Politique

Patrick Lebreton va être reçu par le ministre de l'Ecologie : "Les pratiques du Parc national doivent changer"

Patrick Lebreton va être prochainement reçu par le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, pour aborder les problématiques liées au Parc national.


P. Lebreton aux côtés de V. Lurel, le ministre des Outre-mers (photo d'archive)
P. Lebreton aux côtés de V. Lurel, le ministre des Outre-mers (photo d'archive)
Le député-maire de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, a interpellé le ministre de l'Ecologie sur la situation du Parc national de la Réunion, à l'occasion de l'examen par l'Assemblée nationale de la mission "Ecologie" du budget 2014, jeudi 7 novembre.

Pour Patrick Lebreton, "les espaces naturels, la faune et la flore endémiques de la Réunion doivent être préservés" et "le Parc national présente un intérêt", explique-t-il dans un communiqué.

Néanmoins, pour le député socialiste, "les pratiques du Parc doivent changer. En effet, La Réunion occupe un espace naturellement restreint. Or l’exigence de développement économique et d’émancipation sociale des Réunionnais ne peut tolérer qu’une partie importante de son territoire soit transformée en un sanctuaire où rien n’est autorisé, un sanctuaire où tout projet est condamné".

"La Réunion est un territoire vivant, habité depuis 4 siècles, qui connaît une forte dynamique démographique et dont la population a développé des activités", poursuit le député-maire.  

"Le Parc de La Réunion est habité, il s’y est développé des activités traditionnelles d’élevage et de culture ainsi que des services touristiques : elles doivent être préservées et même encouragées. Face à cette exigence, les pratiques du Parc doivent profondément évoluer, cesser d’être autoritaires et laisser davantage de place au dialogue avec les différents acteurs", estime Patrick Lebreton.

Le ministre chargé de l'Ecologie, Philippe Martin, a donc proposé à Patrick Lebreton une prochain rencontre sur le thème du Parc national, "afin d’aboutir à une coopération rénovée entre les instances du Parc et 1’ensemble des acteurs notamment les collectivités", conclut le communiqué.
Vendredi 8 Novembre 2013 - 16:49
G.K.
Lu 1562 fois




1.Posté par alors, vous les ouvrez vos yeux ? le 08/11/2013 19:27
Et sur la crise requin, y a rien ?
ça ne l'interpelle pas, le ministre ?
le parc des hauts ça gène un peu = audience
les requins bouffent nos jeunes = rires à l'assemblée ...
E-C-OE-U-R-E.........................

2.Posté par John Galt le 09/11/2013 09:06
la dictature soviétique écologiste française a mis en place un parc national des hauts qui était géré d’antan par l'ONF cet organisme accomplissait remarquablement les fonctions donnant des travaux saisonniers pour des individus , aujourd'hui l'on a ce foutoir de parc avec son lot de crétins incompétent et des des emplois fictifs qui ne connaissent qu'une chose emmerder le monde par la spoliation de la Réunion , ils avaient promis 15 % de manne touristiques en plus, l'on a beau chercher mais même en soulevant le tapis dans les gites vous ne trouverez pas la moindre âme d'un touriste supplémentaire le parc est donc responsable d'un blocage économique absurde l'on a pas besoin des écolos pour faire de écologie et de la protection environnementale je suis étonné de voir comment le modèle néozélandais est parvenu à protéger son environnement sans une bande de crétins spoliateurs

3.Posté par Shun le 09/11/2013 11:35
Le député Maire aux 53% de chômage a parlé...

4.Posté par groléfé le 09/11/2013 14:51
si j'étais lui je la fermerai car si on nous met au même régime que les parcs nationaux y aura plus du tout de concertation et il comprendra ce que sont les parc "ancienne génération" genre directives nationales point final

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales