Economie

Ouvrir les emplois d'avenir aux entreprises ? "Je ne réponds pas non"


Ouvrir les emplois d'avenir aux entreprises ? "Je ne réponds pas non"
Les emplois d'avenir n'ont pas rencontré le "succès" espéré pendant l'année 2013. Sur les 5.000 débloqués par l'Etat, seuls un peu plus de 3.000 ont trouvé preneur. La faute le plus souvent à une part "résiduelle" trop importante à payer invoquée par les collectivités (L'Etat finance à hauteur de 75% un emploi d'avenir ndlr).

Mais pour le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, il s'agit avant tout d'un problème de timing. "La mise en place a été tardive et n'a pas produit tous les effets en 2013", a-t-il précisé lors de la présentation de ses voeux à la presse ce matin.

Alors pourquoi ne pas ouvrir les emplois d'avenir en direction des entreprises ? L'idée a été soulevée une nouvelle fois par le président de la Chambre de commerce, Ibrahim Patel, au cours d'une conférence de presse (voir ici). L'idée peut faire son chemin, encore faut-il la cadrer.

Sur les 3.156 contrats emplois d'avenir conclus, seuls 268 ont concerné le secteur marchand. "Trop peu" pour le préfet qui souhaite voir plus de jeunes s'engager dans cette direction. Jean-Luc Marx compte bien "faire mieux" et "plus" dans le secteur marchand. D'où la possibilité de rendre éligible ces emplois au profit des entreprises.

"Pourquoi pas. Je ne réponds pas non, mais j'ai un peu de réserve", a tout de même souligné le préfet. Une des raisons invoquées est que l'Etat n'a pas à financer des emplois en direction d'entreprises sans un cadre législatif clair, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Mais surtout que les emplois d'avenir ne se substituent pas aux recrutements en cours ou à venir.

Pour rappel, les emplois d'avenir sont ouverts aux jeunes de 16 à 25 ans pas ou peu diplômés; et pour la Réunion, les jeunes ayant atteint le niveau du premier cycle de l'enseignement supérieur confrontés à des difficultés pour accéder à l'emploi. Les emplois d'avenir sont des CDI ou des CDD de 3 ans (ou 1 an renouvelable jusqu'à 3 ans) et pour l'essentiel à temps plein. Les jeunes porteurs d'un handicap peuvent en bénéficier jusqu'à 30 ans.
Lundi 27 Janvier 2014 - 17:49
Lu 896 fois




1.Posté par oceane le 27/01/2014 20:10
A quoi le préfet dit-il non à La Réunion ?Même si les intérêts de la population sont régulièrement piétiner par les pouvoirs publics locaux, on n'a jamais entendu le préfet s'insurger contre ces pratiques indignes d'un état de droit. Alors franchement ce que le préfet a à dire sur les questions concernant l'intérêt général la population s'en tape.

2.Posté par ndldlp le 27/01/2014 23:13
ce serait une erreur que d'ouvrir les contrats aidés au secteur privé.. le privé a les moyens de payer un salaire en bonne et due forme. un peu de décence monsieur Patel !

3.Posté par Fabiho le 27/01/2014 23:14
Il est déjà possible à certaines entreprises d'embaucher un jeune en contrat d'avenir. En clair, l'Etat prend en charge de 35 à 75% du SMIC et certains employeurs n'ont à débourser que 358€ de salaire brut par mois pour un temps complet (au lieu de 1430€), le reste est financé par nos impôts. Autant dire qu'en habituant à embaucher quasiment "gratis", ça n'incite pas à créer des emplois durables ! C'est un exemple de mesure perverse par excellence, il faut espérer que M. le Préfet ne cèdera pas aux sirènes des profiteurs et des opportunistes. L'argent public ne doit pas servir à financer les entreprises privées, c'est vraiment n'importe quoi !
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/298x210_Depliant_Emploi_employeur_2013.pdf

4.Posté par Jean-Marc le 28/01/2014 00:13
Il n'y a pas de mauvaises réponses Monsieur Le Préfet, il y a juste de besoin de réponses face aux urgences de l'emploi. La Réunion ne doit pas être comparée à une autre région française, car elle est unique. Ce qui s'y passe sur ce petit territoire, est tout à fait singulier. Les réponses aussi doivent être singulières. Je vous invite à poser les bases d'un développement démonstratif réalisé localement, comme site également expérimental pour toute la nation française, car réussir l'emploi ici à la Réunion, c'est réussir l'emploi en France.
Les emplois d'avenir, doivent profiter à l'ensemble de l'économie réunionnaise quitte à adapter le dispositif pour que les sommes attribuées soient pleinement utilisées, non seulement par les associations et collectivités et à défaut par les entreprises. Les mesures de l'emploi sont aussi cette réflexion que l’État contribue à la paix sociale et se le faisant augure les principes même de sa cohésion. Demander aux entreprises de puiser dans leurs caisses pas si pleines que ça, serait du suicide économique.
Si l'emploi d'avenir ouvre les horizons des entreprises, peut être alors le dispositif trouvera son opportunité de faire mieux produire la société réunionnaise. C'est parce que j'ai été travailleur acharné depuis ma sortie du lycée, en faisant des petits boulots y compris les contrats aidés, que je me suis forgé un caractère de gagnant et de ne pas baisser les bras. Cela ne m'a pas empêché de devenir ce que je suis. L'activité amène l'activité. Notre potentiel créatif puise sa source dans les confrontations professionnelles, et qui grâce à elles, nous procurent l'idée de créer ce que l'on a vu ou que l'on décide de voir autrement par la création. Monsieur le Préfet, allez y de cette bienveillance d’État, et essayez l'économie réunionnaise en pensant local pour agir global. Votre gouvernance détient une des clés pour propulser la Réunion vers le Haut. Tout cela se fera avec les obstacles encore ignorés, mais combien sera le gain émanant de votre initiative....

5.Posté par David Asmodee le 28/01/2014 06:48
ce serait une erreur que d'ouvrir les contrats aidés au secteur privé.. le privé a les moyens de payer un salaire en bonne et due forme. un peu de décence monsieur Patel !


Ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Ouvrir ces contrats aux auto entrepreneurs n'est pas une mauvaise idée. Donner les jeunes en pâture aux requins des grandes surfaces n'est par contre pas la même chose.

6.Posté par Logique le 28/01/2014 12:45
2.Posté par ndldlp

"le privé" recouvre des réalités très différentes les unes des autres
Utiliser ce mot pour en faire une généralité est vide de sens.

7.Posté par Goyavlet le 28/01/2014 13:22
Il y a de la place pour 3000 emplois d'avenir, mais pas de boulot à la Réunion.

Il faut cesser ces conneries d'emplois sur 3 ans car qui dit date butoir, dit chômage à la fin.

Au fait pour les plus de 25 ans, qu'y a t'il de mis en place???????????????

8.Posté par Tanbi le 28/01/2014 18:44
Donc si je comprends bien on veut donner des emplois aidés au privé qui seront financés par des impôts que les entreprises ne peuvent plus ou ne veulent plus payer.

On prendra donc dans la poche des citoyens issus des classes moyennes qui consommeront donc moins à proportion de cette charge.

Ce qui videra encore plus les carnets de commandes des entreprises, qui réclameront légitimement (ou pas) encore des baisses de charge.

On arrête quand ces bêtises ?

9.Posté par David Asmodee le 28/01/2014 22:09
@post 8

C'est vrai, c'est vrai. T'as raison.
Qu'on laisse donc ces cons croupir à Pôle Emploi.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales