Economie

Outremer Telecom bientôt revendu ?


Outremer Telecom bientôt revendu ?
Après le rachat de SFR par Numéricable (groupe Altice) en avril dernier, se pose la question du poids des opérateurs sous le giron de ce groupe (Outremer Telecom, iZi et SFR) vis-à-vis de l'autorité de la concurrence. En détenant 76% du marché de la téléphonie mobile à La Réunion et Mayotte, Numéricable se retrouve confronté à un véritable casse-tête et envisagerait de revendre un de ses opérateurs fraichement acquis, selon une information de BFM Business.

En face, l'Autorité de la concurrence ne transige pas avec les règles. Si le rachat de SFR au niveau national doit être validé, la question se pose sur la position de Numéricable sur La Réunion et Mayotte. Plusieurs obligations doivent être mises en place pour valider ce rachat. "Une première solution serait d'imposer des conditions favorables aux opérateurs mobiles virtuels de l'île. Cette piste est évoquée dans la consultation, et a été retenue par la Commission européenne dans les rachats récents qui ont vu disparaître un opérateur mobile (Autriche, Irlande, Allemagne). Toutefois, une telle solution semble insuffisante face à la part de marché gigantesque que détiendra le nouvel ensemble", expliquent nos confrères de BFM Business.

Cette obligation pourrait entrainer la revente d'un de ses réseaux fraichement acquis entre 2013 et 2014. Dans les faits, BFM avance la possible revente d'Outremer Telecom à un autre opérateur. Reste à trouver un acquéreur. Plusieurs noms sont évoqués comme Free, Océindes (propriétaire de Zeop) ou encore Digicel. Même des opérateurs étrangers comme le sud-africain MTN ou le mauricien Emtel pourraient être intéressés, avance BFM Business.

"Nous ne connaissons pas la stratégie du groupe"

Si le groupe Altice s'est refusé à tout commentaire, les syndicats présents chez Outremer Telecom se montrent inquiets. Joint par téléphone, le délégué syndical de la CFDT, Michel Serralia, dit être dans la "confusion" et le "flou" le plus total. "On a posé des questions au dernier comité d'entreprise mais nous n'avons eu aucune réponse. Nous n'avons aucune information à ce jour. On se sent perdu", explique-t-il.

Depuis le changement d'actionnariat, les salariés disent ne plus avoir de communication avec la direction d'Outremer Telecom. "Nous ne connaissons pas la stratégie du groupe", poursuit-il. Et les dernières informations venant de Paris, renforcent ce sentiment. Aujourd'hui, Outremer Telecom compte 169 salariés, dont 45 sur Mayotte. "En tout cas, je compte avoir des éclaircissements rapidement et nous allons de nouveau interroger officiellement la direction", assure Michel Serralia.

Quant à l'Autorité de la concurrence, elle doit rendre son verdict sur le rachat de SFR et les conséquences sur les autres opérateurs de l'île, au début du mois de novembre.
Lundi 8 Septembre 2014 - 11:57
JD
Lu 3522 fois




1.Posté par Gloseur sensE le 08/09/2014 14:27
« Dans les faits, BFM avance la possible d'une revente d'Outremer Telecom à un autre opérateur. »
- Rappelons qu'en ce cas, il serait judicieux que le groupe Altice revende Outremer Telecom et Izi-Mobius à Bouygues telecom.
D'autant que pour éviter des licenciements dans ces sociétés ultramarines, et aussi pour qu'il y ait une bonne concurrence, un bon développement des réseaux, et donc à terme des intérêts pour le consommateur ultramarin, il faudrait au moins 3 grands opérateurs en Outre-mer.
Ce qui amènerait une amélioration des réseaux, des offres commerciales, des services, et une baisse significative des coûts de communication.

2.Posté par Edouard le 08/09/2014 20:32
@Gloseur sensE. Sachant que Bouygues s'est désengagé il y a quelques années des DOM et sachant sa situation très précaire en métropole je ne pense pas que ce soit une de leur priorités de revenir sur ce marché. Pour ce qui est de la concurrence je pense qu'une proposition faite par Free serait plus bénéfique pour les antillais, l'accélération du développement des réseaux fixes et mobiles dans les DOM.

3.Posté par Gloseur sensE le 09/09/2014 13:32
Probablement que Free et Free mobile seraient peut-être plus bénéfiques pour les antillais, mais en serait-il autant pour les créoles réunionnais et des mahorais ? Pas certain.
Quelle serait l'assurance que Free aurait un traitement équivalent pour l'océan Indien ?
Récemment, il a été estimé que Bouygues Telecom valait environ 15 milliards d'euros.
D'autant que ces dernières années, Bouygues Telecom a beaucoup investi dans le réseau 4G, et dispose aussi d'un vaste réseau de magasins Clubs Bouygues Telecom partout dans les grandes et moyennes villes, alors que les boutiques Free Center sont récentes et peu nombreuses.
Par exemple, au Free Center de Grenoble, les clients attendent souvent près d'une heure en moyenne.
Quant à Bouygues Telecom Pro et Bouygues Telecom Entreprises, leurs offres et leurs services sont, à mon humble avis, mieux adaptés aux professionnels (10).
En définitive, les magasins Clubs Bouygues Telecom, ainsi qu'un réseau 4G et des offres pour les professionnels et les entreprises ultramarins permettraient de rattraper le retard dans le domaine des communications et des coûts en Outre-mer.
Enfin, reste la question de la préservation des emplois des employés des opérateurs ultramarins.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales