Politique

Petite-Ile au bord du précipice, selon son maire

"Tous les voyants sont au rouge. Je n’ai plus de marge de manœuvre". Serge Hoareau prépare les esprits aux conséquences d’une défaillance de l’Etat et de la Civis.


Serge Hoareau a évoqué le cas "d'une ville du sud" (St-Louis, ndlr) dont Petite-Ile pourrait prendre le chemin
Serge Hoareau a évoqué le cas "d'une ville du sud" (St-Louis, ndlr) dont Petite-Ile pourrait prendre le chemin
"Il faut sauver le soldat Petite-Ile". La formule imagée de Serge Hoareau résume le casse-tête auquel se retrouve confronté le maire de la commune rurale du sud. Tous les scénarios envisagés ramènent inexorablement la commune à opérer une cure drastique dans les mois à venir. Quitte à "déclarer l’année 2016 comme étant une année blanche, sans manifestation ni investissement", en vient même à envisager le maire.
 
Il y a un mois, Serge Hoareau a appris de la Civis que 720.000 euros allaient manquer à l’appel lors du vote de la prochaine dotation de solidarité communale (DSC). Une amputation sévère couplée à la baisse des dotations de l’Etat (280.000 euros) qui envoie la commune dans le mur, comme tant d’autres sur le territoire national.
 
"Sans la DSC, on ne passe pas !"

"Les comptes de la commune flirtaient déjà avec la zone rouge depuis des années". Mais "l’effet ciseau" a lieu dès cet exercice 2015 pour ne faire que s’amplifier à l’horizon 2017. Le différentiel recettes/dépenses de fonctionnement explose avec la défaillance des partenaires financiers. "Sans la DSC, on ne passe pas !", prévient-il.
 
Après une embellie anecdotique de +14.000 euros d’épargne nette en 2014, "une goutte d’eau dans un verre vide", Petite-Ile s’apprête à décrocher lors de cet exercice en cours de l’ordre de -420.000 euros. Si les projections pessimistes se confirment, ce différentiel s’aggravera encore en 2016 et 2017 (1,7 million d’euros à chaque exercice budgétaire).  
 
"Nous ne parlons là que des décisions réglementaires prises" (Etat/Civis, ndlr), poursuit Serge Hoareau. Son prédécesseur endosse aussi une part de responsabilité, indique le maire et conseiller départemental. "Ces choix (de 2010,11,12), nous sommes en train de les payer cash". Serge Hoareau pointe du doigt notamment l’embauche de 33 CDD qu’il "compte ne pas renouveler" lorsque leur terme arrivera. Une économie non négligeable lorsque l’on a en tête l’une des lignes budgétaires de la commune : les 15 millions des dépenses réelles de fonctionnement sont constitués de pas moins de 10,5 millions rien qu’en charges de personnel.

"Aujourd’hui je ne sais plus comment faire"
 
Après le constat, les perspectives. Serge Hoareau est clair : hormis les CDD évoqués plus haut, "il sera difficile de toucher au personnel" dont l’évolution de carrière est telle qu’elle est, c’est-à-dire intouchable statutairement.
 
A la rentrée scolaire 2015, chaque repas consommé sera facturé 1,60 € au lieu d’1,30 €. L’école de musique verra ses tarifs passer de 240 euros à 550 euros annuels. Voilà pour les décisions déjà engagées.
 
D’autres pistes sont envisagées. Toutes douloureuses pour le contribuable à commencer par le premier levier, celui des trois taxes historiques. Le retour à l’équilibre passera aussi par la réduction des subventions versées aux associations, le non renouvellement des départs à la retraite, la révision du mode de gestion (en régie ou en DSP) de certaines prestations, voire la suppression de services facultatifs.

"Si nous étions une entreprise privée, nous serions mis en liquidation"

La rentrée supplémentaire de recettes pourrait s'articuler autour de l’augmentation des tarifs des services à la population, la revalorisation de l’occupation du domaine public ou encore la chasse aux fraudeurs (lire par ailleurs – article à venir). Mais l’apport de recettes nouvelles est à envisager avec prudence. Un exemple : rien n’empêche des parents de désinscrire leur marmaille de l’école de musique avec sa nouvelle grille tarifaire à la hausse.
 
Cette annonce en période de trêve a pour but d’alerter les partenaires de la commune. "Si nous étions une entreprise privée, nous serions mis en liquidation", sensibilise le maire qui dit ne pas entendre d’autres communes élever la voix. Seul le Département a parlé du non transfert financier mais "quelle action derrière ?" demande le maire. "Moi aujourd’hui je ne sais plus comment faire. Je tiens à alerter l’opinion publique."
 
Serge Hoareau assure avoir adressé au président de la Civis un courrier dans lequel il demande à l’intercommunalité à ce que la baisse de la DSC soit lissée dans le temps. Toutes les communes membres sont touchées mais à des degrés divers. "Cilaos pleure, les Avirons pleure aussi, l’Etang-Salé peut absorber le choc, Saint-Pierre aussi".
 
Ce jeudi après-midi, le maire rencontre son personnel communal pour tenir le même discours et préparer là aussi au discours de rigueur.
Jeudi 16 Juillet 2015 - 15:25
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 4089 fois




1.Posté par noe le 16/07/2015 17:00
Les communes emploient trop de personnel qui glandouillent en longueur de journée ....
Plus de moyens d'investir ... on ne fait que payer les salaires !

2.Posté par Pas le 16/07/2015 17:33 (depuis mobile)
Et si ce monsieur s''activait sur son PLU, il y aurait un peu plus de construction.
Beaucoup de propriétaire attendent ça.

3.Posté par domino le 16/07/2015 17:43
Arrêtez de gesticuler, vous soutenez tous, la politique imposée par l'Europe, la solution vous l'avez . Ayez du courage politique, dîtes NON à l'Europe.

4.Posté par maçonnerie le 16/07/2015 17:53
faut démissionner..ou mettre en place un plan de licenciement..courage !

5.Posté par Goute le bouton ! le 16/07/2015 18:41
1000 communes en faillites en 2015, la moitié d'ici 2017 selon un rapport du Sénat.


Il faudra bien payer les conséquences de la chasse à l'entrepreneur, du choc fiscal sans précédent depuis 2012, des emplois détruits par la politique anti-entreprises, du découragement des contribuables qui se voient de plus en plus rackettés. Aujourd'hui, plus personne ne veut entreprendre. Il y a en permanence 1000 annonces de ventes, location, reprises d'affaires sur leboncoin qui ne trouvent pas preneur.

Une ville comme Saint-Denis est devenu un désert commercial. Il y a un local à louer tous les cinq mètres.

Pour des raisons idéologiques, on n'a pas hésité à détruire le tissu économique du territoire. Quand dans un pays, les entrepreneurs préfèrent se couper les c... que d'embaucher, on a de quoi se poser des questions.

Ça va être sportif quand il faudra dire à tous ces gens que désormais la cantine sera payante. Pareil pour le loyer, les effets scolaires, le sport (en métropole, on commence à remplir les piscines de sable car il n'y a plus d'argent pour payer le personnel), le transport... Quand il faudra demander à tout ce monde d'aller bosser.... Quand il faudra leur expliquer qu'il n'y a pas que des droits mais également des devoirs....

Ça me fait furieusement penser à la cigale et à la fourmi. La seule différence, c'est que les fourmis françaises se barrent de plus en plus à l'étranger

6.Posté par ALEROUL le 16/07/2015 19:17
S'il était une entreprise privée, comme il dit (mais cela pourrait être extrapolé à pas mal de communes kréoles), il aurait été viré depuis longtemps pour son incompétence avec la majorité de ses bras cassés poil-dans-la -main d'employés jean-foutre ! Mais qu'il est doux de ponctionner directement ou indirectement le kon-tribuable quand la majorité de ses kon-citoyens vivent de l'assistance publique ! SA LA REYON MEM oté (transmis à nassimah la lavandière de La Source).

7.Posté par le taz le 16/07/2015 19:29
tous les voyants sont au rouge.... comme en france...... comme en grèce.

la priorité, c'est pas petite ile, c'est pas les retraités français, c'est pas les agriculteurs français, c'est pas les chômeurs français...
allez demander à hollande l'audacieux qui est prioritaire....

pour les retraites,
lire ici

bref, notre avenir s'assombrit de jours en jours...
et la bande de clowns grotesques au pouvoir sont sur une autre planète....
tant pis pour nous !

8.Posté par KLD le 16/07/2015 19:30
N'est ce pas ce maire qui se disait prêt à quitter l'amdr ? l'a t'il fait ? ou "la lang na point le zo ?"

9.Posté par " VIEUX CREOLE " le 16/07/2015 19:32


CHRISTOPHE PAYET REVIENS VITE !!!

10.Posté par GIRONDIN le 16/07/2015 19:41 (depuis mobile)
#défaillance de l’Etat et CIVIS.
#+14.000 euros d’épargne nette en 2014
#"Ces choix (de 2010,11,12), nous sommes en train de les payer cash".

L''ancien maire devait être voyant?

11.Posté par jemma le 16/07/2015 20:09
Face à la crise et à la baisse de la dotation de l'Etat les communes doivent se recentrer sur l'essentiel de leurs compétences ! Optimiser les moyens , chasser les gaspillages, revoir la politique du recrutement des personnels, baisser absolument les charges de fonctionnement tel sont les impératifs d' une renaissance des collectivités ! Favoriser l'implantation des entreprises et non se substituer à elles pour créer des emplois, revoir l'aménagement du territoire en termes de logements et d'accueil de populations extérieures sont des règles incontournables !

12.Posté par Dééé le 16/07/2015 20:13
au lieu de calculer le budget avec les dotations et aides diverses de l'Etat, les mairies devraient se tirer les doigts du cul et virer les incompétents, les glandeurs, les emplois fictifs, les augmentations qui tombe du ciel etc etc et se faire un budget critique mais bon c'est trop compliquer dc bébé va pleuré et maman Hollande va donner des sous et papa le préfet va laisser coulé en augmentant les impôts...comme à saint louis.
politiques=incapables

13.Posté par Mireille POLLUX le 16/07/2015 21:10
-Produisez par vous-mêmes et consommez ce que vous avez produit. -Arrêtez de donner votre argent à des escrocs pour qu'ils achètent les votes des étrangers et boycottez certains produits des grandes surfaces parce qu'elles n'embauchent plus mais fonctionnent qu'avec des robots, des caisses automatiques et des prix électroniques!!!!!!

14.Posté par Dolene le 16/07/2015 22:24
Il faut donc aller de l'avant !!!

15.Posté par Marx le 17/07/2015 09:01
Voila un bon maire! Felicitation!
Vous avez parfaitement cerné le probleme: le statut des agents qui condamne les municipalités puisqu'en situation de crise, elles ne peuvent meme plus reduire le personnel communale!
La solution est pourtant tres simple: il suffit d'aligner le statuts des employés du public sur celui des employés du privé et rendre aux communes la possibilité d'etre gérer par elles-mêmes et non plus par les syndicats de fonctionnaires...

16.Posté par SHAN SHY le 17/07/2015 10:06
JE SALUT LE COURAGE DU MAIRE DE LA PETITE ILE LUI AU MOINS IL NE CACHE PASLA SITUATION DANS LAQUELLE SE TROUVE SA COMMUNE BIEN SUR IL NE SUFFIT PAS DE LE DIRE IL FAUT AVOIR AUSSI LE COURAGE DE METTRE EN PLACE LES MOYENS POUR RETROUVER UN EQUILIBRE FINANCIER.
TOT AU TARD IL FAUDRA REDEFINIR LES MISSIONS DE CHAQUE SERVICE, CELA PASSERA EVIDEMMENT PAR UN CONTROLE PLUS PRECIS DES EMBAUCHES, NECESSAIRE AU FONCTIONNEMENT DES MAIRIES.
AFIN D'EVITER QUE LE CONTRIBUABLE NE SOIT ENCORE SOLLICITE LES MAIRES DOIVENT ANTICIPER LEUR GESTION DANS UN CONTEXTE
A TOUS LES MAIRES EN FONCTION OSEZ LE COURAGE POLITIQUE POUR METTRE EN PLACE DES MESURES QUI DEMAIN SERVIRA A UNE GESTION SAINE COMPRISE PAR LA POPULATION.

17.Posté par Ca ne passe plus, ça casse! le 17/07/2015 18:16
11.Posté par jemma le 16/07/2015 20:09

Tout à fait d'accord. Bravo.

Moi, je retiens de l'article une phrase qui en dit long sur l'assistanat et la mentalité généralisée d'endetté de notre pays et de ses collectivités (ce qui est vrai à Petite Ile est vrai dans d'autres communes...):

"Les comptes de la commune flirtaient déjà avec la zone rouge depuis des années"

Eh oui, la situation ne date pas de 2015. Et à force de vivre au dessus des ses moyens depuis des années, quand l'Etat est moins généreux, çà ne passe plus, ça casse!

Bien sûr, faut arrêter ces embauches de CDD en lots, à l'approche ou après des élections.

Pas évident de passer de cigale à fourmi.....

18.Posté par los an joseph le 17/07/2015 21:34 (depuis mobile)
Ote lo traite di michel sauve a ou aster en 1 ans ou fout la commune petite ile au fond ou trouve moyen dire c lancien maire?au veux dire que bande petite ilous les coullons et ce que maintenent que mr avoue le defficite mauvais gessionnAire

19.Posté par Petite iloise le 22/07/2015 09:12
A notre cher mr le maire rien ne sert de pleurer en public si dans l ombre vous empirez la situation. Transformer des cui en cdi , garder en cdd des joueurs du club de foot de la commune, deplacer des agents a des postes inutiles ou multiplier les agents sur un poste. C est cela que vous appelez bien gerer notre commune? Certes la municipalite precedente a une grande part de responsabilite dans cette histoire mais vos petits arrangements en cachette ne vont pas ameliorer la situation.

20.Posté par lolo hoaro le 27/07/2015 13:49
Le maire n'avait pas commencé à son arrivée par augmenter son salaire? Il peut tout à fait revenir la dessus aussi.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales