Economie

PetFood Run, la 1ère usine réunionnaise de croquettes pour chiens et chats

Inaugurée ce vendredi à Cambaie, l'usine "PetFood Run" se positionne comme la première alternative réunionnaise sur le marché de l'alimentation des animaux de compagnie.


PetFood Run, la 1ère usine réunionnaise de croquettes pour chiens et chats
Premier opérateur de l'île à se lancer dans la production d'aliments pour animaux de compagnie, PetFood Run ambitionne de conquérir un marché hautement concurrentiel et entièrement dépendant des importations. Quelque 2.800 m2 sont dédiés à son unité de production qui s'étend sur un site de 7.000 m2 basé dans la zone industrielle de Cambaie, à Saint-Paul.

L'usine est dédiée exclusivement à la croquette, produit incontournable pour l'alimentation des chiens et des chats. "Le process de fabrication est moderne et de haute technicité", assurent les responsables de la société.

Pour une maîtrise parfaite de la ligne de production, PetFood Run a sollicité les compétences et l'expérience de Néodis, société qui œuvre sur le marché du petfood français depuis plus de 35 ans. Depuis les premières réflexions sur le projet, Néodis accompagne au quotidien les équipes, et plus particulièrement dans la phase actuelle de lancement de la production.

Certaines étapes du process n’existent dans aucune industrie agro-alimentaire de l'île, comme la "cuisson-extrusion". Pierre angulaire du système productif, cette étape consiste à travailler la pâte composée principalement de matières premières issues de l'industrie réunionnaise : les céréales et les co-produits de volailles.

PetFood Run, la 1ère usine réunionnaise de croquettes pour chiens et chats
La valorisation de ces co-produits fut d’ailleurs l'élément déclencheur du projet PetFood Run. "Ils sont tracés et parfaitement adaptés à l’alimentation canine et féline. Le muscle du poulet est le produit noble, la carcasse en est le co-produit", précise l'équipe de production.

Ambition : 50 % de PDM dans 5 ans

Durant la phase de "cuisson-extrusion", de l’eau et de la vapeur sont incorporées à la pâte que l'on élève à 90°. Puis, en fonction du cahier des charges de chaque référence, la préparation est travaillée dans une machine nommée "extrudeur", à une température et une teneur en eau spécifiques. A sa sortie, la pâte prend alors la forme de la croquette souhaitée, l'extrudeur étant capable de fabriquer des aliments secs de formes multiples.

En attendant la disponibilité des croquettes prévue courant septembre/octobre 2013, l'ensemble du process fait actuellement l'objet d'importants tests, notamment auprès de propriétaires d'animaux de compagnie.

Sur un marché qui avoisine les 12.000 tonnes à l'année, l'usine de PetFood Run prévoit de produire 2.000 tonnes de croquettes au cours de sa première année d'exercice.

Dans cinq ans, l'entreprise ambitionne d'atteindre 50 % de parts de marché avec le même leitmotiv qu'à ses débuts : valoriser les co-produits de la filière avicole, développer une nouvelle expertise au sein de l'agro-industrie locale et proposer une alternative à l'importation.
Samedi 13 Juillet 2013 - 06:39
.
Lu 2981 fois




1.Posté par J-L Gajac le 13/07/2013 09:41
Petfood, le nom idéal, vue l'odeur qui s'en dégage ! Encore les croquettes çà passe, mais les boites, un jour le chat de ma soeur, Mlle Chalamond pour les initiés, a reniflé, puis il s'est retourné et il s'est mis à gratter comme quand il est dans sa caisse pour tenter de recouvrir la délicieuse pâtée .... qu'il a pris pour de la m.... ! Authentique !

2.Posté par Roberto le 13/07/2013 11:51
A la tête de cette entreprise les mêmes personnes qui dirigent l'usine à farines pour élevage de crevettes à Mada. Ca pue de la zac 2000 jusqu'à la Rivière des Galets.
Ça va être pareil?

3.Posté par Roberto le 13/07/2013 11:56
Au fait, Cambaie n'est pas une zone industrielle, mais une zone artisanale...enfin sur les panneaux, parce que dans la tête des maires successifs, on a laissé "une zone de non droit", ce que dénonçait Christophe Pomez, ex-élu de la majorité juste après l’élection de Mme Bello.
Malheureusement, rien n'a changé depuis, c'est même pire!
L'URCOOPA est bien construit sans permis, SFER idem, Narayanin et Egata font ce qu'ils veulent, etc etc....zone de non droit...

4.Posté par Thierry le 13/07/2013 20:46
J'adhère si le prix reste raisonnable ... Mais osons rêver ... au moins ce sera du local ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales