Courrier des lecteurs

PPR : Enquête publique : Alé Di Partou !


J’ai assisté hier soir à la réunion publique à Bras de Pontho concernant le PPR : le plan de prévention des risques du Tampon.

Il convient de saluer le travail effectué en faveur des Tamponnais et Tamponnaises par les services de l’Etat, de la mairie mais aussi de l’Association Défend Nout’Terrain menée par Madame SARPEDON, à laquelle j’apporte pleinement mon soutien particulièrement après les bassesses politiques de hier soir.

Je l’ai dit au conseil municipal lors de mon vote favorable pour l’eau agricole, je le redis à nouveau « Les débats politiques doivent savoir s’effacer devant l’intérêt premier des Tamponnais. »

La municipalité du Tampon lançait que plus de 1000 hectares ont pu quitter le PPR ; Monsieur le sous-préfet de Saint Pierre annonçait hier soir que sur 656 requêtes déposées 448 demandes de reclassement ont obtenu gain de cause.

Pour rappel, le plan de prévention des risques rendait inconstructibles jusqu’à 7 000 parcelles. Il a été dit hier soir que certaines parcelles ne pourront jamais redevenir constructibles.

Pourtant chaque Tamponnais concerné par le PPR dispose-t-il du même niveau d’information afin de pouvoir récupérer pleinement la valeur de son terrain ? Chaque Tamponnais est-il pleinement informé si son terrain est impacté ou pas par le PPR ? Chaque Tamponnais a-t-il les moyens techniques de défendre son terrain ? 

La municipalité du Tampon, l’Etat qui a tracé ce PPR n’ont-ils pas un devoir d’information individuelle envers chaque Tamponnais ? Le bouche à oreille ne peut pas suffire tant les incidences financières sont importantes pour chaque propriétaire !

2 mois d’enquête publique s’ouvrent sur Le Tampon permettant aux Tamponnais d’obtenir une sortie du PPR de leur terrain. J’invite la municipalité du Tampon à mettre tout en œuvre pour communiquer avec la population comme elle sait si bien le faire : banderole, distribution de flyers...

 Alé Di Partou ! deux mois pour récupérer la valeur de son bien !

Yannis LEBON
Conseiller Municipal
Président du Cercle Démocratique du Tampon
Jeudi 1 Décembre 2016 - 15:26
Lu 640 fois




1.Posté par GIRONDIN le 01/12/2016 21:31
Les reunionmous du tampon ne sont pas d'accord.
Ce Mr est content du travail,Mme Nathalie dénonce le maire........ 😁

2.Posté par A. HOAREAU le 04/12/2016 14:08
29.Posté par A. HOAREAU le 02/12/2016 14:36
https://t.co/ugkzObzjc6
http://archives.clicanoo.re/?page=article&id_article=507569

L’Etat amplifie les risques ravines…puis "P.P.R"ise autour (...)

PUBLIÉ LE 20 JANVIER 2016 05H35
La saison des pluies est là, et cet énième courrier d’alerte est voulu pour confirmer le piteux état des torrents dionysiens. Fidèle à ma démarche, je viens remuer ma plume intrusive et laxative dans les orifices des hautes sphères administratives : DEAL, Préfecture et Cabinet du Président de la République.

En moins de deux mails, j’ai réussi à souder les nababs concernés autour de leurs armes de destruction massive, baptisées « Boucan-Launay » et « Butor » !

Le sujet est à la fois, grave, banal et évocateur.

Grave, parce qu’il concerne un grand nombre de riverains ; Banal, parce qu’il concerne la simple relation « Citoyen / Administration » ; Evocateur, parce qu’il dévoile au grand jour, les capacités des agents de l’Etat à se mettre sous abri en déployant, abrupto, la carapace blindée de la solidarité.

A l’origine de ce conglomérat abscons, il y a la Deal qui s’est auto piégée ; en effet, ses agents (gestionnaires des ravines) se sont enfermés et englués dans leur propre machine à broyer les velléités individuelles. Voilà qui nous place au cœur du « Bang » qui a précipité le chef de ce noyau dur de l’Etat, dans le choix honteux de couvrir les arrières de ses brebis galeuses, plutôt que de remplir et d’honorer ses missions premières, à savoir, servir et protéger les citoyens !

En clair, l’ex-DDE, dans son délire de vengeance à mon égard, s’est offert le luxe de justifier mon classement en zone rouge, en prenant comme argument massue, la présence (en plein DPF) du mur de mon vis-à-vis de voisin … Tout est dit dans son compte rendu du 10/10/07 en ces termes :

« Le mur de protection présent en rive gauche au droit de sa propriété, générait des perturbations à l’écoulement (ouvrage ’rentrant’ en amont vers le lit) et ’pourrait favoriser la formation d’un point d’attaque de la berge rive droite dans cette zone ».

C’est inouï ! Mais, j’ai les noms des agents qui ont signé ce mémorable aveu ! Ce bout de papier est une fabuleuse reconnaissance écrite … de fautes graves ! Tellement grave que mes hauts fonctionnaires s’en trouvent pétrifiés depuis plus d’un an !

Eh oui ! Ce n’est qu’à la suite de mon questionnement que la clique prend conscience de sa bévue monumentale. De toute évidence, cet écrit est la preuve que ses ’experts’ se sont bel et bien appuyés sur le fruit de leur incompétence avérée pour assouvir leur bestial et gros besoin de vengeance sur ma modeste personne.

Constat : aucune action n’est engagée à l’encontre du proprio envahisseur et fautif !

En clair, l’Etat a validé ce mur dangereux (entre autres folies, car d’autres malins ont su profiter du laxisme ambiant), juste pour pouvoir me l’opposer dans le cadre du PPR !

Comme dit Caliméro, c’est trop injuste ! Mais, c’est normal pour des Fonctionnaires qui niquent la Déontologie !

J’ai du mal à concevoir que l’Etat puisse, de par ses multiples actes délictueux (chantiers et faux curages), mettre des citoyens en danger ! C’est révoltant de voir ses représentants locaux et Elyséens, se tenir les coudes pour secourir un subalterne tombé dans son pot de colle forte !

Cependant, et j’en suis sûr, mes affreux personnages ne se relèveront pas de leur état de décomposition mentale avancée, sans laisser des traces. Qui parle de prochaine(s) catastrophe(s) ?

Cela fait 8 ans que la Deal (l’Etat) se réjoui de serrer le ’kiki’ du carapate que je suis en exploitant, sans état d’âme, ses propres et criminelles bourdes de gestion. Le pire, je le confirme, c’est qu’elle le fait avec le soutien total des pontes des classes supérieures : préfet et ’DirCab’ du président de la République !

Alix Hoareau

3.Posté par D'YEUX le 04/12/2016 14:43
" La municipalité du Tampon lançait que plus de 1000 hectares ont pu quitter le PPR ; Monsieur le sous-préfet de Saint Pierre annonçait hier soir que sur 656 requêtes déposées 448 demandes de reclassement ont obtenu gain de cause."

Ces chiffres laissent perplexes !
Comment se fait-il que la marge 'd'erreur' soit aussi élevée ?
Cette profonde distorsion, ne relève t-elle pas plutôt de l'incompétence des agents DEAL et BRGM qui opèrent sur le terrain ?
Ou alors, est-ce le Préfet qui exige de ses subalternes, une "assurance" qui dépasserait les limites de la déontologie ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales