Société

Parc national: Le collectif C.Mac manifeste et exige un référendum sur le projet de charte

Porte-voix, banderoles, musique... les membres du collectif C.Mac (Collectif pour le maintien des activités au coeur de la Réunion) sont là pour accueillir les représentants du conseil d'administration du Parc national de la Réunion, environ 90 personnes, qui doivent se réunir cet après-midi au siège de la DEAL, à la Providence, pour voter des décisions budgétaires modificatrices pour le prochain budget. Les membres du C.Mac demandent la mise en place d'un référendum d'initiative populaire pour l'élaboration de la charte du Parc national et ont fait remettre une motion adressée au président du Parc.


Parc national: Le collectif C.Mac manifeste et exige un référendum sur le projet de charte
"Depuis le 18 janvier dernier nous avons lancé une pétition (ndlr: qui a récolté 1.500 signatures) pour demander la tenue d'un référendum d'initiative populaire pour acter la future charte du Parc national", explique Antoine Fontaine, représentant du C.Mac. Si les membres du collectif ne se disent pas contre la mise en place du Parc national, ils demandent à ce que les Réunionnais soient entendus. "Les dossiers n'avancent pas que ce soit du côté des agriculteurs, des horticulteurs ou des commerces ambulants. Rien ne se passe", ajoute-t-il.

Cet après-midi, les représentants du Parc national doivent se réunir pour un conseil d'administration avec à l'ordre du jour les décisions modificatrices du prochain budget. Un conseil d'administration qui aura du retard (ndlr : prévu à 13h30) puisque les membres du C.Mac barrent la route pour accéder aux locaux de la DEAL. "Le Budget du Parc national est de 8,4 millions d'euros. Seulement 700.000 euros sont consacrés à la protection de l'environnement, le reste étant alloué aux frais de fonctionnement et aux charges de personnels. Vous trouvez ça normal ?", s'interroge Antoine Fontaine. Renseignement pris, le budget avoisine plus les 7 millions d'euros, entièrement financé par l'Etat, dont 70% représentent les frais de fonctionnement.

"On demande que la notion d'activités humaines, tant professionnelles que de loisirs, soit clairement énoncée dans la définition du Parc national"

La parenthèse budget refermée, Antoine Fontaine souhaite interpeller le président du Parc (ndlr: Daniel Gonthier) en lui remettant une motion. "On demande que la notion d'activités humaines, tant professionnelles que de loisirs, soit clairement énoncée dans la définition du Parc national. On demande également que les activités d'élevage, de commerce ambulant et de culture de géranium, préexistantes, fasse l'objet d'une reconnaissance dans le projet de charte. En plus, on souhaite que les propriétés privées, incluses dans le coeur du Parc sans consultation des intéressés, soient retirées de ce périmètre. Enfin, on demande à ce qu'un référendum soit organisé pour permettre à la population de se prononcer et d'avoir connaissance des enjeux qu'impliquent ce projet de territoire", précise Antoine Fontaine.

Le porteur de la missive sera Xavier Brunetière, secrétaire général de la Préfecture, qui s'est arrêté quelques minutes pour discuter avec les manifestants, notamment Firmin Viry, propulsé parrain du collectif. "L'adminsitration est à l'écoute et nous travaillons pour faire évoluer la charte, pour mettre en place un véritable projet de développement pour la Réunion", explique Xavier Brunétière avant de se rendre à pied au conseil d'administration du Parc.
Lundi 25 Mars 2013 - 14:49
Lu 1574 fois




1.Posté par Collectif Gardien Nout Pei le 25/03/2013 14:46
STOP A LA MASCARADE A L' ENCONTRE DES REUNIONNAIS

2.Posté par ecolo bobo pasteque le 25/03/2013 14:59
Le parc continue dans sa position autiste a se mettre la population a dos comme en temoigne la composition du "nouveau conseil scientifique":

ca pue le conflit d’intérêt à plein nez ou l'instance est composée de membres qui sont deja partie prenante dans différents projet du parc comme la géothermie et l’aménagement paysager (le parc a horreur du naturel??) . Ainsi on va avoir des gens qui vont devoir se prononcer sur leur propres projets.... A ce rythme là, on va y voir entrer bouygue et vinci qui vont donner leur aval pour les telepheriques, le beton etc...

Ils ont meme ete allé ressusciter le controversé patron du labo de volcanologie de clermond ferrand, celui là meme qui avait monté le buzz sur la geothermie pour faire financer par la région ses forages géologiques.

3.Posté par Boa Bill le 25/03/2013 15:11
"Le Budget du Parc national est de 8,4 millions d'euros. Seulement 700.000 euros sont consacrés à la protection de l'environnement, le reste étant alloué aux frais de fonctionnement et aux charges de personnels. " .... nous dit le Monsieur... à vérifier...

"On demande que la notion d'activités humaines, tant professionnelles que de loisirs, soit clairement énoncée dans la définition du Parc national" ... sans aucun passe-droit pour les copains des coquins... je connais des chemins forestiers qui sont interdits aux VTT mai ouverts aux 4/4...

Un Parc national situé sur nos 2500 kms carrés et qui exclurait les réunionnais sera une profonde injustice que beaucoup de réunionnais vont combattre... je dis bien combattre... pacifiquement dans les urnes en faisant en sorte de virer les maires qui ont donné leur accord "à des goyaves de France" qui rêvent d'une Réunion sans les Réunionnais.

Aie ! Pas sur la tête.. siouplé !

Bertel de Vacoa

4.Posté par goyave974 le 25/03/2013 17:48
le discour sur les goyave de france laisse entendre qu'en revanche des goyaves de la reunion ont un blanc seing:


-un telepherique thierry robert?
-des hotels en beton apavou?
- des snacks gonthier, fontaine, hoarau, hamilcaro?
- des forages alain armand?
- des reserves privatives et des eruptions privées juanito boyer?

non merci. Au final on s'apercoit que CMAP et parc sont sur la meme longueur d'onde pour marchandiser (l'unesco dit "valoriser") ce que les forestiers du debut du siecle n'ont pas fini de deboiser.

5.Posté par Chef D''''''''''''''''E/se le 25/03/2013 18:36
Marrant comme on entend toujours les mêmes se plaindre du Parc. Vive la manipulation politicienne (suivez mon regard vers le Tampon et son homme du passé) et les relents syndicalistes vengeurs ... La grande majorité silencieuse, elle, est fière d'avoir un Parc National et un territoire classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Le problème du Parc c'est que sa responsable de communication n'est pas une personne de la génération internet ... Du coup ne s'exprime sur le net que cette bande de terroristes écologiques qui voudraient être kalif à la place du kalif.

6.Posté par string ficelle le 25/03/2013 22:45
Quand des Réunionnais ose s'opposer au système, ils sont forcément manipulés. Pour que tout le monde soit d'accord faisons un référendum et nous verrons bien ce que pense cette fameuse majorité silencieuse fier du parc national de Marylène Hoarau et Daniel Gonthier.

7.Posté par Fernando le 25/03/2013 23:23
"Le probleme du Parc c'est que sa responsable de communication n'est pas une personne de la génération internet"???

Ça me fait ! La on voit qu'il n'a pas des dirigeant ce Parc!!!

8.Posté par martinebonbois le 26/03/2013 07:54
Le cmac n'a jamais parler de marchandisation mais de laisser se poursuivre les activités traditionnelles préexistantes à la création du parc national. sur leur page facebook il dénonce justement cette financiarisation de l'environnement porte ouverte à la finance.

Extrait http://www.facebook.com/c.mac974/info
" De fait, les parcs nationaux dépossèdent les communes, ou les communautés autochtones, de leur territoire et des ressources qu’elles avaient su gérer et préserver. Ils favorisent l’industrie touristique de luxe, les majors du BTP et l’immobilier en faisant grimper les prix, l’industrie pharmaceutique (et autres) grâce aux dépôts de brevets sur les plantes et les savoir-faire… tout en détruisant l’économie l’économie traditionnelle (agriculture, pêche, artisanat, petites et moyennes entreprises…)

Pas de copains coquins justement !

9.Posté par PapaTang le 26/03/2013 09:20
Oté!!!

Martine ou lé bien gentille mais ce que ou fé c de désinformation: le fait de citer les propos du Cmac via leur page FB ne prouve en rien que ce qui est dit est une vérité. Le C.mac accuse la Parc de tout interdire et en même temps prétend que le Parc favorise l'industrie touristique et le BTP. Un peu contradictoire quand même non?
Si l'on s’intéresse vraiment aux vraies actions du Parc,on peut s'apercevoir des nombreuses actions menées dans l’intérêt de La Réunion et des Réunionnais: restauration écologique d'hectares de forêt (Life + Corexerun), actions de protection et de sauvetage des pétrels (en partenariat avec la SEOR), projets pédagogiques dans les écoles....
Le Parc n'est pas un tour operator, tu dois confondre avec l'IRT....
Pour information, l'enquête publique est une forme démocratique d'expression de proximité: tout le monde pouvait se rendre dans sa mairie pour donner son avis, encore fallait il que les communes jouent le jeu jusqu'au bout. Et puis dire que les réunionnais n'étaient pas informés c'est facile: même en ratant la campagne de pub autour de l'enquête publique sur la Charte, les actions du C.mac ont permis à une grande majorité d'être informée.
Camions bars = économie traditionnelle à la Réunion? Je ne suis pas sûr. Ce qui est traditionnel c out bêtise et l'illégalité de certaines de ces activités.
Concernant le budget, êtes vous sûr de ce que vous avancez? Sur quoi vous appuyez vous pour citer ces chiffres? Quel en est le détail? Je suis convaincu que la preuve que vous vous trompez peut être très facilement apportée.
Une chose sur laquelle je suis d'accord c'est sur le comportement de certaines goyaves de France mais cela n'est pas propre au Parc mais à toutes les administrations. Mais attention car d'une part nos goyaves locale ne font pas mieux et voir pire et d'autre part ce n'est pas toujours ceux que l'on voit qui sont représentatifs de la majorité (un peu comme la minorité C.mac qui dit n'importe quoi et veut faire croire que l'opinion publique pense pareil...)

10.Posté par vaubry le 26/03/2013 09:23
attention reunionnais notre ile est belle et j'en suis fiere mais oubli pas ce qui vivent de leurs terres de leurs elevages depuis de generation en generation pourquoi prendre leur terre laissons les travailler!!!!!! merci au cmac pour ce qu'il fait pour eux !!!!!!

11.Posté par martinebonbois le 26/03/2013 11:08
9.Posté par PapaTang le 26/03/2013 09:20 | Alerter

oté papa tang mette ton lunette ouvre ton zoreille et réfléchit avant de parler pour rien dire mais est ce que le fait de travailler au parc national y rende pa ou objectif ou sauve au ti place travail...pour les chiffres exacts du budget nu attende le parc y publie tout ça dans son recueil des actes administratifs si lu publie encore ces décisions.

12.Posté par Entre le marteau et l'enclume le 26/03/2013 12:48
8.Posté par martinebonbois

d'accord avec la ligne directrice a savoir le maintien des activités pré-existantes. On est donc d'accord pour foutre la paix a l'eleveur Begue au fond de la riviere de l'Est.

l'exemple inverse c'est la zone de l'enclos:

- le CMAP defend l'implantation de camion bar sur la coulée de 2007
- Le parc lui, veut construire un rondavelle avec club house sur la coulée de 2004.
- certains membre du conseil scientifiques , eux veulent mettre des belevedere pour afficher leur panneaux d'affichage parce qu'il se considere comme des "artistes".

Faut arrêter de délirer, l'enclos appartient au domaine public, hors de question d'y installer les uns ou les autres, encore moins de privatiser des reserves integrales pour le profits de qq accompagnateur en montagne toute qualité de goyave confondues.


Quand au propos de papatang sur l'enquete publique, on reconnait tellement le langage autiste du parc qui se fout de la gueule du monde qu'il est inutile de décortiquer l'argumentaire. On comprend que les incendies ne sont pas pret de s'arreter tant le parc fait du zele pour se mettre la population à dos.

13.Posté par PapaTang le 26/03/2013 13:25
@12.
décortiquons justement car avec des infos approximatives et l’incitation aux incendies pour manifester son mécontentement, le raisonnement pourrait être très intéressant...

14.Posté par PapaTang le 26/03/2013 13:30
@11
Désolé mi travaille pas au parc. D'autres arguments peut être?

15.Posté par @13 le 26/03/2013 13:59
on va deja parler du choix de la date de l'enquete publique qui illustre l'esprit particulièrement déloyal du parc:

decembre et Janvier cad a dire quand les préoccupations des gens sont de finir l'année:
-boucler les chantiers, les comptes pour les uns,
-preparer les ventes de fin d'année pour les autres
- preparer les fetes et les départs en vacance

puis le mois de janvier avec Dumile, avec coupures d'eau pendant 1 semaine, réseau routier degradé et embouteillages monstres sur le radier de st Étienne.

Pas besoin de faire un dessin: pour des papiers obligatoires on attend la date butoir, pour une enquête publique que le parc a soigneusement annoncé "pour la forme" on vaque aux priorités du moment et on evite de perdre du temps avec la langue de bois de Marylene (en vacance durant la periode... c'est dire l'importance de la formalité) et daniel.

La pratique est habituelle puisque pour notre dame des landes, c'est la periode des vacance de juillet qui avait ete choisie.

16.Posté par http://www.facebook.com/c.mac974 le 26/03/2013 15:37
12.Posté par Entre le marteau et l'enclume le 26/03/2013 12:48 | Alerter

L'activité de commerce ambulant existe à proximité de la Vierge au parasol depuis de très nombreuses années bien avant la création du parc national. Les personnes concernées, nous ne le répéteront jamais assez étaient autorisées par l'ONF ainsi que les mairies en cause à exercer leur activité sur le délaissé de la Vierge au parasol. La réinstallation de la vierge au parasol et la réalisation de la nouvelle route suite à la coulée de 2007 a donc modifié l'emplacement de la vierge, donc celle des deux commerçants ambulants. Pour le troisième présent actuellement à proximité de la nouvelle plate forme installée également en 2007, ce dernier travaillait en contre bas de l'actuelle route.

Lors de notre entrevue hier nous avons indiqué que si une activité de commerce ambulant s'est développée à cet endroit voilà toutes ces années, c'est justement parce que cette zone est sujette aux éruptions, et qu'il serait aberrant de vouloir y installer des rondavelles financées par l'argent du contribuable au regard des risques de coulées. Rondavelles qui seraient par ailleurs une verrue dans le paysage. Les commerçants souhaitent rester ambulant et ont toujours été disposé à faire des efforts pour que leur camion s’intègre mieux dans le paysage mais à proximité de la vierge au parasol, site en partie déjà aménagé.

En ce qui concerne l'élevage traditionnel du fond de la Rivière de l'Est, cette famille travaille là depuis 5 générations. Dire qu'ils occupent illégalement le site est une contre vérité, où alors il faudrait demander des comptes à tous les préfets qui se sont succédés à La Réunion pour ce manquement grave. Si le parc a été capable d’identifier cette zone comme pouvant accueillir un lodge (futur hôtel de luxe dans le cœur du parc), il n’y a pas de raison que 50 vaches parfaitement intégrées dans l’écosystème ne puissent pas rester. Le président du parc a reconnu que cet endroit disposait d’une biodiversité exceptionnelle, nous n’avons pas manqué de lui faire remarquer que ce constat avait été fait malgré la présence des vaches depuis des décennies.

De manière générale le Cmac n’adhère pas à cette volonté de vouloir privatiser des pans entiers de notre île au profit des seuls scientifiques ou tour opérator dans le cadre d’activités encadrées payantes. Le parc doit rester libre dans son entier, accessible à tous les Réunionnais avant tout chose. Qu’il faille revoir certaines pratiques ou mieux les organiser nous n’avons jamais prétendu l’inverse. Au-delà et de manière plus globale, quelle place accordée aux Réunionnais dans le projet porté par le par cet engageant chacun d’entre nous ? Quelle place particulièrement pour les Mafatais ? Quelle agriculture pour demain (actuellement intensive à La Réunion détruisant durablement le territoire et le lagon) ? Quel tourisme ? Quelles formations à destination de nos jeunes pour répondre aux besoins en matière d’emplois dans les domaines du tourisme, de l’agroécologie ou artisanal ? Autant de questions auxquelles le projet de charte n’apporte pas même pas un début de réponse. Quand allons nous vraiment agir pour s’attaquer aux vraies causes de la dégradation de notre environnement (la société de consommation et du profit) ? Le parc selon les textes législatifs doit porter un projet de territoire pour les 80% de l’île concerné par son emprise. Quelle Réunion voulons nous demain pour les nouvelles générations ? Ouvrons enfin le débat par un référendum d’initiative locale !

17.Posté par Martins Bruno MELO le 31/03/2013 16:22
Je pense à mon avis qu'il faille vous entendre avec les autorités sur le sujet pour éviter la confrontation, qui dans la grande majorité des cas ne mène à rien. Proposés peut être un projet qui prenne en compte vos observations et permettra dans les deux camps d’émettre des idées constructive. Ne chercher pas plus loin pour recevoir des conseils opportuns. Rendez vous donc sur : http://architectesdejardins.fr

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales