Politique

Penchard fait le bilan des produits Défi

Après midi studieux tourné autour de la production locale pour Marie-Luce Penchard qui a enchainé les visites du côté de Sainte-Suzanne et de Bras-Panon. La ministre est venue constater le premier bilan de la mise en place des prix Défi sur la viande locale en même temps que le réengagement de la signature de la charte "Envie Pays".


Trois mois, c'est le court laps de temps donné à la mise en place des prix Défi dans les rayons des grandes et moyennes surfaces ainsi que chez les bouchers sur la viande produite localement pour dresser un premier bilan.

Les responsables des filières agricoles ont présenté les premiers résultats de ce projet à la ministre. Les prix Défi n'ont été lancés qu'en janvier dernier. Pour avoir une idée, dans la filière volaille, des escalopes de poulet Crête d'Or avant les prix Défi, ça donnait un kilo à 15,15 euros, depuis l'étiquetage Défi, le même kilo est tombé à 14 euros.

Sur la filière porcine, la croissance commerciale sur l'ensemble de la filière constatée depuis janvier est de 10%, +4% pour la filière bovine.

Marie-Luce Penchard a félicité les professionnels de ces filières (lait, bovine, porcine, volaille). "Votre projet Défi a été retenu dans les dix premiers projets résultants des Etats Généraux de l'Outre-mer" avant de faire remarquer le caractère uni des différentes filières. "On ne dit pas assez qu'il s'agit d'une opération qui regroupe l'interprofessionnel, le fameux "i" de Défi" a relevé la ministre.

"Pendant longtemps, on doutait de la capacité des économies d'outre-mer à produire. On a trop imaginé ces économies comme devant vivre sous perfusion. Cette réussite se présente comme un aspect du développement endogène voulu par le président de la République".

Avant de partir pour Bras-Panon et les ateliers de production de Royal Bourbon, la ministre a signé le renforcement de la charte "Envie Pays" déjà établie depuis 2010. Cette charte signée entre les éleveurs de viande bovine de la Sica Révia et la grande distribution (près de 40 magasins) engage la filière dans l'amélioration constante de la qualité de la viande et de la découpe.

En face, les magasins s'engagent, quant à eux, de la présence d'une large gamme de boeuf en rayon. La Sica Révia regroupe aujourd'hui 325 éleveurs et contribue au développement des hauts de l'île. La filière représente un enjeu important avec près de 85 emplois.

Marie-Luce Penchard visite les ateliers de fabrication des produits Royal Bourbon à Bras-Panon
Marie-Luce Penchard visite les ateliers de fabrication des produits Royal Bourbon à Bras-Panon
Vendredi 20 Mai 2011 - 18:28
Ludovic Grondin
Lu 1438 fois




1.Posté par Rachida Dada le 20/05/2011 21:13
De qui se fout-on? il n'y a que les plus bas morceaux de la viande bovine qui ont connu une baisse, les steaks et autres morceaux nobles non. Mais bon, faudrait pas que les pauvres prennent goût aux bonnes choses...comment ferait-on pour les différencier des riches après...non mais, quand même.

2.Posté par ndldlp le 20/05/2011 21:36
je cite : "Cette réussite se présente comme un aspect du développement endogène voulu par le président de la République".

faut arrêter de prendre les gens pour des cons MLP..

3.Posté par Cambronne le 21/05/2011 07:22
bordel de merde à la fin ou son passé les 200 millions d'euros ?? car le néant des travaux de la mère Penchard démontre qu'un ministre de l'outre mer ne sert à rien ...avec ou sans ce ministère des affaires coloniale nous aurions les mêmes résultats les frasques et les dépenses en moins ...

4.Posté par XIII le 21/05/2011 10:30
Turlututu chapeau pointu ... et les dindons, c'est qui???

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales