 02/10/2017 13:08 (depuis mobile)

@7 Même au sujet d'un post sur internet on peut déposer plainte pour incitation à la haine raciale. La cellule informatique de la Gendarmerie récupère l'IP de la personne ou plutôt de sa connection.

9.Posté par DOSITE le 02/10/2017 13:31

Poste 6 il n'y a pas que les Cafres qui touchent le RSA et boivent du rhum.
Cafrine que je suis et fière de l'être t'emmerde et te dit dit de venir discuter et je verrai si votre capacité à parler le français.

Vous êtes raciste et vous vous "sous-couvrez" par le surnom de Saint-André. Mettez votre véritable identité et nous en parlerons ensuite.
Aujourd'hui le maloya est à toute la Réunion, n'en déplaise à certains récalcitrants.
Désolée de voir une telle chose de nos jours.

Poste3 Ticoq, ce temps est révolu!! Ne nous méprisez pas autant vous ne savez pas ce qui pourrait vous arriver dans l'heure qui suit. St-André n'est pas une ville à particularité "malbar" telle qu'on nous a toujours laissé entendre. Il y vit toutes les communautés existantes à la Réunion, alors pourquoi pas la maloya. Justement, tout le monde se l'est approprié, qu'est ce que vous venez nous faite c... avec vos conneries à deux balles??? Ou vous êtes noir comme un cul de marmite ou vous êtes un Yab qui a perdu sa bande!!
Permettez moi je vous prie d'être un peu vulgaire.

10.Posté par Saint André le 02/10/2017 14:07

@ post 7 :

Vous délirez ?!? Quel pouvoir je dispose pour monter les gens les uns contre les autres ? C'est me donner une importance que je n'ai pas.
Je ne fais que décrire l'actualité à travers les médias avec mes mots qui peut-être vous dérangent.. Sans plus. Comme lorsqu'on est entre amis ou famille, avec un langage familier. Je n'ai aucun intérêt et aucune envie à ce que les gens se chamaillent à cause de moi
Après, si à cause de mon petit post perdu dans un forum des gens se mettent à se taper sur la gueule, c'est que j'ai un pouvoir caché que je ne savais pas...

11.Posté par Saint André le 02/10/2017 14:54

Les grands défenseurs du maloya ont interdit un centre hospitalier de dénommer son unité psychiatrique qui soigne des gens "Maloya", mais ne disent rien quand un un grand groupe industriel nomme un rhum "Maloya"

Alé marsé don, avec zot maloya na pi la mode !

Le maloya est peut-être toute la Réunion, mais toute la réunion n'est pas le maloya

Je n'écoute jamais cette musique rétrograde et beaucoup de Réunionnais sont comme moi.

Gardez la pour vous !

12.Posté par Saint André le 02/10/2017 15:56

@ post 8 :

N'oubliez pas de déposer plainte aussi contre Macron pour incitation à la haine raciale qui avait a dit que les bretons sont des illettrés alcooliques et que le kwassa kwassa sert à transporter du Mahorais ?

13.Posté par Régine Delarue le 03/10/2017 15:13

Voilà ce que provoque une victoire, l’inscription du maloya au patrimoine mondial de l’humanité, une musique qui n’appartient qu’à la Réunion, une histoire enfin digne d’être partagée et nous nous bataille « pou la peau patate ».
Le terme « maloya » a plusieurs significations. Au Mozambique, maloya signifie : incantation, sorcellerie ; au Zimbabwe : grand sorcier ; en Bambara : honte, et à Madagascar "Maloy Aho" veut dire : "parler, dégoiser, dire ce que l'on a à dire". Dans de nombreux dialectes africains, il signifierait "peine, douleur, mal-être".
Nous voilà dans notre quotidien, dans notre malheureux chômage, le nouveau système après l’esclavage, l’engagisme, le colonialisme pour nous « occuper » ? Très juste la remarque sur la « marque Maloya » pour une unité psychiatrique, pour un rhum ! Gardons le cap sans nous détourner. Car pendant que nous dégoisons sans faire notre travail d’enfants bâtards, qu’on soit du côté noir ou blanc du maloya, avancent à grands pas les mêmes puissants, les mêmes manipulateurs. Nous sommes dans le même bateau, arrivés non pas par Américan Airlines mais sur des négriers enchainés au sort qu’on avait déterminé pour nous. Et voilà qu’on se rend compte qu’on n’est pas des animaux, des singes… Que nous avons une identité qui ne sera jamais tout blanc tout noir et qui nous permet de faire autrement. La connaissance issue des épreuves traversées ne mendie plus la valorisation mais permet l’action pour prendre en main notre destin : un peuple, un savoir vivre, une clé pour la paix et pourquoi pas un outil, le maloya. Avancent ces mêmes puissants… Ils occupent, ai-je entendu dire, selon une étude d’un prof d’université 70% des postes les plus importants.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter