Municipales 2014

PS: Pas de primaires et un candidat socialiste "unique" par commune

Ce matin, la fédération socialiste de la Réunion a tenu une conférence de presse à Saint-Denis. Philippe Leconstant, secrétaire fédéral du PS, a fait un point sur la visite ministérielle de Victorin Lurel, mais également sur les prochaines élections municipales de 2014. Objectif, pas de primaires, mais réconcilier tout le monde et proposer un seul candidat socialiste par commune


PS: Pas de primaires et un candidat socialiste "unique" par commune
Sans commenter en détail la visite de Victorin Lurel, ministre de l'Outre-mer, à la Réunion ce week-end, le secrétaire fédéral socialiste, Philippe Leconstant, a tenu à revenir sur certains points abordés lors de la visite. "Victorin Lurel a insisté sur la vie chère et l'emploi. Il est venu voir le succès du bouclier qualité prix à la Réunion, première étape de la loi de régulation économique", explique en introduction Philippe Leconstant. Ce dernier est revenu également sur l'installation de la cellule vie chère censée "contrôler les prix et sur la bonne tenue du dispositif bouclier qualité prix" dans les grandes surfaces de l'île. "Il s'est donné les moyens de suivre le dispositif. Je tiens à saluer cette méthode", ajoute-t-il.

Après le bouclier qualité prix, les socialistes se sont arrêtés sur le dispositif emplois d'avenir. "600 contrats d'avenir sont signés ou sur le point d'être engagés", rappelle Philippe Leconstant, qui tient à lancer un appel aux collectivités pour mettre en place le plus rapidement possible ce dispositif. L'enveloppe de 5.000 contrats d'avenir allouée pour la Réunion est encore loin d'être épuisée. "On ne pourra pas accepter que l'ensemble des emplois d'avenir ne soit pas utilisé à la Réunion", souligne-t-il. Une nouvelle fois, Philippe Leconstant demande à ce que les querelles "politiciennes" soient mises de côté et tance, une nouvelle fois, la Région pour apporter "sa part" en matière d'emplois d'avenir. Une occasion sur laquelle saute Monique Orphé, députée de la 6ème circonscription, rappelant que le Conseil régional de la Martinique a débloqué prêt de "6 millions d'euros" pour le dispositif. "Les élus pourront toujours expliqué aux 20.000 jeunes qu'il n'y avait que 5.000 contrats cette année, mais ils ne pourront pas s'expliquer sur le fait qu'une partie de ces contrats soit retournée à Paris", lâche le secrétaire fédéral.

"Je rappelle que nous payons les pots cassés de l'ancien gouvernement Sarkozy"

Philippe Leconstant n'était pas là physiquement lors du déplacement de Victorin Lurel à la Réunion. Le premier secrétaire était à Paris au même moment pour assister au conseil national du Parti socialiste. L'occasion pour lui de faire un "bilan" de l'action du gouvernement après 10 mois de pouvoir. "La situation est difficile. Mais François Hollande s'est donné deux ans pour redresser les comptes publics et réduire la dette de la France. Je rappelle que nous payons les pots cassés de l'ancien gouvernement Sarkozy, conjugués à la crise", explique-t-il. "On ne peut pas donner en 10 mois ce qui n'a pas été fait en 10 ans par les anciens gouvernements de droite", renchérit-il. Un gouvernement affaibli et au plus bas dans les sondages.

Et au conseil national du PS, l'affaire Cahuzac était dans toutes les têtes. "Il a fait beaucoup de tort au PS et à la classe politique en général. Il a triché et menti", précise Philippe Leconstant. Mais l'affaire Cahuzac aura eu "un avantage", la moralisation de la vie politique. "L'exemple doit venir d'en haut. François Hollande et les ministres l'ont fait (déclaration de patrimoine ndlr) et les parlementaires vont le faire après la promulgation de la loi (…). Cette affaire Cahuzac a été un mal pour un bien au final", souligne-t-il.

"Les dirigeants nationaux sont sur la même ligne que nous, celle de l'union des socialistes"

Plus localement, Philippe Leconstant a abordé les prochaines municipales et le choix des candidats par le parti. Dans une situation difficile avec le Progrès (mouvement affilié au PS et porté par Patrick Lebreton, Jean-Jacques Vlody, Michel vergoz et Jean-Claude Fruteau), Philippe Leconstant a réaffirmé son intention de travailler pour l'union. "La droite espère une vague bleue et un vote sanction contre le gouvernement. Elle veut transformer cette élection locale en un référendum contre l'action du gouvernement. Mais cette vague bleue n'arrivera pas", promet-il. Une seule solution pour s'y opposer, l'unité au sein des troupes.

"Les dirigeants nationaux sont sur la même ligne que nous, celle de l'union des socialistes", explique Philippe Leconstant. Une nouvelle fois, le secrétaire fédéral a rappelé les règles de désignation des candidats socialistes pour les municipales. "Une désignation en interne et par section. Il n'y aura pas de primaires. On veut faire en sorte que les statuts du parti soient respectés", précise-t-il. En clair, les primaires voulues par le Progrès n'auront pas lieu. Pour essayer de réconcilier tout ce beau monde, une invitation va être lancée pour une rencontre avec l'ensemble des socialistes, Progrès inclus, le tout vraisemblablement chapeauté par David Lebon, actuel secrétaire pour l'Outre-mer au Parti socialiste.

"L'objectif reste un candidat socialiste pour les municipales", conclut Philippe Leconstant. Tout est dit.
Mercredi 17 Avril 2013 - 11:47
Lu 1299 fois




1.Posté par casserolades le 17/04/2013 17:26
"Je rappelle que nous payons les pots cassés de l'ancien gouvernement Sarkozy"

oui ... alors pourquoi ils cassent en ce moment tous ceux qui étaient encore intacts ?
Ils sont excellents pour finir le travail.

Ce qui s'est passé en Argentine en 2001 et 2002... c'est peut-être ce qui nous attend.
Là-bas le peuple a fini par réagir. Depuis l'élection de Cristina Fernández de Kirchner le pays s'est redressé.

Lisez l'article de latinsreporters.com. Un extrait :
"Rassemblant hommes, femmes et enfants, employés, ouvriers, chômeurs et retraités, c'est donc un pouvoir spontané, étranger et hostile aux partis politiques et aux syndicats, qui mène aujourd'hui à coups de "casserolades" la contestation contre tout ce qui symbolise en Argentine la corruption, l'inefficacité et la dégradation de la dignité du citoyen."

Pacifique mais efficace. Il vaudrait bien sur mieux un changement de politique mais ceux qui sont au pouvoir en France ne pensent qu'à sauver l'euro et des intérêts bien étrangers à celui des populations.

2.Posté par MoA le 17/04/2013 17:53
Ou sont passé les leçons de démocratie ?!?

Je rappel encore une fois que "les primaires" ne peuvent qu'un outil d'opposition.

3.Posté par posez vous la question le 17/04/2013 18:38
pas la peine les socialos c'est finie pour vous le changement ça va être en 2014

4.Posté par lol le 17/04/2013 18:38
Après y dit Paris commande pas nous, zote y voit bien que Paris y impose et toute la clic socialiste de réunion se plie

5.Posté par david59200 le 17/04/2013 18:47
ça tombe bien, plus personne n'a envie de voter pour eux !

6.Posté par lol le 17/04/2013 19:49
Il faudrait virer tous les candidats socialistes lors des municipales, dès le 1er tour pour leur apprendre que le mensonge de Flamby,Pépère, Hollande a été si gros qu'ils doivent payés car ils ont tous applaudis , tout en sachant qu'il était en train de mentir, Hollande disait que c'était le devoir de l'Etat de prendre en charge l'augmentation du Gaz et de l'Essence, alors maintenant qu'il est Président, il l'a fait aujourd'hui, ce n'était que du pipeau. Donc virer moi moi les ANNETTE, FRUTEAU, VLODY, BAREIHZ, ORPHE,LEBRETON (le Roi du Sud), ST LAMBERT, et également leurs complices des autres municipalités qui ont appelés à votés Hollande

7.Posté par Les-ateliers-du-changement le 21/04/2013 09:45
6 commentaires contre le PS, démonstration que seule une minorité pense cela et qu'elle est loin de faire oublier à des millions de citoyens les années "Sarkozy". Loin de faire oublier qu'avant de partir, Sarkozy et son équipe ont décidé du gel des barèmes de l'impôt sur le revenu et du coup, par une simple mécanique, chaque année, sans hausse d'impôts supllémentaires, il y aura quand même une hausse des impôts. C'est oublier de dire qu'avec Sarkozy, la classe des travailleurs pauvres et des glaneurs est devenue une réalité quotidienne. Que le nombre de chômeurs a augmenté sans discontinuer 10 mois avant sa défaite. C'est oublier les 600 milliards de dettes accumulées en 5 ans et qui n'ont donné en matière de relance aucun indice significatif de croissance. 600 millirads pour 5 années, cela fait 120 milliards de dettes par an. Ce n'est pas le cas chez Hollande, ne vous en déplaise, et cela à moins d'un mois de la première année de mandat.
Dire que tout est merveilleux n'est pas notre discours, mais oublier de dire l'essentiel pas question ! Car les contribuables en savent quelque chose. Si d'aventure vos impôts sur les revenus augmentent, n'oubliez pas de le dire : C'est avant tout à cause du gel des barèmes sur les tranches fiscales. Ca fera plus mal et cela touchera plus de gens, et bien entendu par forcément les plus riches. Toujours les mêmes (classe moyenne) et en plus les plus pauvres.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales