Politique

Penchard répond à Raoult sur les "battues contre les 'requins mangeurs d'hommes'"


Penchard répond à Raoult sur les "battues contre les 'requins mangeurs d'hommes'"
 
Le 4 octobre dernier, en pleine crise "requin" sur les plages de Saint-Gilles, le député UMP Eric Raoult posait une question écrite à la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, sur ce sujet épineux. Une question qui a immédiatement créé la polémique puisque le député de Seine-Saint-Denis appelait à "mener une action forte de battue contre les 'requins mangeurs d'hommes'" et à "se rapprocher des autorités américaines qui ont une expérience confirmée en ce domaine" (lire ici ).

Si les esprits se sont calmés depuis autour du "risque requin" sur l'île, les débats sur le sujet continuent d'être animés et la plage de Boucan Canot fermée. Plus de deux mois après la question d'Eric Raoult, la réponse du ministère de l'Outre-mer est parue au Journal Officiel. La voici dans son intégralité: 

"Face à la recrudescence des attaques de requins à La Réunion, les services de l'État et les acteurs se sont fortement mobilisés pour apporter des solutions pérennes et empêcher la survenue de nouveaux drames. À la suite de l'attaque mortelle dont a été victime un surfeur, le 19 septembre 2011, au large de la plage de Boucan-Canot, le préfet a immédiatement interdit la pratique des activités nautiques de pleine eau dans la bande des 300 mètres dès lors que la flamme rouge était hissée. Le 26 septembre, la stratégie de réduction du risque "requins" a été présentée. Dans le cadre de cette stratégie, une opération ciblée de prélèvement de requins bouledogue et tigre au large de Saint-Gilles a été engagée dès le 27 septembre. De plus, des moyens de prévention du risque "requins" ont été mis en place dans la commune de Saint-Paul, dans le cadre d'un partenariat entre la commune, le conseil régional et l'État. Cette action a vocation à être étendue aux autres communes exposées à un risque similaire. En outre, trois mesures de long terme ont été annoncées : le lancement d'études scientifiques cofinancées par l'État et la région pour pallier l'insuffisance de données scientifiques, la création d'un comité réunionnais permanent de réduction du risque requins et la demande par la France, à l'occasion du prochain conseil des ministres de la Commission de l'océan indien, de la mise en place d'une coopération régionale. La mise en oeuvre de cette stratégie de réduction du risque requins s'est également traduite par le lancement de la procédure de recrutement de quinze contrats aidés, destinés à renforcer de façon pérenne les moyens de la commune de Saint-Paul. Une opération de marquage de requins, préparatoire aux études scientifiques, a été menée."
Mercredi 7 Décembre 2011 - 10:31
Lu 1610 fois




1.Posté par Zbob le 07/12/2011 09:46
Pour éviter que de nouveaux drames ne se reproduisent, deux solutions efficaces:

1) Fermetures définitives des plages ( oulàlà , ça va gueuler aussi bien chez les surfeurs , les bronzèteurs que chez les restaurateurs)

2) Tuerie généralisée ( mais franchement complètement débile et irréalisable) de tous les reqins de la zone ,enfin quelle zone? ( avec conjointement la mise en place d'une boutique péï spécialisée dans la vente d'ailerons de requins)

Qui dit mieux?

2.Posté par Cambronne le 07/12/2011 10:05
il n'y a pas quelqu'un de plus intelligent qu'un autre à l'UMPS pour dire à ce crétin de goyave de soviet Raoult de s'occuper de son bled pourri et de laisser les Réunionnais régler leurs problèmes eux même ,heureusement qu'hier l' apnéiste Fred Buyle disait ceci "Je ne pensais pas qu'il y avait si peu de requins" il nous emmerde grave ce facho de Raoult qu'il s'occupe de son quartier pourri du Raincy

3.Posté par noe! le 07/12/2011 10:13
On s'est tellement battu contre ces poissons , qu'on en trouve plus près de nos plages !

Ne pas oublier que "la moitié d'un ami c'est la moitié d'un traite !"

" Les hommes ne vivraient pas longtemps en société, s'ils n'étaient les dupes les uns les autres. "
(La Rochefoucauld)

4.Posté par coco le 07/12/2011 10:50
On ne peut, en quelques heures de plongée, décréter qu'il y a peu de requins.Il faut des études long terme, confirmant la présence récurrente des squales observés par les locaux usagers réguliers de la mer.Pas besoin de sortir de St Cyr pour piger ça.

5.Posté par laluno le 07/12/2011 11:49
Peu de requins dans les océans Indien .. on le savait... Maintenant il y a des requins sans ailerons qui planent quand même...

6.Posté par cabanon le 07/12/2011 13:02
vous commencez a nous faire chier sur cette actualité par vos comportement de fascsite(culte de la personnalité et importance de la hiérarchie)et rejetant le droit des annimaux.Vous pensez pouvoir nous mener vers une dictature encouragé par la france qui sur un pouvoir autoritaire nous affaiblis par de multiple activité colonialiste.

7.Posté par jeff le 07/12/2011 13:17
Ils ont essayés, on ne peut pas les blamer. ma seule crainte, c'est que l'on ne se pose pas en expert si aisément, la recherche est triviale mais l'arrogance est dominante.

8.Posté par jeff le 07/12/2011 13:19
Elle a eu tort de répondre Marie Luce, Raoult voulait seulement faire parler de lui et il est l'affut de n'importe quelle occasion.

9.Posté par NEMO le 07/12/2011 15:11
Le premier des prédateurs, l'homme, doit impérativement se réapproprier l'espace marin et sous-marin en particulier à proximité de la plage des Roches noires et de Boucan-canot, comme l'ont très justement déclarés, Fred et William, 2 éminents spécialistes, seuls capables de rester + 6 minutes à - 40 mètres et + en apnée pour y taguer les squales en toute sécurité.

*SUGGESTIONS:

Après un renfort significatif des équipes de surveillance sur terre comme en mer, et après avoir fait sécuriser DES ZONES DE BAIGNADE SUFFISAMMENT VASTE PAR UN VRAI FILET, les services de l'Etat ne pourraient-ils pas accorder une dérogation spéciale au Comité Régional de plongée pour que,... sous la responsabilité opérationnelle de Guy Gazzo lequel a parfaitement intégré le mode opératoire de Fred et William durant leurs nombreuses traques,...interviennent en permanence:

- une première équipe composée de 4 apnéistes confirmés ayant suivi au préalable une formation particulière avec le matériel adéquat, dans des fonds allant jusqu'à -15/20 mètres maximum ...

- une seconde équipe de plongeurs confirmés avec bouteilles équipées d'un dispositif de recyclage d'air qui permettrait à la fois de ne pas faire fuir les squales avant leur marquage et surtout de descendre plus longtemps en toute sécurité dans les zones d'environ -30/40 mètres ...

La présence constante de ces plongeurs-marqueurs et de leurs bateaux d'escorte, à proximité et hors zone de baignade de ces 2 sites emblématiques,dans les endroits fréquentés par les surfeurs,...outre l'intérêt scientifique (marquages ciblés) aurait un effet dissuasif indéniable sur la venue en ces lieux des requins qui sont avant tout des prédateurs très craintifs, minimisant ainsi les risques d'accidents !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales