Faits-divers

Pédophiles, travelophages, tyrans domestiques : C’est pas si grave, allez !

On ne commente pas, paraît-il, une décision de justice. On ne commentera donc pas ; il suffit de lire ce qui suit.


Pédophiles, travelophages, tyrans domestiques : C’est pas si grave, allez !
Travelo, métier à risque.
 
Frédéric L., 30 ans, stimulé par des libations prononcées, décide de s’offrir une petite virée "Chemin 40 euros" à la Pointe-du-Diable. Fouette cocher ! En chemin, il avise une prostituée sur le bas-côté et stoppe à sa hauteur. Un travesti. Furieux de sa méprise, il entre dans une rage folle et veut s’emparer du sac de l’autre. La victime se défend et encaisse une série de coups à faire pâlir Tyson. Beurré comme une queue-de-pelle, le Freddy prend son portable pour un porte-monnaie et l’embarque (le portable) dans ses poches. Comme sa victime le prend en chasse, il s’en débarrasse avec une volée de galets bien ajustée. C’est lui qui a commencé mais "je me suis senti menacé". Pauv’ ti bête ! D’ailleurs, il n’a pas chaboulé : "juste 2, 3 ti roches comme ça". Il la menace de représailles au calibre 12 au cas où elle (il ?) porterait plainte, ce qu’il (elle ?) fait aussi sec. La présidente veut savoir pourquoi il a agressé un travesti. Réponse stupéfiante : "Elle n’a pas à faire ça !" La séance a dû être interrompue quelques minutes car le C.V. judiciaire de monsieur avait disparu du dossier. Oups ! Un C.V. qui dit que le Zorro des carreaux d’patates est un récidiviste de la conduite sous influence. Réquisitoire percutant mais indulgence de la Cour : 6 mois avec sursis. Il va pouvoir retrouver l’emploi de cuisinier en collège, obtenu par un Conseil général qui ne lui a jamais demandé son casier judiciaire !

 
Lui 26 ans, eux 11 ans !
 
Jean-Guillaume D. s’est fait passer pour un ado de 17 ans auprès des familles afin d’approcher leurs deux petits garçons. Soi-disant pour jouer à la Playstation, jeu qui va vite virer à d’autres activités, moins innocentes. Les attouchements n’auront pas le temps d’évoluer vers plus tragique. Une des mamans saisit un texto venant du prédateur et constate l’attitude apeurée de son fils. Pourquoi n’ont-ils rien dit jusque là ? Parce que l’agresseur, qui ne paraît effectivement pas son âge, pratique le taekwon do "et il cogne fort", dit l’une des petites victimes. On a du mal à croire que derrière ce visage poupin se cache à la fois un émule de Bruce Lee et un coureur de mômes. Au travers des explications embrouillées du malfaisant, on comprend "que c’est leur faute". Face au procureur qui dénonce le fait qu’il ne se remet pas une seconde en cause malgré les preuves flagrantes, face à une partie civile brillante, la défense semble jouer Mission impossible. Eh bien sa "défense de rupture" (tiens !) porte ses fruits : 8 mois avec sursis.
 
 
Cogneur par habitude
 
Jean-François B. est l’archétype du tyran domestique. Il cogne sa famille et il aime ça. Des années que son épouse et ses 8 enfants subissent quotidiennement coups, violences diverses, humiliations, insultes et autres injures. Il cogne quand l’envie lui en prend et de toute évidence, c’est souvent. Gifles, coups de poings, coups de pieds (au visage, dans le ventre, partout…), "tirages" de cheveux, tout est bon si on peut dire. "Il m’a cognée à coups de pieds au visage quand j’avais notre bébé dans les bras en me traitant de putain", dit la malheureuse épouse. Il s’alcoolisait avant sa perte d’emploi ; le chômage n’a rien arrangé, au contraire. Mais tout ça, c’est rien que des méchancetés inventées par sa famille. Pourquoi cette unanimité contre lui ? "Mi connais pas moin !" Il a traité ses fils de "c…ards, de petits p…" mais c’est "rien que des mensonges". 8 mois avec sursis et n’y revenez plus !
 
 
Et un rayon de soleil quand même…
 
M. C. est un multirécidiviste de la détention et usage de stupéfiants. Enfin, il était. Car malgré un casier long comme un discours de Sinimalé (vols, violences, coups et blessures, conduite sans permis…), il a compris le mauvais tournant que prenait son existence. Ce jeune homme reconnaît ce qu’on lui reproche ; il a trouvé du travail et a fui les "voyous de l’escalier", dont la fréquentation est généralement nocive. Le procureur reconnaît la reprise du travail et la démarche volontaire d’insertion du prévenu. La peine réclamée et obtenue est en conséquence, 60 jours-amendes à dix euros pièce. Comme quoi…
Vendredi 27 Septembre 2013 - 10:43
Jules Bénard
Lu 2708 fois




1.Posté par noe le 27/09/2013 11:02
Spectacle de clowns !
Si on a un "bon" avocat = un bon causeur , alors on est sauvé et on peut recommencer !

2.Posté par Zbob le 27/09/2013 11:11
Concernant le premier cas , faut-il rappeler que pour travailler dans l'éducation nationale, même si on est agent du conseil général, il faut un casier judicaire vierge...
Ou bien être copain avec les élus siégeant au dit conseil général?
Qu'en dit le Rectorat , qu'en dit Madame Dindar?

Tout baigne?

3.Posté par la Dictature de la Mafio-justice le 27/09/2013 11:30
Et ça ne risque pas de s'arranger avec la Caille-Taubira . Avec ces gouvernants et ces corporations racaillogènes et pourris , la seule issue qui reste au Peuple Souverain pour ne plus être victime de ces Incapables , est la solution du docteur Guillotin !

4.Posté par citoyenne la cour le 27/09/2013 12:14
Plus sa va plus je me demande si il y a vraiment une justice ou si c'est juste pour en finir ??

Des pédophiles il y en a à la pelle , des femmes battues c un quotidien a la réunion , des récidivistes en petites délinquence n'en parlons pas ... et la justice francaise alège leur peine ou ont pour but 1er une réinsertion ... ( ref : cas du gourou verbard )

j'ai eu l'occasion de discuter avec des anciens détenus ( jeunes et murs ) qui disent qu’honnêtement la vie a domenjod c'est un camp de vacance nourri loger blanchi alors qu'on a fait des conneries ... et que d'ailleur pour sortir plus tot fair le janti et la victime sufi....

si seulman nos gramounes pouvaient avoir un tel traitement ....

je suis fille de femme batue car c devenu banal de dire qu'un homme tape a cause d'une faiblesse psycologique due a une enfance difficile et que l'on remette un homme dehors plu tot que prévu sans prévenir les victimes sous prétexte qu'il ce conduit bien a l'interieur ....

et tant qu'au magouilles des pistons ... Mon Dieu ... tout lmonde le sait mais ce tait car sa à toujour existé ...

Les valeurs se perdent à cette allure , les victimes en viennent meme à ce demander si elle sont coupables .... c'est triste non ?

5.Posté par Jules Bénard le 27/09/2013 12:24
Réponse au commentaire numéro 3 : afin qu'il ne subsiste aucune méprise au sujet de mon compte-rendu, je dirai que je suis personnellement et farouchement opposé à la peine de mort. D'accord avec Me Badinter pour dire "qu'on ne coupe pas un être humain en deux !" Ce n'était pas du tout mon propos et je suis navré que certains puissent y trouver prétexte pour remettre au jour les plus bas instincts de l'humanité !

6.Posté par Choupette le 27/09/2013 12:53
"Beurré comme une queue-de-pelle"

On dit et on écrit "rond ou bourré comme une queue de pelle".

Ou alors le type était "beurré".

7.Posté par eveil citoyen 974 le 27/09/2013 13:08
Merci pour votre initiative, M. Bénard! Ce n'est pas la première fois que nous lisons vos comptes rendus des procès. Nous sommes sur la même longueur d'onde et nous suivons de près vos publications. D'ailleurs celle ci sera ne lien sur notre site...

8.Posté par Gajac J-L le 27/09/2013 14:31
Depuis quand on n'aurait " pas le droit de commenter une décision de justice" M. Bénard ?

Si c'était vrai, il n'y aurait pas de procédure d'appel. Car qu'est ce qu'un procès en appel sinon la remise en cause d'un jugement ?

Alors précisons, on ne peut plus contester une décision de justice ( et encore sauf élément nouveau !) SEULEMENT LORSQU'ELLE EST DEVENUE DEFINITIVE, point.

Par contre, commenter, je ne vois pas en quoi ce serait interdit et par quel texte ?

9.Posté par dadou le 28/09/2013 09:28
le pire c'est qu'elle est battue,maltraitée et ils ont ...8 enfants!!!mais je suis toujours revoltée de lire cela!! ah les reconciliations sur l'oreiller et la contraception ??ah monsieur i veut pas!! j'espere que les services sociaux vont etre avertis pour suivre ces enfants !
quant a la prison,il n'y a plus de place et la mere taubira a voté une loi en ce sens!

10.Posté par Roger le 28/09/2013 16:12
Euh... monsieur Bénard, c'est bien beau de vouloir faire des effets de langue mais plutôt que "travelophage", n'eut-il pas été davantage dans votre intention de parler de "travelophobe" ? Parce qu'à ma connaissance, malgré son aversion envers les travestis, le sieur Frédéric L. n'a mangé personne... :o)

11.Posté par César le 29/09/2013 10:14
Euh .. Monsieur Jules Bernard, songé à changer de métier. Votre texte ressemble plus a une poésie qu'a un article de presse. De plus les jeux de mots " Beurré comme une queue-de-pelle " ne se dit pas, et lorsqu'on parle d'une Travestie, on dit " ELLE " !! ya pas a se demandé si c'est (il?) (elle?)

Faite de la météo.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales