Société

Oxygénothérapie: ISIS Réunion réplique aux attaques de la concurrence

Il y a une semaine, nous avons publié un article* consacré au secteur concurrentiel de l'oxygénothérapie, l'assistance à domicile en système de ventilation pour personnes en insuffisance respiratoire pour l'essentiel, atteintes de mucoviscidose pour d'autres. Attaquée sur le non respect des normes de transvasement de l'oxygène liquide ainsi que sur des pratiques supposées de débauchage de personnels, la société ISIS Réunion réplique pour lever tous les doutes dans l'esprit de sa clientèle.


Vincent David, gérant d'ISIS Réunion, répond point par point à la concurrence
Vincent David, gérant d'ISIS Réunion, répond point par point à la concurrence
Point par point, Vincent David, gérant de la société ISIS Réunion, qui est toutefois "autonome d'ISIS France mais qui bénéficie des avantages d'ISIS France", tient à être précis.

En guise de preuve de l'implication et du sérieux d'ISIS pour pérenniser son activité à la Réunion, Vincent David évoque un "investissement à hauteur de plus de 4 millions d'euros depuis deux ans localement sans aucune défiscalisation. Nous sommes là pour rester et nous développer à la Réunion", affirme-t-il. Attaqué sur le domaine ciblé de l'oxygène liquide, ISIS explique que cette part "n'est qu'un des multiples volets de la prestation". ISIS propose également des prestations en "ventilation assistée mais aussi en traitement de l'apnée du sommeil et en oxygénothérapie par concentration d’oxygène".

Progression de carrière pour deux "transfuges"

Saint-Gilles, Saint-Pierre, le Chaudron et bientôt Saint-Benoît, ISIS étend ses agences, signe d'une intensification de son activité. "Au Chaudron, nous allons recruter trois personnes dans les prochaines semaines", annonce fièrement Vincent David. En tout, aujourd'hui, ISIS c'est "10 employés" dont deux chauffeurs qui sont justement des transfuges de la société qui attaque ISIS. "Ces deux personnes sont venues chez nous car elles ont bien vu qu'on leur proposait des conditions meilleures et une progression de carrière", explique le chef d'entreprise. D'ailleurs ces deux anciens salariés d'une entreprise concurrente passent une formation qui leur offrira le titre prochain de "technicien d'appareillage respiratoire", en tient pour preuve le gérant.

Pour le patron d'ISIS, la société qui s'est attaquée à ses supposées pratiques douteuses n'était qu'un sous-traitant d'ISIS. Une société de distribution d'oxygène à domicile qui ne livre que 50 patients tout au plus selon lui. Sur cet aspect très concurrentiel, Annie Maitrias, gérante de la société qui attaque ISIS répond: "Personnellement, j'estime qu'en matière de santé, c'est la qualité du service aux patients qui prime. Mieux vaut 50 patients très bien traités que 600 auxquels on ne pourrait accorder suffisamment d'attention! Contrairement à ISIS, je n'ai pas un gros appétit financier : ce n'est pas ma motivation première".

La société LOXDOM, puisqu'il faut la citer, rappelle d'ailleurs des souvenirs à Vincent David. "LOXDOM importe directement son oxygène d'Europe. Nous avons décidé de le faire nous-même à la Réunion sans passer par LOXDOM", précise-t-il. Pour expliquer ces querelles de concurrents, il évoque cette fois un différend familial au sein de LOXDOM. "Le gérant de LOXDOM, M. Maitrias a licencié du poste de directrice sa fille qui est venue... chez nous", raconte-t-il. Un point que ne conteste pas Annie Maitrias qui ajoute : "ISIS Réunion n'a pas eu de mal à nous identifier puisqu'il est assigné à la requête de LOXDOM à comparaître devant le tribunal de commerce le 11 avril prochain". Une version immédiatement démentie par le gérant d'ISIS Réunion qui demande à ce que ces attaques cessent.

Selon ISIS Réunion, "M. Maitrias est sur le point de vendre son fonds de commerce à un autre prestataire de l’île. Il est donc normal que les salariés s’inquiètent pour leur avenir". "Bien que ISIS semble très bien renseigné sur notre société, il faut inverser leurs propos. C'est une proposition de rachat qui a été faite à M. Maitrias (à l'époque gérant) pour 450.000 euros et non une proposition de vente faite à ISIS", témoigne pour sa part Annie Maitrias.

Appel à l'apaisement

En ce qui concerne les normes de sécurité : "Je peux vous dire que l'on respecte à la lettre les procédures de transvasement de l'oxygène liquide", assure Vincent David. Quant à l'accusation de pratiques sur un terrain vague et sans les habits requis, Vincent David affirme que sa société a fait l'objet de "plusieurs inspections de l'Agence régionale de santé". La délivrance "d'un rapport de conformité" est à disposition, clame-t-il.

En tous les cas, "un réservoir fixe doit être installé à Saint-Pierre à la fin du mois", prévoit Vincent David. Enfin, sur l'exclusion du syndicat des professionnels de l'oxygénothérapie, ISIS dément formellement. "C'est un mensonge de leur part. Nous faisons toujours partie au niveau national comme au niveau d’ISIS Réunion de l'UNPDM (union nationale des prestataires de dispositifs médicaux)". En réalité, les sociétés qui attaquent ISIS voulaient faire allusion à un autre syndicat : le Syndicat National des Prestataires de Santé à Domicile (SYNALAM). "Mais nous avons deux filiales d'ISIS qui sont membres de la SYNALAM", complète ISIS pour être très précis.

Vincent David inverse l'attaque portée contre son entreprise de services : "LOXDOM, quant à elle, ne fait partie d'aucun syndicat mais notre seul souhait c’est que cette polémique cesse et que tout le monde travaille en harmonie avec comme seul objectif le meilleur service aux patients de l’île ".

*Article du 21 mars 2012
Lundi 2 Avril 2012 - 16:45
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2189 fois




1.Posté par ZembroKaf le 03/04/2012 08:58
Comme quoi les patients sont loin de leurs soucis.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales