Faits-divers

"Oui ! fais-moi mal! ... C’est si bon quand ça s’arrête !"

Tribunal correctionnel de Saint-Pierre, 31 juillet 2014.


"Oui ! fais-moi mal! ... C’est si bon quand ça s’arrête !"
L’affaire d’Alexandre et Erina est symptomatique de la situation dans laquelle vivent de trop nombreux jeunes couples. Ils se sont connus à peine sortis de l’adolescence, voici 5 ans ; ils se sont aimés (?), ont eu un enfant. Il a quitté l’école à 14 ans, n’a aucune formation, n’a jamais travaillé. Pour elle, ce n’est guère mieux.

Étant 24 heures sur 24 ensemble, ils ne peuvent que multiplier les motifs de friction. Mal maîtrisée, on sait où mène la friction. Chez ces deux-là, il y a longtemps que ça a dégénéré.

Disputes, mouvements d’humeur, des mots malsains qui volent bas, des râlés poussés… Ce 24 février 2014, la dispute s’est envenimée pour un motif d’une stupidité qui laisse pantois ; une clé USB que l’une refusait de rendre à l’autre ! Le casus belli était évident. Comme d’habitude dans ce couple cahoteux (et chaotique), on passe vite des insultes aux gestes. Linge déchiré, vitre explosée, coups de claques, coups de poings, plainte déposée.
Les coups ? "Meueueueuh non ! Je ne l’ai pas poussée ; elle est tombée toute seule. Les coups, c’était dans le feu de l’action". Les feux de l’amour sans doute.

Ce qui laisse sans voix, c’est que la belle a depuis retiré sa plainte : "J’ai menti devant les gendarmes, sous le coup de l’émotion. On s’est séparés puis on s’est remis ensemble". Battue et contente. Le syndrome des coups de marteau sur la tête : c’est si bon quand ça s’arrête ! 

Le procureur Zuchowicz a insisté sur cette constante propre à de nombreuses femmes battues, excuser leur tortionnaire. "Elle s’est rétractée et lui n’a aucun remords. Comme beaucoup de femmes, elle s’estime fautive si l’équilibre du couple est compromis par sa plainte. Or, aucune violence n’est admissible au sein d’un couple ! Il faudra que ce jeune homme réfléchisse à sa façon de gérer ses situations de couple. Et qu’il pense plus à ce que vont devenir des enfants dans une telle ambiance".

Me Ferrante s’est déclarée désarmée, comme chacun, devant la fréquence et la banalisation de telles situations.
"Un couple trop jeune, à peine sorti de sa minorité, avec un enfant, sans formation aucune, sans travail, ils sont forcément incapables de régler leurs conflits. Il s’en veut, elle s’en veut, tout juste si elle ne dit pas que c’est de sa faute à elle… "

Quatre mois avec sursis et 120 heures de TIG, plus obligation de se former et de chercher du travail. Mais en attendant qu’il (ou elle) en trouve et qu’ils ne soient plus l’un sur l’autre du lever au coucher du soleil… il se passe quoi ?
Jeudi 31 Juillet 2014 - 17:36
Jules Bénard
Lu 5231 fois




1.Posté par Jacques Carriti le 31/07/2014 20:15
Prochain épisode à la morgue ! ! !

2.Posté par Phoenixia le 31/07/2014 20:15
Note bien lo nom, koma kan lo tantin' i sera la morgue nou va kalkul kombien li té rest a lu pou viv' ... Domoun nimport kwé enkor sa... I fé la honte lo ti péi sa...

3.Posté par Thierry le 31/07/2014 21:21
On ne prend pas les mêmes et on recommence ... mais les scénarios sont copiés-collés et comme conçoivent les posts 1 et 2 ... le théâtre trop souvent l'ultime issue d'y échapper qui passe la perte de la vie...

4.Posté par faya 974 le 31/07/2014 21:37
quil son con c peti jeune ils ont toute une vie devan heu il fon que du gaspillage mai bon fo tou pour faire un monde

5.Posté par noe le 01/08/2014 09:24
ça sent le masochisme à plein nez !
Malheureusement , beaucoup aime les coups ! Ils jouissent sous les douleurs ...

6.Posté par La solution, et la seule le 01/08/2014 11:27
Contre la surpopulation qui menace (sujet tabou) et les violences conjugales :

- supprimer toutes les allocations familiales;

- instaurer un permis obligatoire de capacité d'avoir des enfants.

7.Posté par Les coups et les douleurs... le 01/08/2014 11:28
... ça ne se discute pas !

8.Posté par Porto le 01/08/2014 11:45
@2.Posté par Phoenixia

S'il te plait, évite d'employer le terme : "koma", c'est lourd et grossier, préfère-lui ça : "komsa" ! D'ailleurs, on dit "komsa même" et non "komaminm".
De même, il nous faut éviter de dire : "tantin' ", cela est bien trop irrespectueux pour la femme ; préférons-lui : " fam là " ou encore "madam là ", etc.
C'est juste une petite remarque... en passant.

9.Posté par L'Ardéchoise le 01/08/2014 17:15
@ 7 : excellent !

10.Posté par PAYET le 02/08/2014 04:48
JE NE PRENDS PAS EN PITIE ; AU LIEU DE TRAVAILLER A L'ECOLE . FAIRE DES ENFANTS POUR UN SALAIRE C'EST PLUS FACILE ET PUIS QUAND ON EST ASSISTE ON OBTIENT TOUT .


ALORS ILS CHERCHENT LE MALHEUR .

11.Posté par Jules Bénard le 02/08/2014 09:16
à posté 7 : vous devriez nous donner plus de commentaires de ce style, cher ami. J'adore votre humour décalé. Votre allusion est indice de culture et d'esprit délié. Bravo et au plaisir de vous lire de nouveau bientôt. Bien sincèrement.

12.Posté par Astérix le romanophobe le 02/08/2014 09:38
Une socialiste..je vois pas d'autre explication pour que quelqu'un ait le cerveau tant lavé et pratique tant le masochisme.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales