Politique

Paul Girot de Langlade se dit victime d'un complot

Paul Girot de Langlade a réagi à la déferlante le concernant suite à une plainte d'un agent de sécurité à Orly pour "injures à caractère raciste"... Selon lui, il s'agit d'une manipulation. Depuis, deux autres plaintes ont été déposées à son encontre.


Paul Girot de Langlade se dit victime d'un complot
Paul Girot de Langlade, le coordinateur des États Généraux de la Réunion, récemment suspendu après un dépôt de plainte pour "injures à caractère raciste", a réagi suite à la polémique qui n'a cessé d'enfler vendredi dernier suite à cette affaire relayée par les médias nationaux. 

Le préfet, coordinateur local pour la Réunion des États généraux de l’Outre-mer, a indiqué à la presse que les propos rapportés par certains médias ne sont pas les siens. Il s'étonne que ses soi-disant propos ("on se croirait en Afrique", suivi d'un "il n'y que des noirs ici") soient véhiculés sans vérification approfondie.

Un complot de du MRAP ?


Autres arguments avancés par Paul Girot de Langlade : Il n'aurait pas eu connaissance d'un dépôt de plainte et enfin, qu'un témoin qui l'accompagnait, une hôtesse d'Air France, a été indigné par le comportement de l'agent de sécurité et a même présenté des excuses au nom de sa compagnie.

Enfin, cette affaire s'agit, selon lui, d'une manipulation en corrélation avec les deux procès qui ont été engagés à son encontre par le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples, le MRAP.

A noter que depuis samedi, Zinfos vous l'annonce : Deux autres plaintes ont été déposées à l'encontre de Paul Girot de Langlade.
Samedi 15 Août 2009 - 20:16
Magali Payet
Lu 788 fois




1.Posté par zébulon le 17/08/2009 15:00
2 autres plaintes ! Combien on les a payé ces deux là ?
comme pour donner un peu de crédibilité à une procédure qui apparait plutôt foireuse sous bien des aspects.

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/08/2009 23:51
voilà ce qu'on peut lire sur l'adresse suivante :

http://www.facebook.com/search/?q=paul+girot+de+langlade&init=quick#/topic.php?uid=5738194157&topic=8932

Message n° 1
Pauline De Langlade (France) a écritIl y a 19 heures
E.M.B.37
« Les Hommes de Vérité ne se dénaturent pas »
Le Préfet Langlade a été et restera pour les habitants d'Indre et Loire un excellent préfet. Il fait parti de ces quelques rares " chefs" qui suscitent le respect et l'engagement.
Il a le mot juste en disant ce qu'il pense, parce qu'est c'est " Lui "et qu'il ne prendra ni le ton ni les manières " people" pour exister.
ll ne se mettra pas dans le compromis tiédasse qui fait que l'on perd ses repères.
Dans le même esprit il fait ce qu’il dit.
Le département qu’il a eu l’honneur de servir (37) lui a rendu un hommage appuyé lors de son départ. L’ensemble des élus, de droite comme de gauche ont souhaité qu’il reste. Ils avaient tous leurs repères et ils avaient raison, conscients de l'éthique et du rayonnement qu’il apportait à cette parcelle de territoire dont ils assumaient la sécurité, le développement et le service en général.
Le personnel de l’administration ainsi les autres services de l’Etat, n’ont pu que se louer de ses travaux et de ses initiatives.
Monsieur de Langlade est une personne d’indépendance, de probité et d’harmonie. C’est l’Homme du juste milieu, du sens de l’Etat, sans esprit d’intrigue, ni de vanité. J’ai eu la chance de le rencontrer.(je suis sans titre, ni fonction, ni grade...ce qui me permet cette liberté de ton et d'expression)
J' ai été marqué par son sens de l'écoute, sa disponibilité ,son devoir vis à vis des autres et son sens de la discrétion La famille Langlade, comme bien d' autres ont permis aux trois couleurs de nos drapeaux et pavillons de flotter dans différents territoires, à cotés ou avec des hommes de couleurs, bien souvent pour que ces mêmes personnes puissent garder leur dignité, leur culture et leur territoire.
Paul de Langlade est un Serviteur de l'Etat, pas un "porteur d’eau" ni un" valet de basse-cour".
Si le gouvernement l'a missionné à la Réunion, c’est qu’il l’a jugé capable. Son parcours montre sa connaissance des dom-tom. C'était l’homme de la situation, parce que c 'es un Homme de Vérité, et qu’un homme de vérité ne se dénature pas".
Respects Monsieur le Préfet !!!!

Message n° 2
Brett Sinclair a écritIl y a 3 heures
HORTEFEUX GATE
Voila une affaire qui sent le souffre et la manipulation. Avec en fronton le mot Racisme, le mot honnis par notre société dans lequel se déverse toutes les rancœur et les haines. Mais justement n'est ce pas l'arbre qui cache la forêt?
A voir le matraquage médiatique, la mise à mort violente: fusillé par une armée entière: chargeurs illimités, bombardé aux mortiers, pilonné aux canons de 65 et au cas ou il respire encore on lui passe les chars dessus, histoire d'être sur que le préfet est bien laminé, réduit en bouilli et si il respire ce sera le lance flamme.
Reprenons les faits:
Acte1: une position tranché sur un type de population non sédentaire (propos tenu peu de temps auparavant par notre président actuel) lui à couté son poste et 2 procès avec une association anti raciste. Procès que le Préfet gagnera, mais les décisions de la justice républicaine importe peu, le préfet est marqué au fer rouge comme étant un "Raciste" et le pouvoir ne lui redonnera plus de poste considérant qu'un préfet "chiraquien" n'a probablement rien à faire dans un département.
Acte2: une mission de coordonnateur des états généraux à la réunion, du probablement à l'expertise de ce haut fonctionnaire des Doms. Mission parfaitement rempli et considéré comme d'un bon niveau comparé aux autres états généraux de nos cousins antillais. Le préfet de par son boulot revient dans la course pour un "futur potentiel poste" et de part sa personnalité et son ouverture d'esprit fait même de l'ombre à certains représentant de l'état sur note ile...
Acte3: Orly un matin une altercation éclate entre le préfet et un agent de sécurité, une hôtesse accompagnant le préfet est abasourdie non pas par le comportement du préfet mais par celui de l'agent qu'elle menacera d'ailleurs d'un blâme... Histoire banal qui serait surement resté là si la machine gouvernemental et les officines du pouvoir ne s'étaient pas mise en route...
Mission: décrédibilisé l'homme, moyen: le racisme. - Objectif: Se débarrasser d'un haut fonctionnaire gênant
Acte4: Un "certain" ministère prend les choses en mains, une préfecture les relaient, un site web particulièrement choisi se fait conseiller sur la façon de présenter l'histoire... ne reste plus que le timing, la fenêtre de tir: ce sera le 14 aout, veille d'un grand week end...
Acte final: le préfet est exécuté en place public, réduit en cendre et en tant que "raciste" sa parole n'intéressera personne et ne vaudra rien face aux accusations de l'agent de sécurité. D'ailleurs tient t'on vraiment à savoir la vérité? le haut fonctionnaire du fait de son étiquette raciste n'a plus aucune crédibilité... Il est mort et la foule sent le sang....
Devant le déchainement de haine envers cet homme, de nombreux internautes de tout clivage politique se posent des questions (voir les nombreux forums sur la toile ou 90% des messages postés sont en la faveur du préfet): nous aurait on menti? curieux cet histoire?
En tout cas elle sent le souffre et de là à devenir un "Hortefeux Gate" il n'y a qu'un pas.... Affaire à suivre.


3.Posté par Pierre Dupuy Junior le 19/08/2009 09:25
Foireuse? En quoi? On a d'un côté un préfet criant au complot et invoquant le soutien d'une hôtesse d'air france que personne n'a entendu jusqu'ici . De l'autre 2 agents de sécurité + 2 personnes dont l'identité n'a pas été précisée qui témoignent de propos racistes dans des documents officiels. Etonnant que vous trouviez que la crédibilité est du côté du préfet, déjà poursuivi deux fois pour des affaires similaires (relaxé la première fois car la plainte était mal rédigée (pas assez précise) et gagnant en appel à la deuxième procédure pour une raison complètement inconnue vu que le jugement n'est pas trouvable sur le net et que les articles de presse ayant couvert l'évènement ne font pas mention des raisons du jugement) . Etonnant aussi que vous estimiez que les témoins défavorables au préfet sont "payés" , alors que l'hôtesse d'air france (si hôtesse il y a ) est, elle, salariée d'une entreprise dont on comprendrait très bien qu'elle ne souhaite pas se faire d'ennemis...

Au demeurant, il doit bien y avoir des caméras de surveillance non?

4.Posté par thierry le 19/08/2009 10:52
il serait temps d'avoir le témoignage de cette hôtesse, ou les relevés vidéos .

A t'il seulement été entendu par la police, mis en examen ?

5.Posté par zébulon le 19/08/2009 12:52
@PDJ,
M. de Langlade a été lavé des accusations portées à son encontre ; quel est le problème vous n'avez pas confiance en la justice de votre pays ?
Permettez moi de m'étonner un peu de la chronologie des événements : une plainte déposée, l'intervention d'un député, d'associations, deux autres plaintes sorties de derrière les fagots, ça semble gros comme une montagne, on est tenté de croire au coup monté
Par ailleurs, ces insultes de ceux qui ne savent rien d'autre que cette façon qu'ont les médias de présenter l'information, ce ton polémiste et accusateur repris par tous sans la moindre vérification, c'est tout bêtement révoltant... On veut la peau d'un des serviteurs de l'Etat les plus dignes que j'ai eu l'occasion de croiser. De fait, en un monde objectif, l'historique de M. de Langlade jouerait davantage en sa faveur qu'en sa défaveur.

6.Posté par Pierre Dupuy Junior le 19/08/2009 14:25
Euh... Nuance, il n'a pas été "lavé des accusations portées à son encontre": il a gagné son premier procès sur une question de procédure (plainte mal rédigée) . Pour vous en assurer, les articles d'époques sont encore consultables sur le net, avec des citations du jugement.

Sur le deuxième procès, je cherche désespérément depuis plusieurs jours le jugement de la Cour d'appel, introuvable sur le net. Du coup, on ignore complètement pourquoi elle l'a relaxé (une question de procédure aussi?) . C'est assez étrange d'ailleurs car en temps normal, les associations se seraient portées en cassation (ce sont des pugnaces) : pour qu'elles ne l'aient pas fait, il faut qu'il y ait eu un gros problèmes. (j'aimerais d'ailleurs m'assurer d'un fait: dans le premier jugement, le journal ayant publié l'article avait été condamné mais je ne trouve aucune trace qu'il ait été relaxé en appel)

On ne peut donc guère dire que son historique joue en sa faveur... D'ailleurs, nul besoin d'être juge pour lire ses précédentes "sorties" et se rendre compte que ce mec a un problème sérieux...

Vous oubliez quelques faits dans votre chronologie et utilisez un terme abusivement. Permettez que je reprenne:

- une plainte et une main courante déposée
- suspension du préfet
- intervention des associations, s'indignant officiellement
- soutien divers sur le net, intervention du préfet
- dépôt de deux autres plaintes
- contact téléphonique entre le député PS guadeloupéen et la première plaignante

Votre souci c'est le timing des deux autres plaintes et du contact téléphonique? En quoi? C'est la première plaignante qui révèle au député deux nouvelles plaintes de personnes présentes! Quant aux raisons, elles sont faciles à imaginer, dans l'optique des faits tels que décrits par les plaignants: peur dans un premier temps, puis rassurés par l'écho donné dans la presse et par la suspension et enfin peut être indignation face aux dires de Girot de Langlade à la radio.

7.Posté par zébulon le 19/08/2009 16:16
@PDJ
Très bien ! et vous pouvez même rajouter l'AFP le 14 août à 15h55
"Le délégué interministériel à l'Outre-mer Patrick Karam a salué vendredi la "tolérance zéro" du gouvernement"

8.Posté par Pepita le 19/08/2009 23:06
Donc, en résumé, les décisions de justices ne valent rien contrairement aux articles de nos chers journalistes, et les plaintes sont des preuves suffisantes. Mais alors à quoi bon la présomption d'innocence, à quoi bon des tribunaux, remplacons les tribunaux par les médias, les juges par les journalistes... A bas l'Etat de droit!!

9.Posté par Pierre Dupuy Junior le 20/08/2009 09:53
8. Une relaxe ne signifie pas que quelqu'un est innocent ni même que le tribunal le juge comme tel! En l'occurence la seule décision de justice disponible sur le net concernant Girot de Langlade , c'est la première, qui le relaxe non pas parce que le juge estime que ses propos ne sont pas racistes mais parce que la plainte déposée par les associations était mal rédigée et pas assez précise... Une pure question de procédure, pas une question d'innocence ou de culpabilité! Dans la deuxième affaire il a été condamné puis relaxé en appel mais le jugement est introuvable , ce qui fait qu'on ne sait pas pourquoi il a été relaxé... Encore une question de procédure? De plus, nul besoin d'être juge pour lire ses propos de l'époque dans les média et constater qu'effectivement lesdits propos sont racistes...

Le fait est d'ailleurs que jusqu'à preuve du contraire, le jugement concernant le journal dans le deuxième procès n'a pas été cassé: on a donc un cas assez somptueux où un journal a été condamné à un euro de dommages et intérêts symboliques pour avoir publié des propos racistes... pour lesquels la personne qui les a tenu a été relaxé en appel! En somme, les propos seraient racistes quand on parle du journal les ayant publié mais pas quand on parle de la personne les ayant tenus!!!!

Je serais donc fondé, en droit , si ce fait se confirme (je vais essayer de demander copie du jugement aux associations parties civiles et au greffe de la cour d'appel de Paris) , de dire que les propos tenus par Girot de Langlade dans cette deuxième affaire sont racistes, bien qu'il n'ait pas été condamné, puisque le journal lui l'a été.

Ce n'est pas nier la validité des décisions de justice que de les lire jusqu'au bout et d'essayer de comprendre tous leurs tenants et aboutissants. Ca a même un nom: faire du droit.

10.Posté par zébulon le 20/08/2009 10:02
@pepita
Les décisions de justice sont les seules décisions. L'Opinion s'est toujours comporté en tribunal révisionniste pour rendre sa sentence contre l'autorité qu'elle exècre
Ce lynchage virtuel est la forme moderne d'une lapidation par la foule en colère, celui qui meurt sous ses coups n'est qu'un défouloir de toutes les rancoeurs dont il n'est pour rien

11.Posté par Tara le 20/08/2009 10:15
L"innocence et la culpabilité se détermine sur les décisions de justice uniquement... quelque soit les fondements de la relaxe, une une personne qui n'est pas condamnée est innocente, c'est le droit. Ne pas respecter cela c'est ne pas respecter l'Etat de droit.
Et au lieu de se fonder sur les interpretations journalistiques, vérifier un peu vos source et travailler vos connaissances juridiques, si le blog a été attaqué ce n'est pas pour les propos du Préfet mais pour les post des internautes

12.Posté par maronaz le 20/08/2009 10:48
zébulon la lé pa inpé kont nwar sa??? li té laba kwé??? ankoz li transform sat la été viktim an koupab konmsa???? zébulon, zébulon....oubli pa ousa oulé....

13.Posté par Pierre Dupuy Junior le 20/08/2009 11:03
Nuance: ça signifie simplement que le juge n'a pas caractérisé les faits, puisque ceux ci sont non contestés. Je n'ai pas besoin d'une décision de justice pour dire de quelqu'un qu'il est raciste, sans quoi Sarkozy par exemple se ferait des couilles en or avec les dommages et intérêts!!! En effet, je ne dis pas qu'il est coupable du crime dont on l'accusait, juste que: 1°) sa non culpabilité n'a pas été démontrée et 2°) que malgré tout, les propos tenus sont à caractère racistes, même s'ils ne rentrent pas dans une qualification juridique. Du coup, je ne porte en rien atteinte au principe de présomption d'innocence: pour ça il faudrait que le préfet soit soupçonné ou poursuivi d'un crime ou que je nie qu'il ait été relaxé... Je donne juste mon interprétation personnelle de faits pour lesquels il a été poursuivi et sur lesquels le tribunal n'a pas tranché et ne tranchera jamais puisqu'ils sont prescrits!

Quant à la vérification des sources, vérifiez les vôtres: le journal a été attaqué pour... les deux: les propos du préfet ET les posts des internautes. Du moins, la citation à comparaître , selon wikipedia, le présentait comme "complice" des propos tenus par le préfet.

14.Posté par zebulon le 20/08/2009 13:31
Le racisme s'exprime de façon beaucoup plus insidieuse et pernicieuse à travers l'inanité des occupations humaines

15.Posté par Tara le 20/08/2009 13:43
Désolé, mais sans jugement à l'appui, dire que qq'1 est raciste relève de la diffamation. Et au titre de la présomption d'innocence, personne n'est coupable tant qu'il n'a pas été condamné. Article 9 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen: "Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait u[été déclaré ]ucoupable"
Quant à vos sources ce sont des dires diffusés sur internet :"Du moins, la citation à comparaître , selon wikipedia, le présentait comme "complice" des propos tenus par le préfet." Bravo, pour le travail journalistique approfondi!

16.Posté par Pierre Dupuy Junior le 20/08/2009 15:31
15. Hé bien qu'il m'attaque! On verra laquelle de nos deux interprétations du texte le tribunal appuie... J'ai hâte de voir ça!

Cependant, je rappelle quand même que la diffamation impliquerait que je sois incapable de prouver mes dires. Or, bien que les faits reprochés à Girot de Langlade ne soient pas condamnables ou condamnés par le système pénal, il faut comprendre que le système pénal ne condamne pas TOUTES les formes de racisme. Et que je peux argumenter, auteurs à l'appui, que ses propos relèvent d'un schéma de pensée raciste (citations d'auteurs à l'appui: Taguieff, par exemple) et que je ne me place donc pas dans le cadre de la diffamation (en effet, je ne caractérise absolument pas juridiquement les faits: pour moi ses propos, bien que non condamnables pénalement, sont dans cette zone grise au delà du droit qui recouvre tous ces comportements non condamnables par le droit mais proches par l'essence de faits eux mêmes condamnables) . Je l'invite donc à me poursuivre puisque, si j'ai raison sur cette interprétation, le tribunal sera contraint, avant de me condamner ou de m'innocenter, de déterminer si ce que je dis est faux ou non et donc de donner cette fois ci son opinion sur les propos du préfet et non plus seulement sur leur qualification juridique... On aura donc cette fois ci un avis officiel!

Quant à la présomption d'innocence, comme je vous l'ai dit, elle ne joue pas: 1°) je ne dis absolument pas qu'il est coupable d'un quelconque crime (tout au plus ai je attiré l'attention sur une erreur de droit de quelqu'un plus haut qui estimait qu'il avait été lavé des accusations pesant sur lui: c'est faux, il n'a ni été innocenté ni été jugé coupable, le procès s'est arrêté avant cette phase, on n'a donc pas l'avis du juge sur la question) mais que ses propos, bien que non pénalement sanctionnables, sont peu ragoutants (appréciation personnelle et non juridique, encore une fois) et 2°) pour que présomption d'innocence il y ait, il faudrait qu'il y ait procès. Or de procès sur ces anciens propos il n'y en a plus... Quant aux nouveaux propos, je me suis contenté de dire que jusqu'ici il a très peu d'éléments en sa faveur, pas qu'il était coupable! Et je l'ai fait en réaction à quelqu'un qui a publiquement estimé que les témoignages contre lui étaient peu fiables, de manière à lui signaler que compte tenu du nombre de témoins de part et d'autres, d'accuser les plaignants, plus nombreux, d'être "achetés" (tiens, c'est pas de la diffamation ça par contre? ) et mettre en doute leur parole simplement "parce que" relève d'une conception étonnante de la fiabilité des uns et des autres, surtout compte tenu des précédents qu'a connu le préfet. Ceci ne signifiant pas que le préfet est coupable (je ne me permettrai pas :) ) mais juste qu'à l'heure où je vous parle, il est en position de faiblesse sur ce dossier et qu'il est un peu facile de rejeter les témoins de l'accusation sans le moindre début de preuve infirmant leurs dires... Mais si le préfet réussissait à apporter les preuves de son innocence, tant mieux! Quant à l'issue de la procédure, et à sa culpabilité supposée, je suis bien incapable de vous le dire mais s'il est avéré qu'il a prononcé ces paroles et agi de la sorte, je regretterai qu'il n'y ait aucune conséquence pour lui, même si le tribunal venait à estimer que ces propos ne sont pas pénalement condamnables (ce qui est possible, aussi) . Une mise à la retraite anticipée, dans ce cas, s'imposerait, à mon sens.

Concernant mes sources, j'ai cité wikipedia parce que c'est facile et rapide et que je n'avais aucune envie de passer des heures à retrouver des articles en parlant. Et comme ce n'est pas mon job (contrairement à ce que vous semblez prétendre, je ne suis pas journaliste) , je vais au plus facile.

17.Posté par zebulon le 21/08/2009 10:07
Maronaz, on est pas POUR quelqu'un parce qu'il est noir, ça, c'est du racisme !
En tout cas, vous avez eu de la chance à la Réunion, vous avez bénéficié dans le cadre des états généraux, de l'expérience d'un préfet quand les autres DOM n'ont eu que celles de sous-préfets !

18.Posté par Candy le 21/08/2009 10:39
Raisonnement bien confus et énervé...
1)"le système pénal ne condamne pas TOUTES les formes de racisme" ???
2) Les raisonnements de certains philosophes c'est bien, mais je vous rappelle qu'un tribunal juge encore droit...
3)"la présomption d'innocence, comme je vous l'ai dit, elle ne joue pas"????
4) Vous dîtes qu'il est raciste,, donc vous laissez entendre qu'il est coupable
5)Il y a eu procès, et il n'a pas été déclaré coupable, donc il est innocent. A ce que je sache, la déclaration des droits de l'homme est universelle, elle s'applique donc à tout le mode

19.Posté par Tantine Zaza le 21/08/2009 12:23
Imaginez que ce soit un coup monté par des gens mécontents des Etats généraux.
Imaginez qu'ils soudoient des employés de la sécurité, pour pousser à bout un préfet qui gère les Etats généraux. Donc ils le provoquent à Orly.
Celui-ci, bafoué dans son orgueil et dans son honneur, réplique violemment et s'emporte en tenant des propos qui dépassent sa pensée.
Plaintes sont portées, contre le préfet bien sûr...
C'est gagné, on a jeté l'opprobre sur les Etats généraux de l'Outre-mer...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales