Culture

Page Cinéma du 9 au 15 octobre

Dans la page cinéma de cette semaine: la critique du biopic chillien, "La Danza de la Realidad", et les dernières nouveautés.


La Danza de la Realidad (Cinepalmes, Ritz, Rex)

Ce film d'Alejandro Jodorowsky est pour certains une oeuvre d'art et de la pure poésie tandis que pour d'autres, des spectateurs peut-être plus fermés et moins habitués aux réalisations de l'artiste, un film bizarre, tordu, sans but.

Car il faut accepter l'originalité de scènes à la fois féeriques, provocatrices et imaginaires pour comprendre le message de l'histoire et apprécier la complexité de La Danza de la Realidad.

Le film est en effet un exercice d’autobiographie imaginaire du réalisateur après 23 ans d'absence et son dernier film, Le Voleur d’arc-en-ciel. Né au Chili en 1929, dans une famille juive dans la petite ville de Tocopilla, Alejandro Jodorowsky subit l'éducation sévère et violente d'un père communiste athée qui aimerait faire de son fils un petit Staline. Par opposition, sa mère est présentée comme une femme pleine d'amour, de tendresse et de foi... à l'image de la maman qui protège son fils. Une mère qui le tient contre sa poitrine volumineuse et pratiquement nue, qu'on ne peut s'empêcher de regarder tout au long du film.

Même si les scènes baignent dans un monde fictif et dérangeant, les faits et les personnages sont réels. C'est même le fils d'Alejandro Jodorowsky, Brontis Jodorowsky qui joue le rôle du père fasciste (donc le grand-père de l'acteur). La phrase du réalisateur, "M’étant séparé de mon moi illusoire, j’ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie", résume bien ce projet autobiographique.

Les scènes sont malgré tout exagérées, voir provocantes. La nudité et des pénis à foison, un focus sur le vagin de la mère qui urine sur le père en chantant de l'opéra pour le soigner de la peste, des garçons qui masturbent des morceaux de bois en forme de sexe... Des détails plus choquants que nécessaires. On peut se demander si le but est de titiller le spectateur en le mettant mal à l'aise ou si cela fait partie d'un message plus profond.

On ne peut bien sur pas résumer La Danza de la Realidad à une suite de scènes bizarres car on apprend l'enfance difficile de cet homme, l'engagement politique du père, sa souffrance et sa rédemption, l'amour d'une mère... Mais il faut se concentrer pour le voir à travers les images absurdes et, il faut l'avouer, étranges.

Pour ceux qui connaissent et qui aiment les oeuvres précédentes d'Alejandro Jodorowsky, ils ne seront pas déçus. Pour les autres, soyez prudents, vous pourriez être surpris.




Page Cinéma du 9 au 15 octobre
Eyjafjallajökull (Le Volcan) (Ciné Cambaie, Lacaze, Plaza)

Une comédie française réalisée par Alexandre Coffre avec Valérie Bonneton, Dany Boon, Denis Ménochet.

Pour les voyageurs du monde entier, l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull est un coup dur. Pour Alain et Valérie, c’est une catastrophe. Car pour arriver à temps dans le petit village de Grèce où se marie leur fille, ce couple de divorcés, qui se voue l’un l’autre une détestation sans borne, va être amené par la force des choses à prendre la route ensemble.




Page Cinéma du 9 au 15 octobre
Planes (Ciné Cambaie, Cinépalmes)

Animation américaine réalisée par Klay Hall avec Dane Cook, Priyanka Chopra, Julia Louis-Dreyfus.
(à partir de 6 ans)

Chaque jour, alors qu’il pulvérise des traitements agricoles sur les récoltes, le petit avion de ferme Dusty se prend à rêver qu’il pourrait voler en compétition au milieu des avions les plus rapides au monde. Seulement voilà, il n’a pas vraiment le gabarit d’un champion, et en plus, il est sujet au vertige ! Comme il n’est pas du genre à renoncer, Dusty fait appel à Skipper, un as de l’aéronavale, pour l’aider à se qualifier lors des éliminatoires du Grand Rallye du Tour du Ciel et ainsi défier sur son terrain Ripslinger, le redoutable tenant du titre. Et c’est au-dessus du monde de CARS, avec l’aide d’une hilarante flottille de casse-cou volants venus des quatre coins de la planète, que Dusty va déployer ses ailes pour relever, sous les yeux des spectateurs du monde entier, le plus grand défi de sa vie...




Page Cinéma du 9 au 15 octobre
C'est la fin (Ciné Cambaie)

Comédie fantastique américaine réalisée par Seth Rogen, Evan Goldberg avec James Franco, Jonah Hill, Seth Rogen.
(avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs)

Invités à une fête chez James Franco, Seth Rogen, Jonah Hill et leurs amis sont témoins de l'Apocalypse.






Page Cinéma du 9 au 15 octobre
Sur le chemin de l'école (Ciné Cambaie)

Documentaire française réalisé par Pascal Plisson.

Ces enfants vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre. Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.

Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…
Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies...

Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école...

C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps…




Page Cinéma du 9 au 15 octobre
Elysium (Cinépalmes, Ritz, Rex)

Film d'action et de science fiction américain réalisé par Neill Blomkamp avec Matt Damon, Jodie Foster, Sharlto Copley.

(avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs)

En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses -  s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.




Page Cinéma du 9 au 15 octobre
La vie d'Adèle (Cinépalmes, Ritz, Rex)

Comédie dramatique française réalisée par Abdellatif Kechiche avec Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche.

(interdit aux moins de 12 ans avec avertissement)

À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve...
Mercredi 9 Octobre 2013 - 16:58
SH
Lu 500 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales