Politique

Pas question pour l'Etat de s'immiscer dans les affaires de la SRPP


Le conflit qui vient de s'achever à la SRPP est remonté jusqu'au palais Bourbon. Lors de la séance des Questions au gouvernement, le député de la 7e circonscription, Thierry Robert, a remis sur la table le souhait formulé par ses soins en 2012 de sortir le département du monopole de cette entreprise de stockage de carburants.

"La SRPP a quasiment une mission de service public et l’entreprise a été créée grâce à des fonds publics. Début 2012, j’avais déjà proposé que l’Etat et les collectivités territoriales définissent un cadre institutionnel qui leur permette d’être acteurs et décideurs au sein de cette entité. Ces propositions ont été partagées par l’ensemble des acteurs lors d’un débat organisé par le préfet organisé en 2012. Elles n’ont toujours pas été concrétisées", a amèrement rappelé le député pour qui "l’idée d’une nouvelle gouvernance du stockage des hydrocarbures à La Réunion paraît légitime".

La fin du monopole de la SRPP est une décision qui doit être prise, selon lui, alors même que "le tout-automobile devient un risque insupportable pour notre île". Aller vers cette transition du mode de déplacement nécessite la mise en place d’un réseau de transports collectifs n’utilisant pas les énergies fossiles et financé par le "fléchage" d'une part des quelque 260 millions d’euros de TSC (taxe spéciale de consommation) perçus par la Région sur les hydrocarbures. Il revenait à la ministre des Outre-mer de marquer la position du gouvernement alors que la question s'adressait à la ministre de l'Ecologie.

"Je ne crois pas que nous puissions aller beaucoup plus loin"

Trois projets de bus à haut niveau de service à La Réunion sont déjà soutenus financièrement par l'Etat à hauteur d’une subvention de 15 millions d’euros, a précisé George Pau-Langevin.  

"Je ne suis pas persuadée que nous puissions aller beaucoup plus loin. Il appartient donc aux collectivités territoriales de prendre des mesures pour flécher la taxe spéciale sur la consommation vers d’autres modes de déplacement", a-t-elle toutefois envisagé.

Sur le conflit de la SRPP et ses conséquences récurrentes sur la vie économique, la ministre s'est calquée sur la lecture du préfet il y a deux jours.   

"il s’agit d’un conflit qui concerne une entreprise privée. Par conséquent, le préfet de La Réunion a pris les mesures utiles pour assurer la continuité des approvisionnements. Il a été le garant efficace de l’ordre public. Je ne crois pas que nous puissions aller beaucoup plus loin, d’autant que ni les emplois ni la pérennité de la société ne sont menacés. Le modèle actuel relève de l’économie régulée : l’État intervient dans la fixation des prix et vérifie que la rémunération de l’opérateur est juste. Cela étant, je ne vois pas comment l’État, qui n’est pas actionnaire, pourrait être présent au conseil d’administration de cette société privée !" a répondu George Pau-Langevin.
Jeudi 5 Mars 2015 - 04:00
Lu 1843 fois




1.Posté par vanille le 05/03/2015 06:22
Ben voyons, il vaut mieux s'immiscer dans la suppression des jours fériés catholiques.


2.Posté par moi le 05/03/2015 08:05
Pkoi n'a ton pas retardé l'effet d'augmentation? aprés tt le carburant de la semaine dernière est normalement moins chère que cette semaine et les cuve étant pleine sa aurait été juste non? pkoi le monopole est il sponsorisé par l'état?

3.Posté par CCIRPP le 05/03/2015 09:45
je ne comprends pas toutes ces actions ou discours stériles de tous ces politiques qui veulent casser le monopole tout en le protégeant voir en le finançant
en 2012 la ccirpp sarl a prouvée en important du carburant et devenant juridiquement le deuxième importateur de l'ile et l'est toujours a ce jour
faute de soutient politique et financier a part égale de ce qu'a touché en 2012 le monopole de ces mêmes qui veulent casser le monopole la CCIRPP a engagé seule divers recours contentieux tant
nationale que communautaire (DGCOMP) ou à la HAC pour discrimination,entrave en bande organisée a libre concurrence et stockage,discrimination et favoritisme à l'aide d'état

et sa c est pas du bla bla politique c est du reel
alors de crier pour rien dire venez soutenir la CCIRPP dans ces démarches contentieuses
et dans 4 mois il n y aura plus de monopole et je prends les paris

4.Posté par Gérard Jeanneau le 05/03/2015 10:03
Je ne vois pas comment l’État, qui n’est pas actionnaire, pourrait être présent au conseil d’administration de cette société privée ! " a répondu George Pau-Langevin.

*****

Ben voyons, madame la Ministre, en demandant à cette société d'entrer dans son capital, comme on le fait pour Air France, et le tour est joué. A l'époque de Maurois, on n'y est pas allé de main-morte. On a nationalisé les banques, par exemple. Plus tard on voulait mettre l'enseignement privé au diapason en mettant le grapin là-dessus; mais le projet a avorté à cause d'une manifestation hors norme. François Mitterand a tremblé : il est sorti de sa coquille pour dire stop à son ministre Savary qu'il a renvoyé illico presto ! Oui, courage, va au diable, vilain ministre !

Mais avec Macron, les socialistes changent de discours : on adore ce qu'on a honni : j'aime les riches, chante la girouette François ! Comme quoi, on apprend tous les jours ! Et même on va jusqu'à se recycler comme Mélenchon.

Dame France navigue encore sur un pauvre pédalo, malgré nos quatre députés socialistes réunionnais, qui applaudissent le maître même lorsqu'il est au bord du précipice.

5.Posté par Gérard Jeanneau le 05/03/2015 10:09

6.Posté par Gérard Jeanneau le 05/03/2015 10:23

7.Posté par noe le 05/03/2015 11:55
Affaire de droit privé !!!!! qui se règle entre partenaires responsables sans se perdre la face !

8.Posté par Boulgoum le 05/03/2015 12:14
Il a été le garant efficace de l’ordre public. Je ne crois pas que nous puissions aller beaucoup plus loin
..................
Si, si , vous pouvez allez plus loin en démissionnant vu que l'Etat a été incapable de garantir le principe d'ordre public dont la notion est évidente lorsque le trouble provoque un danger ou une restriction des libertés des autres citoyens, notamment celle économique.

9.Posté par Boulgoum le 05/03/2015 12:15
"La SRPP a quasiment une mission de service public et l’entreprise a été créée grâce à des fonds publics.
...............
Voilà pourquoi le Préfet devait intervenir dès le premier jour.....Si la SRPP a été créé avec des fonds publics pourquoi l'Etat n'est pas actionnaire?

10.Posté par francais le 05/03/2015 12:54
Pour l'Etat, nous ne faisons pas partie de la France ! nous sommes des parias

11.Posté par Simagré le 05/03/2015 12:59
Questions: quel est le rôle de la ministre de l'outre mer? Caser l'outre-mer et s'assurer que rien n'avance ici? S'assurer qu'on ne coute presque rien à la France?
Autres questions: comment sont choisis tous ces ministres de l'outre-mer, de la santé, de l'écologie.... payer par nos impôts? Par piston et copinage?

12.Posté par SEVERIN le 05/03/2015 13:39
Bien dit @11 je suis pour qu'il supprime ce ministère de l'Outre-mer,il serve a rien,a part embellir,remplir les poches d'une tiers personne d'un salaire non mérité.In yab des Yvelines

13.Posté par Boulgoum le 05/03/2015 13:51
@10 et 11

L'Outre-mer? Les décideurs politiques regardent l'outre-mer par l'autre bout de la lorgnette.

14.Posté par David Asmodee le 05/03/2015 15:10
L'Etat organise le monopole. Il fixe les prix. Il fixe les marges. Il fixe les taxes. Et quand ça merde, ça ne le concerne pas.

L'hypocrisie et la lâcheté des socialistes n'ont pas de limites.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales