Faits-divers

Parents trop jeunes, immense misère affective et matérielle, un bébé de 17 mois martyrisé…

Correctionnelle Sud - Mardi 31 mai 2016


Parents trop jeunes, immense misère affective et matérielle, un bébé de 17 mois martyrisé…
Une affaire qui vous donne à désespérer du genre humain. Car on ne peut pas accuser les médias de ne pas donner d’informations. Sur les mille et un moyens de se prémunir contre une grossesse non désirée, par exemple.

Un "môme" de 21 ans

Alexine (*) a enfanté sans le vouloir alors qu’elle était mineure, 15 ans à peine franchis. Quelques mois plus tard, elle rencontre Louis (*), 21 ans mais qui en paraît 17 physiquement et guère plus intellectuellement ou psychiquement. S’il continue à habiter chez son papa, les deux jeunes se rencontrent régulièrement.

Jusque là tout irait à peu près bien sauf que le bébé, il pleure beaucoup et se révèle vite très capricieux et dominateur.
Les coups vont alors s’abattre sur le gamin jusqu’à ses 17 mois (17 mois !!!), quand un voisin, alerté par ses cris de souffrance, ne lance un "signalement" à la gendarmerie de Saint-Pierre.

Lésions, ecchymoses, abrasions…

Sur tout le corps du bambin, le médecin découvre quantité de traces de coups, dont certaines très anciennes, des marques de pincements violents dans le dos et sur les épaules. D’où il ressort que cet enfant a subi un véritable calvaire plusieurs mois durant.
La jeune maman, déjà condamnée pour ces faits par le tribunal des mineurs (elle a aujourd’hui à peine 17 ans), a juste admis "quelques tapes, des coups de savates". Et son grand dadais de même. A croire que le bébé s’est violenté tout seul, explication qui n’a convaincu personne, on s’en doute un peu.

Puis, au fur et à mesure, de timides tentatives d’explication se font jour : "Elle n’y arrivait pas, alors je lui ai dit d’être plus sévère". Sauf que les dires de la maman le présentent comme cogneur lui aussi.

"Oui mais c’était à but éducatif ", tente-t-il en désespoir de cause. Educatives, les lésions sur tout le corps ? Educatives, les nombreuses ecchymoses ? Educatives, ces abrasions qu’aucun des deux n’explique ? Educative, cette ancienne cicatrice à l’arcade sourcilière ?

Un long regard désespéré

Lorsqu’il fut mis en garde-à-vue, il en profita pour quitter sa compagne : "Le papa d’le marmaille té jaloux, moin lavé peur sa réaction in jour".

Il est tellement plus facile de frapper un bébé de 17 mois que d’affronter un adulte apte à se défendre.

"D’ailleurs je les ai oubliés !" Quelle élégance !

La substitut Coupry, après s’être appesantie sur le cas de ce majeur/mineur inconscient, violent et lâche, n’a réclamé qu’une peine de 3 mois avec sursis.

"Qu’avez-vous à dire pour votre défense ?" a demandé la présidente Tomasini.
Un long regard désespéré d’adolescent attardé, à la ramasse, paumé, fut sa seule réponse. Trois mois avec sursis.


(*) Prénoms d’emprunt.

P.S. : Opinion personnelle : la substitut Coupry a eu une phrase que j’ai extraite de mon compte-rendu afin de ne pas prêter à confusion. Car il va de soi que je réprouve totalement les mauvais traitements à enfants, encore plus à des bébés. Mais quand j’entends : « Le droit de correction n’existe pas », je crie au secours. L’angélisme soixante-huitard est toujours virulent.
 
Mardi 31 Mai 2016 - 17:44
Jules Bénard
Lu 2359 fois




1.Posté par Affreux le 31/05/2016 19:55
Un calvaire dés le berceau et pas " qu" ' à 17 mois ! Quant au droit de correction ce n'est pas etre 68tard que de condamner et l'exclure c'est etre humain et non une brute épaisse sans cervelle . Nul besoin de violence pour élever éduquer ! Bien au contraire mais pour cela il faut avoir un cerveau un coeur et faire des efforts . ^^ P S pitoyable donc .

2.Posté par avis personnel le 31/05/2016 21:24
@ l'auteur :

j'ai bien réfléchi, et je me pose la question suivante : si on peut légitimement frapper un enfant, fut-ce le sien, comment ne pourrait-il en être de même pour le conjoint?

ainsi, votre femme pourrait se plaindre que vous l'ayez frappée (et donc pourrir votre réputation à jamais), mais pas votre enfant?
pourtant, une claque sur une femme adulte ne fait pas plus de mal qu'une claque sur un enfant ; corrigez-moi (sans violence) si je me trompe.

alors : quid???

3.Posté par KLD le 31/05/2016 21:50
non , nou lé pa "formidable , malgré les pub du conseil départementable et de la "région ", pas tout le monde en tout cas , vu les "faits diverses" .

4.Posté par Brigitte le 01/06/2016 03:26
bein y aime coké. alors que lé encore un zenfant. c est une mode ca. après i dit c est une maman.

5.Posté par dègue le 01/06/2016 09:05
mwin lé misère, mwin mi gagne pi...
trop facile ; encore un exemple pourri d'une société qui tire sans cesse vers le bas !!
et qui fabrique des boulets.

6.Posté par cloe le 01/06/2016 11:16
pauvre ti bout , j 'espère qu'il aura un meilleur avenir avec des gens aimant avec une bonne éducation.

7.Posté par ccmoin le 01/06/2016 13:39
Parasites de la société!!!

8.Posté par sortez de la france le 01/06/2016 16:35
bah c'est pas nouveau ici c'est le moyen age

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales