Politique

Penchard : “L’application des décisions du CIOM passe d’abord par les collectivités locales”

L’assouplissement des visas au 1er décembre, diffusion de France O sur tout le territoire national, un Gerri social, confirmation de la nomination d’un préfet pour le développement endogène et d’un commissaire pour les échanges océan Indien… “Les autres décisions, c’est aux Réunionnais de les mettre en application”, explique Marie-Luce Penchard.


Les politiques et les socio-professionnels dans la salle de réunion de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion ont tout essayé pour “obtenir des réponses immédiates” à leurs interrogations. Marie-Luce Penchard n’a pas été déviée une seule fois de sa ligne de conduite.

“Il ne s’agit pas de décliner un plan sur plusieurs échéances, nous avons fait cela pendant des années. Celles-ci n’ont pas été tenues. Aussi, il vaut mieux décliner mesure par mesure”, a dit la ministre de l’Outre-mer. L’articulation de la mise en œuvre des décisions à La Réunion, reviendra au préfet Pierre-Henri Maccioni.

Sa tâche ne sera pas aisée car il faudra synchroniser l’avancement des mesures dans les différentes collectivités locales. “Il ne suffit pas de demander des crédits supplémentaires, il faut aussi les utiliser”, n’a cessé de répéter Marie-Luce Penchard à ses différents interlocuteurs.

Un pavé dans la mare des collectivités

Que ce soit à Ibrahim Patel, président de la Fédaction, qui souhaite l’intégration du “petit commerce” dans les zones franches globales d’activité, que ce soit à Joël Mongin, membre de la Fédération des entreprises de La Réunion pour la route du Littoral, ou que ce soit à Jean-Marie Le Bourvellec, président de la FRBTP, pour l’activité et l’emploi dans le BTP, la ministre de l’Outre-mer a souvent dit : “Ce n’est pas non plus de nouveaux textes qui règleront ces situations”.

“Souvent, il vaut mieux comprendre ce qui n’a pas marché, quels sont les verrous qui empêchent l’aboutissement des projets, et à quels niveaux se trouvent ces freins. Les collectivités locales ont la plupart du temps la maîtrise d’ouvrage des projets, à ce niveau là, il y a aussi des choix à faire”, a souligné la ministre.

Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, a rappelé que “le transfert de compétences qui n’a pas été compensé à l’euro près”, et la politique sociale menée au delà des prérogatives du Département, ont particulièrement réduit “la maîtrise d’ouvrage” de sa collectivité. Là encore la réponse de Marie-Luce Penchard a été : “il y a des choix à faire, ce choix appartient aux collectivités locales”.
Lundi 23 Novembre 2009 - 16:26
Jismy Ramoudou
Lu 1812 fois




1.Posté par Basile le 23/11/2009 17:50
Il semble que Madame Marie-Luce Penchard a fait de Hautes Etudes en noyage de poissons et en langue de bois !

2.Posté par Cambronne le 23/11/2009 18:54
Enfin une vérité " ils ont jamais tenu les échéances "Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, qui a participé à la table ronde organisée à l’occasion des Assises du tourisme le 12 septembre 2008 . ou il en est ressorti qu'il faudrait réaliser 3000 chambres d'hôtels sur 3 ans , surprenant que depuis un an aucun établissement n'ont ouvert , pire l'on serait presque revenu sur les mêmes chiffres que dans les années 95 ...

3.Posté par mamodo le 23/11/2009 20:00
Avec Mme Penchard imitant son maitre et Roi Sarko les opposants au gouvernement ont du soucis à se faire car tout se décide à Paris .....on impose ....les élus locaux doivent se soumettre au dicktat des commandeurs et autres.A voir le président de la CCIR essayé de tirer profit me semble ridicule...la soif de pouvoir des uns et des autres devient dangereux.la ministre de l'outre mer avec son air hautaine prend les réunnionnais pour des Bébés qui pleurent constamment mais le lait se fait rare ....il faut privilègier sa région d'origine et tant pis pour la réunion et surtout le président de la Région car il faut le bloquer à tous les niveaux mais faut quand même faire attention à notre vieux Lion qui aime ses genres de défis.

4.Posté par macarthur 974 le 23/11/2009 22:19
Le message recu par le citoyen lambda : vous recevez 100 euros , vous ne pouvez que dépenser 100 euros , le reste est à votre charge , ou à la charge de vos concitoyens ! dur à avaler quand on connait la gabégie de nos élus , mais qui devra passer à la caisse tot ou tard ; il me semble que nos collectivités , toutes confondues , sont arrivées à un tournant , qu 'il faudra négocier d 'une maniére collégiale ,afin d 'éviter des heurts , aprés des années de leurre et de dépenses inconsidérées , qui n ' ont pas fait avancer la Reunion de beaucoup .Avec beaucoup moins , nos voisins Mauriciens , ont faits cent fois plus ! Cherchez l 'erreur !!!

5.Posté par pierre pascaline le 24/11/2009 09:49
IL n'y a qu'à LA Réunion où l'on peut voir un journaliste se réjouir du âvé dans la mare envoyée par le gouvernement aux collectivités locales.
Si on suit l'actualité métropolitaine on verra que les collectivités de droite comme de gauche manifestent leur colère sur des décisions gouvernementales comme le transfert financier suite à décentralisation.
A La Réunion on se félicite presque que l'Etat se défausse sur plus petit que lui! C'est ahurissant.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales