Faits-divers

Pêcheurs morts en mer: Météo France indique que le vent fort était bien prévu

Les hypothèses allaient bon train ce jour sur le port de plaisance de Saint-Gilles pour commenter ce nouveau drame de la mer qui a fait deux victimes, deux pêcheurs pourtant aguerris. Un point commun dans les discours des personnes présentes : cette fin de nuit de jeudi, dans l'Ouest de l'île du moins, de fortes rafales de vent en ont surpris plus d'un.


Pêcheurs morts en mer: Météo France indique que le vent fort était bien prévu
 
Beaucoup de témoins présents ce matin et cet après-midi au port de Saint-Gilles ont évoqué ces bourrasques de vent, parfois accompagnée de pluies, qui se sont produites aux alentours de 5h ce matin, dans l'Ouest notamment. L'épisode de forts vents s'est achevé au bout de 30 minutes à peine. Mais tous décrivent sa violence et sa soudaineté, à un tel point qu'il en a réveillé plus d'un.

Un avis partagé par Pascal Cohu, prévisionniste à Météo France mais aussi résident dans l'Ouest. Devant les interrogations légitimes des proches et amis des deux pêcheurs, Météo France rappelle que l'épisode de forts vents était bel et bien prévu depuis la veille. Cependant, son caractère ne nécessitait pas l'émission d'une consigne particulière en direction des professionnels de la mer notamment, habitués à sortir en mer pendant la nuit. "Ils étaient sortis par mer calme", évoque pour sa part un proche de l'un des deux pêcheurs, sûr et certain que son oncle n'était pas du genre à quitter le port par un temps aussi dégradé, qui d'ailleurs perdure toujours.

Les deux pêcheurs ont sans doute été pris par une mauvaise habitude qui veut que le vent ne se lève qu'au début de la journée, évoque Météo France. "C'était en dehors en effet des fluctuations habituelles nocturnes/diurnes", analyse le spécialiste météo.

"Contrairement aux épisodes de fortes houles qui peuvent être repérés à l'avance grâce aux photos satellite, rien ne peut accréditer qu'il y aura des pointes de vagues comme visiblement il y en a eu en cette fin de nuit dernière", ajoute-t-il.

Les seuils prévus n'inspiraient donc pas la crainte, continue Pascal Cohu. Il n'y avait pas non plus d'orages de prévus cette nuit, contrairement à ce qui a pu être avancé dans l'émotion sur le port de Saint-Gilles par des badauds. Reste à l'enquête de gendarmerie de préciser les circonstances dans lesquelles s'est joué ce drame sans témoin.
Vendredi 7 Octobre 2011 - 18:19
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2086 fois




1.Posté par nrj le 07/10/2011 19:10
Qu'on cesse de tj accuser la Météo !

Les risques on se les prend soi-même ! comme des grands !

2.Posté par tete froide le 07/10/2011 20:04
Le retournement du canot EN PLEINE MER n'explique pas les noyades:

- Une derive de qq heures dans l'heure pas froide non plus;
-Dans un petite embarcation de 4,2 qui se retourne les risque de se faire assommer sont faibles.
- Au pire si les pécheurs ne savaient pas nager (!) ils disposaient quand même de gilets de sauvetage.
- En pleine mer aucun risque de se faire brosser et assommer sur les rochers

alors?

3.Posté par Rachel le 08/10/2011 00:03
C'est un assassinat programmé par Météo France sur ordre. Il faut saisir la Cour Pénale Internationale et faire intervenir l'OTAN grâce à BHL ( Botul Henri Levy ). On veut la vraie vérité et non pas le refrain: "c'est la fatalité; on y peut rien; météo-france avait prévenu; la roue tourne; c'était écrit; responsable mais pas coupable; etc...".

4.Posté par polo974 le 08/10/2011 09:43
Météo France qui sort le parapluie....

5.Posté par Francz le 08/10/2011 20:10
24h et plus après les faits, évidemment je vais retenir la tristesse de l’événement. Des personnes ont risqué leur vie pour tenter d'assurer leur gagne pain. Et ce commentaire d'un prévisionniste à Météo France Réunion sonne comme mauvaise foi et froideur, comme pour se laver les mains et se cacher derrière la présomption d’innocence. Évidemment, le prévis intervient vite car des gens futés et connaisseurs auraient clairement portés plainte. Et personnellement si j'étais le filleul qui avait perdu son oncle en mer, à aucun moment j'aurais hésité. Comment des diplômés à bac + je ne sais combien d'années, peuvent ils faire un aussi mauvais travail surtout quand un modèle les sert la prévision sur un plateau. Alors parce que les seuils ne sont pas atteints, on ne se permet pas de conseils avisés ? Dans ce cas qu'on arrête de balancer des avis de houle et dire attention pour deux petits rouleaux. Et là je ne parle pas des vigilances fortes houles. Passons ; étonnant que personne n'ait remarqué quand même la bourde du prévis, je cite : "rien ne peut accréditer qu'il y aura des pointes de vagues comme visiblement il y en a eu en cette fin de nuit dernière" tout en ayant dit avant : "Météo France rappelle que l'épisode de forts vents était bel et bien prévu depuis la veille" . Il y a une suite, évidemment à cette dernière, les seuils ne sont pas atteints, donc on ne précise rien. Il faudrait peut être refaire leur formation auprès de professionnel de la marine. Temps à grains avec vent force 5/6 (rafales >= 40%) => mer hachée et houles pouvant rapidement atteindre les 3m. Allez en mer prenez une barque et attendez que ça arrive et on verra s'il ne faut se contenter d'évaluer un seuil aussi machinalement.

6.Posté par demondialisation le 09/10/2011 06:43
Que surviennent des inondations catastrophiques, ou que des milliers d'automobilistes soient bloqués par la neige, et les JT traitent ces sujets comme de pures fatalités climatiques, sans jamais enquêter sur les défaillances du service public qui en aggravent les conséquences. Quand le syndicat FO, pour la première fois, a publié un "livre noir" détaillant les effets très concrets de la fameuse (et discrète) révision générale des politiques publiques, la RGPP, sur notre vie quotidienne," Arrêt sur images" a sauté sur l'occasion. Résultat: l'émission qu'ils souhaitaient faire depuis longtemps, sur tout ce que masque le JT, parce que cette lente destruction est invisible à l'image.


La RGPP n'est certes pas responsable des chutes de neige, sourit Pavageau, mais elle est responsable des dysfonctionnements qui en ont découlé, assure-t-il. Le préfet, lorsqu'il reçoit une alerte météo, n'a plus assez de fonctionnaires pour en étudier les conséquences concrètes à son échelle. Quel quartier évacuer en premier, quelle route couper, quelle maison de retraite évacuer ? L'Etat ne sait plus le faire. Côté météo, la suppression d'un centre de Météo-France sur deux ne permet plus non plus d'obtenir des prévisions suffisamment fines, comme nous le relevions déjà dans notre émission sur la météo. Autre chose: dans l'Est, cet hiver, les services publics ne pouvaient déneiger qu'une voie sur deux sur certaines routes.


http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3990

-------------
Avis de gros temps sur... Météo France
Météo, concurrence et restrictions, en débat sur notre plateau

Les rudesses de l’hiver nous auront au moins appris quelque chose : il y a un marché de la météo. C'est-à-dire une concurrence entre l’entreprise nationale, Météo France, et plusieurs entreprises privées qui s’efforcent de décrocher leur part du gâteau. Cette concurrence affecte-t-elle la prévision méteo? Et les restrictions budgétaires à venir sur Météo France risquent-elles d'affecter la qualité des prévisions ?


http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3646

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales