Faits-divers

Ouvriers ensevelis : Le chef d'entreprise et le conducteur de travaux remis en liberté


Après 24 heures de garde à vue, le chef d'entreprise et le conducteur de travaux mis en cause dans un accident mortel sur un chantier à la Bretagne ont été remis en liberté.

Lundi, un ouvrier a perdu la vie et un autre blessé très grièvement après avoir été ensevelis sous des gravats.

Lors de son audition, le chef d'entreprise a minimisé son rôle nous explique Le Quotidien. Il "aurait mis en avant le fait que ses salariés n'auraient pas attendus la livraison et la mise en oeuvre du matériel de blindage contrairement à ses directives" écrit le journal.

Les auditions des enquêteurs vont se poursuivre dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour homicide involontaire, ajoute Le Quotidien.
Mercredi 17 Février 2016 - 07:59
Lu 1523 fois




1.Posté par Eno2016 le 17/02/2016 10:18
Il y a eu "mort d'homme" !
Triste et regrettable cet accident !

2.Posté par Edmond le 17/02/2016 10:35 (depuis mobile)
Adiou. Ouais c cela.dis avec une largeur d un godet ou ça ou mete le blindage de protection. aLè kk . Reponds .mi fais parti BTP.

3.Posté par malokis le 17/02/2016 13:17
Merci le QUOTIDIEN...

4.Posté par Fidol Castre le 17/02/2016 14:21
Adiou. Ouais c cela.dis avec une largeur d un godet ou ça ou mete le blindage de protection. aLè kk . Reponds .mi fais parti BTP.


Ils avaient peut être prévu d'élargir avant de poser le blindage. Qui sait ? Pour l'instant, on ne sait pas qui est coupable ou pas dans cette affaire. Il faut laisser faire l'enquête. J'aimerais bien avoir la version du donner d'ordre ; les planqués des collectivités publiques.

Je veux donner un exemple où les salariés ne respectent pas les consignes de sécurité pour gagner du temps et rentrer chez eux. Lorsque le patron leur donne un avertissement, c'est la grève.

Lors des tournées de ramassage de poubelle sur les voies à double sens, les rippeurs doivent collecter du côté droit. Le camion doit ensuite remonter la rue et collecter l'autre sens. Pour gagner du temps, les mecs traversent la rue avec des poubelles pleines au risque de se faire renverser par des voitures. Quand il y aura un mort, tu verras le mec de la CGTR venir donner des leçons sur les plateaux télés.

5.Posté par Ti yab dé o le 17/02/2016 20:49
Tout d'abord, je présente mes condoléances à cette endeuillée.
Mais sur cet accident on pourrait écrire des pages et des pages, mais le résultat est le même, un travailleur y a laissé sa vie.
Précisons de suite qu'aucune collectivité territoriale, ne choisit une entreprise qui ne respecte pas les règles de sécurité. Dans toutes les procédures, il y a un chapitre consacré à la sécurité et l'entreprise qui choisit d'y répondre doit expliquer ce qu'il compte faire ou bien les règles particulières de sécurité sont imposées par la collectivité.
Le patron doit prévoir les EPC et les EPI comme pour équipement de protection collective ou individuelle.
Lorsqu'on fait une tranchée dès qu'on dépasse une certaine hauteur, il faut étayer, cette hauteur réglementaire est de 1,30 m.
Mais si le patron vous impose de faire sans, c'est à vous travailleur de refuser, car finalement c'est votre vie qui est en danger. Mieux vaut se facher avec un patron que de laisser sa vie ou être handicapé.
Le chantier tel qu'il est montré dans la presse avait aussi un autre gros problème, l'absence de couloir de sécurité en surface d'une largeur de 0,40m. de chaque côté.
Je trouve le procureur anormalement fébrile sur ce coup là. Mais c'est mon opinion, et peut-être qu'il a des arguments que je n'ai pas.

6.Posté par La créfole st pol le 17/02/2016 22:14
Il aurait mis en avant le fait que ses salariés n'auraient pas attendus la livraison et la mise en oeuvre du matériel de blindage contrairement à ses directives......i[

7.Posté par Réunionnais le 19/02/2016 07:24 (depuis mobile)
Beaucoup de patron à la réunion profite sur les ouvriers et les font bosser dans des conditions interdites et dangereuse : inadmissible sur le plan de la sécurité au regard de la loi et n''hésite pas a les mettre la pression au mépris de leur vie.

8.Posté par MARCHES PUBLICS le 19/02/2016 11:31
cest la qu'il faut faire une enquête sur les marché Publics attribué
dans le devis accepter par la cinor il etait chiffrer le poste de blindage? la cinor à une responsabilité aussi

les salariés sont partis lever une réserves, bonne intention des salarié de lever vite une réserves peut être de 1 jours sans demander les moyens encombrants, ou que le patron ne voulait pas envoyer le matériel nécessaire pour 1 journée
par manque de chance , un drame c'est produit... involontaire

quand nous voyons d'autre entreprise comme (modération) qui réalise des travaux sans panneaux sur st denis, il est dommage de reprocher que à l'entreprise ou il y à eu une victime. ce drame doit faire prendre conscience aux entreprise de la sécurité pour que cela ne reproduise

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales