Santé

Partenariat entre l'ARS et l'inVS


Partenariat entre l'ARS et l'inVS
Chantal de Singly, directrice générale de l’Agence de Santé Océan Indien (ARS-OI) et Françoise Weber, directrice générale de l'Institut de veille sanitaire (InVS) ont signé aujourd'hui à Paris une convention sur les modalités de partenariat de la Cire Océan Indien (Cellule interrégionale d’épidémiologie) au sein de l’ARS-OI.

L’Agence de santé Océan Indien (ARS-OI) et l’Institut de veille sanitaire (InVS) partagent la responsabilité d’assurer la veille sanitaire en région. Dans ce cadre, une convention a été signée afin de mieux asseoir l’organisation de cette veille à la Réunion et à Mayotte, au travers de deux plateformes de veille et d’urgences sanitaires coordonnées par la direction de la veille et de la sécurité sanitaire.

Ces plateformes permettent la réception et l’analyse des signalements d’événements sanitaires de toute origine. En rapprochant la surveillance et la veille sanitaire de la gestion des risques sanitaires, ces plateformes garantissent une meilleure réactivité et une plus grande efficacité de l’action publique.

Au sein de ces plateformes, la Cire Océan Indien, co-pilotée par l’ARS-OI et l’InVS, a pour missions principales la surveillance épidémiologique, l’identification des menaces sanitaires, l’alerte et l’appui à la gestion de ces situations. Ces missions s’effectuent avec une indépendance de l’expertise scientifique dont l’InVS est le garant.

L’ARS-OI assure en région le traitement des signaux sanitaires et environnementaux dans une perspective d’évaluation des risques, d’alerte et d’action précoce, en cas de menace pour la santé des populations.

L’InVS est chargé de surveiller l’état de santé la population et d’alerter les pouvoirs publics en cas de menace pour la santé dans tous les domaines de la santé publique et est représenté en région par 17 Cire au sein des ARS.

Un partenariat fort pour répondre avec réactivité et efficience aux menaces sanitaires pouvant survenir à La Réunion et à Mayotte.
Jeudi 24 Février 2011 - 18:14
Lu 1767 fois




1.Posté par Paroles, Paroles et Paroles et toujours des Paroles... le 25/02/2011 10:24
Du vent, encore et toujours et rien que du vent. On se souvient de l'excellence du traitement de la crise du chik par le couple de choc [DRASS-Cire RM]. On pourra toujours rétorquer que c'était une crise et qu'elle était imprévisible et ingérable. OK, je veux bien l'admettre, donc à quoi servent ces services, s'il ne peuvent ni prévoir, ni lire les signaux d'alerte, ni tirer la sonnette d'alarme auprès du représentant de l'Etat et encore moins mettre en place un plan qui tienne la route. Le gouvernement en place depuis 2002 a toujours clamé haut et fort : "moins d'État, mais mieux d'État". Si on voulait vraiment diminuer les dépenses de l'Etat (ce qui est juste dans un contexte de diminution de recettes), sans uniquement une logique comptable (je retranche uniquement guidé par le gain immédiat et élevé), pourquoi ne pas commencer par ces soi-disants agences-instituts et autres fariboles qui n'ont qu'un seul objectif : placer et récompenser les fidèles (enfin je veux dire les plus méritants), pondre des rapports que personne ne lit (tiens ça permettrait de faire diminuer la quantité d'arbres abattus et entrerait dans la lutte pour la Prévention des déchets) et brasser de l'air. Au lieu de toucher aux policiers, infirmiers et enseignants, même si c'est un fait que ces administrations couvrent en leur sein une palanquée de fainéants et de gratteurs de cul professionnels (dont la palme d'Or revient à l'Outre-Mer, La Réunion en tête vu le nb d'habitants et le ratio service public/administré), ce sont tout de même des services dont on ne peut se passer et le jour où on en a besoin, au commissariat, aux urgences ou à l'école sur 4 présents dont 3 gratteurs de cul, on sera bien content d'être pris en charge par le 4ième.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales